Afrikipresse
Opinion

Jean Louis Billon et les Mathématiques sont-ils Chien et Chat ou contribution sur la CMU de Moussa Traoré

Jean Louis Billon et les Mathématiques sont-ils Chien et Chat ou contribution sur la CMU de Moussa Traoré
Publié le
Par
Yaya Kanté
Lecture 2 minutes

Suite à une sortie de Jean Louis Billon sur la CMU, nous avons reçu la contribution du citoyen Moussa Traoré.

Jean Louis Billon et les Mathématiques sont-ils Chien et Chat, s’interroge le citoyen Moussa Traoré, sa contribution sur la CMU, ci-dessous ?

” Le très bourgeois, Député et PDG de Sifca, s’est illustré à l’Assemblée Nationale en jetant violemment le discrédit sur la CMU, avec sa boutade désormais tristement célèbre *Voici ma CMU, elle ne sert vraiment à rien*…

Sans rentrer dans les invectives partisanes, appelons le bourgeois gentilhomme Billon à de simples petits calculs.

1/ COMMENT EST CALCULÉE LA COTISATION DE 1.000

Une prime pure d’assurance obéit à la formule FxC. Fréquence multipliée par le Coût Moyen. Allons vite. Cela signifie que sur les 20 millions D’IVOIRIENS, combien tombe malade par mois. Et combien on paye en moyenne pour les soins dans un hôpital public. Un peu de calculs statistiques n’eût pas nui à l’inusable Billon non.

2/ *Applications Pratiques à la CMU*

Considérons qu’il y a 20 millions D’IVOIRIENS qui vont payer les 1.000 FCFA chaque mois. On a 20 milliards Fcfa en caisse chaque mois. Dans l’année on a 240 milliards. Mettons juste 15% pour les frais de gestion, on aura à déduire 36 milliards Fcfa à 40 milliards Fcfa de ce pactole. On a donc plus de 200 milliards Fcfa  *à mettre dans la mutualité pour soigner les plus malchanceux*

3/ *Les subventions, dons, et la part de la cultures* des soins par les plantes

Viendront en Appui à ce montant les subventions de l’Etat, les dons des fonds mondiaux, des richissimes et les intérêts bancaires des placements qui feront les instances dirigeantes de la CMU. *Il n’est pas illusoires de dire qu’on se retrouvera à 400 milliards*.

À côté de ces données très pratiques, on pourra ajouter les effets de l’analphabétisme qui frappent nos populations rurales. On préfère utiliser nos vieilles recettes des plantes et des racines pour les paludismes (plus grand part des frais de soins des hôpitaux), que d’aller à l’hôpital. Même si ce dernier élément reste impondérable, il n’en demeure pas moins important dans la compréhension de justesse des 1.000 comme coût mensuel de la CMU.

*Alors mon très cher Jean-Louis Billon, avec un peu de recul mathématique, il etait préférable que vous nous epargnassiez de cette boutade qui, au demeurant, relève plutôt d’un cri politicien que d’une vraie lecture de l’événement*.

Amicalement vôtre.

Moussa Traoré

Réagir à l'article

Publiés récemment

Chronique du lundi – après la COP 28 et avant la COP 29, les pays africains doivent-ils renoncer à la manne des énergies fossiles ?

Chronique du lundi – après la COP 28 et avant la COP 29, les pays africains doivent-ils renoncer à la manne des énergies fossiles ?


Phase 2 du programme jeunesse du gouvernement : 200 jeunes à former et 1000 autres à insérer dans le secteur des transports

Phase 2 du programme jeunesse du gouvernement : 200 jeunes à former et 1000 autres à insérer dans le secteur des transports


JO Paris, quelles chances de médaille pour la Côte d’Ivoire : interview avec le Président Comité national olympique N’Goan Georges

JO Paris, quelles chances de médaille pour la Côte d’Ivoire : interview avec le Président Comité national olympique N’Goan Georges


Révision de la liste électorale à Bouaké : l’appui d’Amadou Koné aux secrétaires départementaux du RHDP 

Révision de la liste électorale à Bouaké : l’appui d’Amadou Koné aux secrétaires départementaux du RHDP 


Hommage au président Ouattara à Bouaké : Amadou Koné annonce 80.000 personnes au stade de la paix

Hommage au président Ouattara à Bouaké : Amadou Koné annonce 80.000 personnes au stade de la paix


Présidentielle 2025 : Amadou Koné mobilise Bouaké pour Ouattara 

Présidentielle 2025 : Amadou Koné mobilise Bouaké pour Ouattara 



À lire aussi