Afrikipresse
Économie

Port sec de Ferkessédougou : une chance pour nos jeunesses en quête d’emploi (Téné Birahima OUATTARA, conseil régional)

Port sec de Ferkessédougou : une chance pour nos jeunesses en quête d’emploi (Téné Birahima OUATTARA, conseil régional)
Publié le
Par
Philippe Kouhon
Lecture 5 minutes

Le président du conseil régional du Tchologo (nord), Tené Birahima Ouattara, par ailleurs ministre d’Etat, ministre de la défense a appelé vendredi 21 mai 2021, lors de la cérémonie du lancement de la construction du port sec de Ferkessédougou, la jeunesse à saisir cette opportunité, créatrice d’emplois.

Tené Birahima Ouattara a au nom de la population des départements de Kong, Ouangolodougou et Ferkessédougou, souhaité la bienvenue aux invités avec à leur tête le chef de la délégation, madame la ministre d’état , ministre des affaires étrangères, de l’intégration africaine et de la diaspora, Kandia Camara.

Lire aussi >> Côte d’Ivoire : Lancement des travaux de construction du Port Sec de Ferkessedougou.

« Nos populations et nos chefs coutumiers et autorités religieuses du Tchologo, réunis ici ce matin, sont heureux et fiers de vous accueillir à cette cérémonie de pose de la première pierre du port sec de Ferkessédougou. Madame la ministre d’État, honorables invités, mesdames et messieurs, cette journée du 21 mai 2021, est une date exceptionnelle pour la région du Tchologo. Une journée qui restera à jamais gravée dans notre mémoire car enfin notre rêve est devenu réalité. Ce jour mémorable est également l’agréable occasion de renouveler à son Excellence monsieur le Président de la République, monsieur Alassane Ouattara, la reconnaissance et la gratitude de toutes nos populations.

En effet, le président de la République Alassane Ouattara, avait inscrit en bonne place la réalisation du port sec de Ferkessédougou, lui conférant ainsi tout son caractère prioritaire. La réalisation du port sec, projet structurant, tant attendu par les populations devient enfin une réalité dans son programme ” une Côte d’Ivoire solidaire”.

C’est pour nous l’occasion de remercier tous les gouvernements qui ont œuvré à l’avancement de ce projet au cours de ces trois années depuis la signature en août 2018, entre l’état de Côte d’Ivoire et la société chinoise COMPLANT », a-t-il dit.

Port sec de Ferkessédougou - Une opportunité à saisir pour la jeunesse - Tené Birahima Ouattara
Photo: DR

Hommage aux premiers ministres Gon Coulibaly et Hamed Bakayoko

A l’endroit de Gon Coulibaly et Hamed Bakayoko, Tené Birahima Ouattara a dit : « Nos hommages à feu le premier ministre Amadou Gon Coulibaly, à feu le premier ministre Hamed Bakayoko, mes jeunes frères disparus assez tôt pour leurs actions en faveur de la réalisation de ce projet. Que le tout-puissant les accueillent dans son paradis.

La construction de ce port sec de Ferkessédougou, s’inscrit dans une dynamique d’accélération de la croissance économique à travers la création de point stratégique de développement, une priorité pour le président de la République. Hier nous étions à Korhogo pour la pose de la première pierre de la zone industrielle de Korhogo. Aujourd’hui nous sommes à Ferkessédougou pour la pose de la première pierre du port sec de Ferkessédougou »

Tené Birahima Ouattara à la jeunesse du Tchologo « La construction du port sec de Ferkessédougou est une chance à saisir pour un bon emploi durable et décent pour vos familles  »

« Ces deux infrastructures permettront dans quelques années, de développer un pôle de croissance et une nouvelle Zone économique de développement au nord de la Côte d’Ivoire. Il comporte des infrastructures colossales, des supports logistiques importants, il favorise la construction d’entrepôts et de plateformes, facilite la délocalisation de certaines entreprises.
Tout ceci constitue un foison d’opportunités dont la main-d’œuvre est locale avant d’être ouverte à tout le pays.
C’est pourquoi, je voudrais m’adresser à notre jeunesse pour leur dire que ce port est le leur.

C’est une chance à saisir pour un bon emploi durable et décent pour leur famille. Que ceux qui ont des talents et compétences se préparent à venir servir ici à Ferkessédougou sans être obligé de migrer plus loin. Que ceux qui sont au stade d’apprentissage ou continuent leur cursus scolaire ou universitaire, s’appliquent davantage pour être parmi les meilleurs afin de se donner plus de chance de servir le port sec et ses entreprises en relation ».

Port sec de Ferkessédougou - Une opportunité à saisir pour la jeunesse - Tené Birahima Ouattara
Photo: DR

Poursuivant, il a dit : « Aujourd’hui, le doute fait place à l’espoir d’un projet qu’on attendait depuis longtemps et ouvre la voie pour des lendemains meilleurs pour notre développement. Notre région devient un pôle de croissance entraînant avec elle la mise en œuvre des potentialités économiques du district des savanes à savoir le poro, le tchologo et la bagoué, et également du zanzan. Je veux parler du bounkani et du gontougo. Enfin, vous comprendrez aisément la joie qui anime nos populations ce matin ».

Inscrite dans les projets prioritaires de la vision de l’émergence 2020 et dans le plan national de développement ( PND) 2016-2020, la construction du port sec de Ferkessedougou vise à réduire et optimiser les circuits d’approvisionnement des potentialités économiques des Districts des Savanes ( Poro, Tchologo, Bagour), du Zanzan ( Bounkani, Gontougo) et tirer profit des potentialités économiques des régions frontalières : Sikasso( Mali) et Bobodioulasso( Burkina Faso).

Il abritera un terminal import-export, un dépôt d’hydrocarbures et un marché à bétail et un abattoir. Il est bâti sur une superficie de 732 hectares dans le petit village de Dekokaha à 5km de la ville sur l’axe Ferkessedougou- Ouangolo, pour un coût global de 254 milliards 171 millions de fcfa. L’entreprise chinoise COMPLANT est chargée d’exécuter les travaux du port sec de Ferkessedougou dont la livraison est prévue sous 30 mois.

Philippe Kouhon, envoyé spécial à Ferkessédougou

Publiés récemment

Mots clés :Côte d'Ivoireport sec de ferkéssedougouTéné Birahima Ouattara


À lire aussi