Afrikipresse
Économie

Travail des enfants dans le cacao: de retour de Washington, Dominique Ouattara plus que déterminée (Côte d’Ivoire)

Travail des enfants dans le cacao: de retour de Washington, Dominique Ouattara plus que déterminée (Côte d’Ivoire)
Publié le
Par
Philippe Kouhon
Lecture 3 minutes

Arrivée à Washington le 14 septembre 2019 pour sensibiliser les autorités politiques, administratives et les organisations de la société civile américaines sur les conséquences d’un éventuel embargo sur le cacao ivoirien tel que préconisé par les sénateurs Sherrod Brown et Wyden Ron en vue de lutter contre le travail des enfants dans les champs, la Première dame de Côte d’ivoire, Dominique Ouattara, présidente du comité national de surveillance des actions de lutte contre la traite, l’Exploitation et le travail des enfants (CNS), est retournée vendredi 20 septembre 2019 dans son pays, plus que jamais déterminée. Décryptage!

Washington, 17 septembre 2019. Nous sommes au Sénat américain. Mme Dominique Ouattara a rendez-vous avec les deux sénateurs, Sherrod Brown et Wyden Ron. C’est la première fois que les trois personnalités se rencontrent. La Présidente du CNS est à Washington, suite à la menace des deux sénateurs sur les importations du cacao ivoirien sur le sol américain au motif qu’il serait le fruit de travail des enfants. Mission sensible, délicate et plus qu’incertaine, selon plusieurs observateurs.

Dans ses dossiers, Dominique Ouattara sort un document bien renseigné, témoigne un membre de la délégation. Chiffres à l’appui, l’épouse du président Alassane Ouattara expose les engagements et les nouvelles initiatives du gouvernement ivoirien et du CNS dans le cadre de la lutte contre le travail des enfants en Côte d’Ivoire.

« Si votre menace est mise à exécution, cela serait un coup dur pour les millions de paysans et cela ruinerait toute la dynamique engagée pour remédier à ce phénomène » tente-t-elle de convaincre.

[ La réaction des sénateurs ] 

« Notre action ne visait pas à nuire à la Côte d’Ivoire. Nous attendons plus d’action concrète de la part de l’industrie du chocolat et du cacao dans la chaîne de remédiation du phénomène », rassurent les sénateurs, qui laissent ainsi entendre que le problème n’est pas tout à fait, de la responsabilité première du gouvernement. 

Une manière de prendre en compte les efforts fournis par les autorités de Côte d’Ivoire, et de mettre la pression sur les industriels du cacao, qui ne respectent pas les engagements pris, et qu’il revient également à l’État de Côté d’Ivoire de rappeler à l’ordre, avec l’appui de toutes les bonnes volontés. 

Dominique Ouattara ne s’arrête pas en si bon chemin. Elle poursuit sa mission et va à la rencontre des douanes américaines. Mme Brenda Smith, responsable des affaires internationales de cette administration est favorable à une collaboration avec le CNS. Dans la foulée,  elle annonce une mission des douanes américaines en Côte d’Ivoire en décembre 2019.

La Première dame de Côte d’Ivoire participe ensuite à une table ronde  à Atlantic council, un forum de la société civile américaine,  sur la problématique de la lutte contre le travail des enfants en Côte d’Ivoire. Puis elle est encore reçue au congrès par le sénateur Lindsey Graham et le député Elliot Engel. 

Au sein de l’administration Trump, elle rassure les sous secrétaires d’Etat, Tibor Nagy des Affaires africaines et Martha Newton, des affaires internationales. Elle rencontre à nouveau le président de la fondation mondiale du cacao, Richard Scobey déjà reçu à Abidjan le 5 septembre 2019, et boucle son séjour avec une visite de travail au NDI (National Democratic Institute) présidé par Derek Mitchell.

« Vous êtes la seule Première dame capable de parler d’une étude technique sur la traite et l’exploitation des enfants et cela démontre votre leadership » a indiqué Martha Newton. Derek Mitchell a félicité le couple Ouattara qu’il qualifie de modèle pour l’Afrique. 

Autant de bienveillances qui devraient encourager la présidente du CNS à poursuivre son combat pour la lutte contre le travail des enfants  dans la cacaoculture en Côte d’Ivoire, et la rendre plus déterminée que jamais.

Philippe Kouhon, depuis New-York 

 

Publiés récemment

Côte d’Ivoire-RHDP : Lancement de la session de formation des militants, « 2025, c’est maintenant » (Anne Ouloto)

Côte d’Ivoire-RHDP : Lancement de la session de formation des militants, « 2025, c’est maintenant » (Anne Ouloto)


Conseil régional du Gbêkê : Jacques Assahoré livre plusieurs logements

Conseil régional du Gbêkê : Jacques Assahoré livre plusieurs logements


Sponsoré – Go Africa Online lance un nouveau service : les annonces d’offres d’emploi

Sponsoré – Go Africa Online lance un nouveau service : les annonces d’offres d’emploi


Thierry Sinda lance TSM éditeur avec Les Olympes noirs d’Henri Moucle

Thierry Sinda lance TSM éditeur avec Les Olympes noirs d’Henri Moucle


Chronique du lundi – les guerres hybrides en afrique : l’arme des guerres informationnelles dans les batailles idéologiques  

Chronique du lundi – les guerres hybrides en afrique : l’arme des guerres informationnelles dans les batailles idéologiques  


Côte d’Ivoire, Fif : décès de Sharaf Aboubacar ex-arbitre international et Directeur de l’arbitrage

Côte d’Ivoire, Fif : décès de Sharaf Aboubacar ex-arbitre international et Directeur de l’arbitrage


Mots clés :cacaoCôte d'IvoireDominique OuattaraEtats-unistravail des enfants


À lire aussi