Afrikipresse
Sport

Sedya Sanogo quitte l’équipe de France pour la Côte d’Ivoire : la boxeuse veut être championne olympique à Paris 2024

Sedya Sanogo quitte l’équipe de France pour la Côte d’Ivoire : la boxeuse veut être championne olympique à Paris 2024
Publié le
Par
La Rédaction
Lecture 3 minutes

Sedya Sanogo quitte l’équipe de France pour la Côte d’Ivoire. La boxeuse veut être championne aux jeux olympiques de Paris en 2024

Sedya Sanogo, la représentante en boxe féminine de la Côte d’Ivoire aux prochains Olympiades de Paris 2024 raconte son expérience, présente son carnet de projets et dit ce qu’elle attend de son pays.

Sa détermination 

Âgée de 33 ans et athlète de haut niveau, Sedya Sanogo est capitaine de l’équipe olympique ivoirienne de boxe anglaise. Elle a débuté sa carrière à l’âge de 13 ans. Son projet sportif consiste à atteindre le sommet du podium sur l’Olympiade de Paris 2024. À cet effet, elle se consacre à sa carrière de boxeuse.

Sedya Sanogo décide alors de remonter sur le ring. Durant cette période, peu de personnes la soutiennent. Car à 24 ans, certains la trouvent vieille et la voient dans le chemin du mariage et une vie de mère de famille ou de femme au foyer. Elle oppose un « refus catégorique », à cette option dit-elle.

Aujourd’hui, elle compte gravir les échelons afin de s’emparer au plus vite de la ceinture de championne du monde. « Ce n’est pas un rêve, mais un objectif ! », ajoute-t-elle pour assurer de sa détermination.

Sedya Sanogo précise que c’est la détermination, la persévérance et la motivation qu’elle fournit à chaque séance d’entraînement qui lui ont permis de décrocher une finale de championnat de France en 2017, 2 titres en tant que championne de France en 2018 et 2019, 8 ceintures internationales dont une participation au tournoi qualificatif aux jeux olympiques de Tokyo 2021 sous les couleurs du drapeau Ivoirien. 

L’appel à l’aide 

Le sujet qui lui tient énormément à cœur, c’est la recherche des partenaires et sponsors pour faire une bonne préparation physique et mentale, mais qui nécessitent de gros moyens financiers. IL est vrai que la Fédération Ivoirienne de Boxe lui vient en aide, mais les moyens sont insuffisants compte de l’enjeu des conditions de préparation des sportifs de haut niveau, selon ses propres mots. Celle qui a quitté l’équipe de France pour celle de la Côte d’Ivoire, son pays par amour, paye actuellement ses préparateurs physiques et mentaux sur fonds propres.

Même avec un démarrage tardif dans le métier, Sedya Sanogo a pu prouver qu’elle est capable de faire des exploits et elle l’a démontré en décrochant les titres de championnes des cadettes et seniors cités plus haut. Sanogo ne compte pas s’arrêter là. « Ma carrière s’annonce très prospère. J’ai aussi pour objectif de prouver au monde entier que notre continent, l’Afrique est riche de jeunes talents ! » 

La femme forte d’Afrique 

La boxeuse avec un esprit d’équipe et d’appartenance à famille Ivoirienne a créé une association de sportives qui porte le nom de “La femme forte d’Afrique” dont elle est la présidente. Ce, pour prouver à toutes les femmes Africaines que rien n’est impossible et qu’un rêve n’est pas juste une imagination, mais un objectif !

Sedya Sanogo veut être, Championne du monde aux jeux olympiques de Paris 2024, mais elle besoin du soutien de tout le Peuple Ivoirien.

[Fiche technique de Sedya Sanogo] 

Nom : Sanogo

Prénoms : Sedya

Née à Montreuil (France).

Âge : 33 ans

Catégorie : Welter (66kg).

Palmarès.

39 Combats, 33 Victoires dont 6 par KO, 27 au point, 1nul et 5 défaites.

2014 : Championne de France cadettes

2017 : Vice-Championne de France

2018 : Championne de France seniors

2018 : Vainqueure Ceinture Montana

2019 : Championne de France.

Par Alain Martial

Publiés récemment

Korhogo : ouverture de Tiegnin garage auto, première concession automobile du nord

Korhogo : ouverture de Tiegnin garage auto, première concession automobile du nord


Contribution : Les hallucinations délirantes du putschiste du Burkina.

Contribution : Les hallucinations délirantes du putschiste du Burkina.



À lire aussi