Afrikipresse
OpinionOpinion

Regard profane sur : le 27e sommet de l’union africaine à Kigali : enjeux, perceptives, désillusions.

Regard profane sur : le 27e sommet de l’union africaine à Kigali : enjeux, perceptives, désillusions.
Publié le
Par
Charles Kouassi
Lecture 3 minutes

Le 27e sommet de l’Union Africaine s’est tenu du 10 au 18 Juillet 2016 à Kigali au Rwanda. C’était le lieu pour les dirigeants africains de se pencher sur les grands points à traiter précédemment annoncés lors de la réunion des Ministres des affaires étrangères des pays membres. Pour rappel, il s’agissait de traiter : – De la succession de Dlamini – Zuma
– Des dirigeants africains à la CPI
– De la guerre civile au Soudan du Sud
– Du terrorisme transnational
– Et de l’impasse au Burundi

Au regard des points à traiter lors dudit sommet, nous nous demandons aujourd’hui, au lendemain du 27e sommet de l’UA, si le calendrier a été effectivement respecté par nos pères.

On ne pourrait répondre que par la négative car nous savons que ce 27e sommet achevé le lundi 18 juillet 2016, n’a traité que :

– De l’élection du nouveau président de la Commission de l’organisation qui a été reportée,
– Du retour du Maroc dans l’Union Africaine et
– De la volonté de l’UA d’envoyer des troupes au Soudan du Sud.

Quid des dirigeants africains à la CPI (le cas Laurent Gbagbo), du terrorisme transnational et de l’impasse du Burundi, même si sait-on que lors du précédent sommet, Bujumbura avait refusé l’intervention militaire de 5000 hommes sur son sol ? S’agit-il de sujets de peu d’importance au point de les ajourner voir de les rejeter ?

Sont-ils impuissants à ne pas pouvoir adopter des règlements à leur assigner pour la gestion de leurs populations ?

Profane que je suis, je répondrai par la négative ! Car sait-on combien de fois, pour ne parler que du cas de la CPI, les populations touchées par cet accord morbide, qui laisse croire que les africains soient des ignorant en matière de gestion de leurs affaires juridiques, sont impatient de voir certains de leurs compatriotes retrouver la liberté pour certain ; ou encore, de voir éradiqué le terrorisme et les coups d’État qui, aujourd’hui, deviennent l’apanage des Nations africaines.

N’oublions pas chers lecteurs que je suis un profane, je ne saurai vous donner des réponses clairs à ces questions qui rendent insomniaques ceux-là même qui sont rémunérés pour les traiter. Toutefois, je peux quand même donner mon point de vue, critiquer et même jaser !

Comment pouvons-nous prétendre être indépendants et vouloir quitter la CPI quand l’institution panafricaine dépend aux trois quarts des bailleurs de fonds internationaux ? « Le continent a pris son destin en main en décidant de son plein financement. Un pas de géant », avait lancé le président en exercice de l’UA, Idriss Déby Itno.

C’est clair ! Pierre Boule avait raison lorsqu’il affirmait que l’Afrique noir est mal partie. Comment pallier à ces insuffisances ? Aucune solution quant au problème du chômage, de la faim, de l’immigration des populations africaines n’a été abordée lors de ce 27e sommet de l’UA. Pourtant ceci reste un secret de polichinelle : les véritables causes des conflits en Afrique sont connues.

On peut déduire en disant que la classe dirigeante africaine n’est pas encore prête pour prendre son envol. Il faille la rajeunir et l’adapter aux solutions 2.0 (avis profane). Le changement des mentalités et de la classe dirigeante de nombreux pays pourrait donner un réel espoir au nouveau dynamisme des jeunes africains amoureux d’innovation, d’entrepreneuriat et de changement.

On retiendra quand que le projet du passeport unique pour tous les Africains est sur la bonne voie ; parce que les Nations Unies d’Afrique commenceront réellement par là.

Vivement le 28e sommet de l’Union Africaine et l’élection de la nouvelle commission en Janvier 2017 ; tout en espérant que les six mois en sus de Zuma lui permettront de régler le problème de la CPI et celui du terrorisme en Afrique.

Othniel Z.
Blogueur & Community Manager Chez : nanon
zothniel@nanon.ci

Réagir à l'article

Publiés récemment

Chronique du lundi – après la COP 28 et avant la COP 29, les pays africains doivent-ils renoncer à la manne des énergies fossiles ?

Chronique du lundi – après la COP 28 et avant la COP 29, les pays africains doivent-ils renoncer à la manne des énergies fossiles ?


Phase 2 du programme jeunesse du gouvernement : 200 jeunes à former et 1000 autres à insérer dans le secteur des transports

Phase 2 du programme jeunesse du gouvernement : 200 jeunes à former et 1000 autres à insérer dans le secteur des transports


JO Paris, quelles chances de médaille pour la Côte d’Ivoire : interview avec le Président Comité national olympique N’Goan Georges

JO Paris, quelles chances de médaille pour la Côte d’Ivoire : interview avec le Président Comité national olympique N’Goan Georges


Révision de la liste électorale à Bouaké : l’appui d’Amadou Koné aux secrétaires départementaux du RHDP 

Révision de la liste électorale à Bouaké : l’appui d’Amadou Koné aux secrétaires départementaux du RHDP 


Hommage au président Ouattara à Bouaké : Amadou Koné annonce 80.000 personnes au stade de la paix

Hommage au président Ouattara à Bouaké : Amadou Koné annonce 80.000 personnes au stade de la paix


Présidentielle 2025 : Amadou Koné mobilise Bouaké pour Ouattara 

Présidentielle 2025 : Amadou Koné mobilise Bouaké pour Ouattara 


Mots clés :Afrikipresseconcours d'écrituredésillusionsperceptivesRegard profane sur : le 27e sommet de l’union africaine à Kigali : enjeuxUA


À lire aussi