Afrikipresse
Société

Lutte contre le Travail des Enfants : un journal britannique expose les bons points de la Côte-d’Ivoire 

Lutte contre le Travail des Enfants : un journal britannique expose les bons points de la Côte-d’Ivoire 
Publié le
Par
Philippe Kouhon
Lecture 8 minutes

Dans un article publié par le journal britannique « The Guardian » le mardi 27 décembre  2022, sur la lutte contre la Travail des Enfants, celui-ci raconte l’histoire du petit  Karim Soura, l’un des nombreux enfants dont la vie a été transformée par les initiatives du gouvernement et grâce aux efforts de la première Dame Dominique Ouattara à travers les centres d’accueils   pour enfants en détresses comme celui de Soubré ( sud-est) où Karim Soura a appris un métier. La traduction de l’anglais en français de l’article.

« Karim Soura est l’un des nombreux enfants dont la vie a été transformée par les initiatives du gouvernement et grâce aux poursuites judiciaires pour trafic d’enfants en hausse. Le Centre pour enfants de Soubré est dédié à la prise en charge des victimes de la traite, de l’exploitation et du trafic d’enfants » écrit le journal britannique « The Guardian » le 27 décembre 2022.

Avec un grand sac sur le dos, Karim Soura, 13 ans, passait neuf heures par jour, six jours par semaine, à marcher dans les champs de cacao autour de sa maison, à Mabéhiri, dans le sud-ouest de la Côte d’Ivoire, pour pulvériser des produits chimiques sur les cultures. «Je n’aimais pas ce travail, ça me faisait mal aux jambes et aux genoux. Je ne savais pas comment me débarrasser de cette douleur», dit-il. 

Sa mère lui a dit qu’elle avait besoin de lui pour travailler dans les champs après que sa sœur aînée se soit mariée et ait quitté la maison. 

En Côte d’Ivoire, il est illégal pour les enfants de moins de 18 ans d’effectuer des travaux dangereux

En Côte d’Ivoire, il est illégal pour les enfants de moins de 18 ans d’effectuer des travaux dangereux, comme l’utilisation d’une machette ou la manipulation de produits agrochimiques. Mais les parents de Karim avaient peu d’options et n’avaient pas les moyens de l’envoyer à l’école. 

Il y a environ sept mois, Karim a été approché par quelqu’un qui travaillait pour une organisation caritative et qui lui a dit qu’au lieu de travailler dans les champs toute la journée, il pourrait être formé à un travail de son choix. 

On a dit à sa mère qu’en l’envoyant suivre ce cours, elle ne serait pas réprimandée par les autorités pour l’avoir laissé travailler. Karim s’est donc inscrit au Centre pour enfants victimes du travail interdit aux enfants, dans la ville voisine de Soubré. Pendant six mois, il a appris à coudre. 

Soura est l’un des plus de 200 000 enfants qui ont échappé au travail dangereux et à l’exploitation, grâce aux efforts déployés par la Côte d’Ivoire pour lutter contre ce phénomène dans l’industrie du cacao. 

Le Centre enseigne aux enfants des métiers tels que la coiffure et la couture afin qu’ils n’aient pas à travailler dans les champs de cacao.  

La Côte d’Ivoire est le plus grand producteur de cacao au monde, avec une part estimée à 45 % de la production mondiale, mais l’industrie dépend fortement du travail des enfants. Le cacao fait partie intégrante de la culture du pays et emploie environ 6 millions de personnes, selon les chiffres du gouvernement. Les frais de scolarité (livres, uniformes et transports) étant trop élevés pour de nombreuses familles, les enfants sont souvent obligés de travailler. 

Des mesures du gouvernement pour lutter contre le travail des enfants 

Mais, poussé par la pression internationale et le soutien de la première dame, Dominique Ouattara qui préside le comité national de suivi de la lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants et est présidente fondatrice de la fondation Children of Africa – le gouvernement a pris des mesures. 

La Côte d’Ivoire a adopté un certain nombre de lois, en commençant en 2010 par l’interdiction de la traite des enfants et des pires formes de travail des enfants. En 2017, elle a adopté une liste de travaux dangereux interdits aux moins de 18 ans, et une liste de travaux autorisés pour ceux âgés de 13 à 16 ans, qu’ils peuvent effectuer lorsqu’ils ne sont pas en classe. 

L’école a été rendue obligatoire et gratuite pour tous les enfants de six à 16 ans et l’âge minimum pour un emploi à temps plein est passé de 14 à 16 ans. Une vaste campagne a été menée pour sensibiliser les gens à ce qui constitue le trafic, l’exploitation et le travail dangereux des enfants. Les fonctionnaires du gouvernement local, les magistrats, les officiers de police, les journalistes et les travailleurs sociaux, entre autres, ont reçu une formation sur la traite des enfants.  

Les efforts de la première Dame Dominique Ouattara salués 

Le Centre de Soubré – l’un des trois centres dédiés en Côte d’Ivoire – a ouvert en juin 2018. Les enfants y sont envoyés par des organisations caritatives, des organisations locales ou la police. Jusqu’à présent, le Centre a accueilli 486 enfants âgés de 5 à 18 ans, selon Flora Djebre Leocadie, sa directrice. L’objectif est de réunir les enfants victimes de la traite avec leur famille, et de ramener dans leur pays d’origine ceux qui se trouvent à l’étranger, puis de leur permettre de reprendre leur scolarité. Certains enfants, comme Soura, recevront une formation en coiffure, en couture ou en élevage de lapins (une viande très prisée en Côte d’Ivoire), entre autres, et suivront un apprentissage à leur sortie. 

“Le service accueille des enfants de toute la Côte d’Ivoire (…), nous disons [aux enfants] que leur place n’est pas dans les champs.” 

Certains enfants arrivent sans rien, et peuvent être traumatisés, dit-elle. Une infirmière et un psychologue font partie du personnel. Les enfants reçoivent des vêtements, des articles de toilette et tout ce dont ils peuvent avoir besoin et restent généralement six mois. Il y a des dortoirs, des salles de classe et une pièce où les enfants peuvent aller se détendre, avec une télévision. 

En juin 2020, la Côte d’Ivoire a créé six unités de police régionales dédiées à la lutte contre la traite et le travail des enfants.  

Aidés par un réseau d’informateurs, ils effectuent des patrouilles dans les plantations de cacao et des fouilles aléatoires de véhicules aux points de contrôle dans les régions productrices de cacao. Plus de 1 000 trafiquants ont été arrêtés et emprisonnés depuis 2012, selon les chiffres du gouvernement. 

Cette année, 392 trafiquants ont été arrêtés et 2 116 enfants ont été sauvés de situations abusives. En 2021, la police a sauvé 1 353 enfants et arrêté 25 personnes, tandis que cinq personnes ont été condamnées à 20 ans de prison – la peine maximale pour le trafic d’enfants – et 17 à cinq ans lors d’une opération très médiatisée à Soubré. 

Le mois dernier, quatre personnes ont été accusées de trafic d’enfants dans le sud-est du pays. 

Selon Luc Zaka, chef de l’unité de police chargée de la lutte contre le trafic d’enfants, les principaux défis auxquels ces unités sont confrontées sont le manque de financement et le nombre croissant d’enfants victimes de trafic en Côte d’Ivoire depuis les pays voisins, où règnent les conflits et l’instabilité. L’exploitation dans les mines d’or illégales devient un problème plus important que les abus dans le secteur du cacao, qui est depuis longtemps un domaine d’intérêt pour les ONG et le gouvernement, ajoute-t-il. «La situation s’est améliorée [dans le secteur du cacao] … mais nous devons tous continuer à lutter contre le phénomène du travail des enfants. Nous devons moderniser nos frontières et savoir qui entre et sort.»

Des bons points de la Côte d’Ivoire 

Il est difficile de mesurer pleinement l’impact des efforts de la Côte d’Ivoire pour éliminer le travail des enfants. En 2021, le ministère américain du travail a reconnu que le pays «a fait des progrès significatifs dans ses efforts pour éliminer les pires formes». Un rapport du Norc (National Opinion Research Center) de l’Université de Chicago, un organisme de recherche, a constaté qu’il n’y avait pas eu d’augmentation significative du travail dangereux des enfants, qui est resté à environ 39% de travaux faits par des enfants dans la production de cacao entre 2013-2014 et 2018-2019. La prévalence du travail des enfants dans la production du cacao est restée stable à 41% entre ces dates, même si la production de cacao a augmenté de 14%. La fréquentation scolaire des enfants des ménages agricoles dans les zones cacaoyères est passée de 58% à 80% entre 2008-09 et 2018-19. 

Des défis à relever pour l’état ivoirien 

Mais l’étude note également que 790 000 enfants travaillent encore dans cette industrie. 

Amourlaye Touré, représentant pour l’Afrique de l’Ouest de l’ONG Mighty Earth, affirme que même si «le phénomène du travail des enfants se réduit», le problème n’a pas disparu. Il estime que les entreprises internationales de chocolat devraient être plus proactives, tout comme le gouvernement. «Vous ne pouvez pas nier qu’ils font un effort», dit-il, «mais ils peuvent faire plus».

Karim est arrivé au terme de son séjour au Centre de Soubré. Lorsqu’il rentrera chez lui, il commencera un apprentissage chez un tailleur près de son village. «Si je pouvais remonter le temps, je me dirais qu’il est préférable de ne pas aller aux champs et d’aller à l’école», dit-il. «Maintenant, mon avenir, c’est la couture. Je ne ferai pas travailler mes enfants dans les champs de cacao. Je les encouragerai à aller à l’école pour qu’ils puissent trouver un emploi.»

Philippe Kouhon 

Lire aussi » How Ivory Coast is winning the fight to keep its children out of the cocoa fields

Publiés récemment

Plaidoyer auprès du président de la République pour la nomination des directeurs généraux de moins de 65 ans

Plaidoyer auprès du président de la République pour la nomination des directeurs généraux de moins de 65 ans


Interview – 5è Transcao Cacao Festival International – Constant Guéi, commissaire général : « Ce festival s’inscrit dans la promotion de la dignité humaine et de la valorisation du travail »

Interview – 5è Transcao Cacao Festival International – Constant Guéi, commissaire général : « Ce festival s’inscrit dans la promotion de la dignité humaine et de la valorisation du travail »


Mamadou Touré aux jeunes, au lancement du PPI : « Le gouvernement ivoirien croit en votre potentiel »

Mamadou Touré aux jeunes, au lancement du PPI : « Le gouvernement ivoirien croit en votre potentiel »


Affaire ILS – aéroport de Korhogo : Tout, sur la procédure et règle en matière de marchés publics, pourquoi la Côte d’Ivoire n’est pas une République bananière (Contribution)

Affaire ILS – aéroport de Korhogo : Tout, sur la procédure et règle en matière de marchés publics, pourquoi la Côte d’Ivoire n’est pas une République bananière (Contribution)


Alternance au Sénégal : Malick Mbaye salué pour avoir démissionné de l’ANAMO

Alternance au Sénégal : Malick Mbaye salué pour avoir démissionné de l’ANAMO


Côte d’Ivoire-Coupe Nationale (58è édition) : Le RCA désormais dans l’histoire et qualifié pour la Coupe de la Confédération 

Côte d’Ivoire-Coupe Nationale (58è édition) : Le RCA désormais dans l’histoire et qualifié pour la Coupe de la Confédération 



À lire aussi