Afrikipresse
SociétéSociété

Ebola dans la CEDEAO : les experts préconisent la réouverture des frontières

Ebola dans la CEDEAO : les experts préconisent la réouverture des frontières
Publié le
Par
Charles Kouassi
Lecture 3 minutes

Fermer les frontières pour éviter la propagation, ou les rouvrir pour permettre une réponse coordonnée à l’épidémie et permettre le passage des humanitaires ? C’est le dilemme qui se pose pour les experts et ministres de la Santé des pays de la CEDEAO, réunis à Accra au Ghana ce jeudi pour parler de l’épidémie de fièvre Ebola. Ils privilégient pour l’heure la seconde solution, une réouverture des frontières, mais avec un meilleur contrôle des points de passage. L’épidémie a fait 1552 morts, selon de dernier bilan de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Tous les discours des experts en santé comme des politiques ont été unanimes, ce jeudi à Accra, au Ghana, où sont réunis les ministres de la Santé des pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) : les frontières doivent être ouvertes, mais avec un meilleur contrôle sanitaire des points de passage. Tous considèrent les fermetures de frontières décidées par le Sénégal, la Côte d’Ivoire et la Guinée-Bissau comme inutiles, et plutôt dommageables. Ils craignent une crise sociale et humanitaire : les ONG ne peuvent plus accéder aux pays contaminés, et leur matériel n’arrive plus. Les ministres de la Santé libérien et sierra-léonais n’ont d’ailleurs pas pu venir à Accra faute de vols commerciaux disponibles.

« Ne pas ostraciser » les pays contaminés

Le président ghanéen en exercice de la CEDEAO l’a répété : il faut des réponses coordonnées pour faire face à l’épidémie. « Ebola a stigmatisé nos pays. Nous n’avons pas d’autre choix que de combiner nos efforts et nos ressources pour le combattre », a-t-il déclaré. John Dramani Mahama dénonce l’isolement dans lequel les pays contaminés ont été mis par leurs voisins, estimant qu’il faut mettre en place des mesures de confinement qui « n’ostracisent pas » les pays contaminés. Mais il relève également les conséquences de ces mesures sur les pays non contaminés : « Des nations qui dépendent en grande partie du tourisme ont enregistré des annulations de visites alors même qu’il n’y a pas de cas déclaré sur leur sol », a indiqué le président de la CEDEAO.

Conséquence des fermetures de frontières : certains endroits sont devenus inaccessibles aux agences de santé – une situation qui pourrait évoluer puisque les ministres réunis à Accra ont convenu de la mise en place de corridors humanitaires. Les experts ont également conseillé un suivi strict des malades et de leur entourage, ce qui apaisera les pays frontaliers non encore touchés par le virus.

200 millions de dollars promis par la Banque africaine de développement

La CEDEAO a besoin d’argent pour endiguer l’épidémie. Beaucoup de centres de santé au Liberia et en Sierra Leone ne peuvent plus accueillir de malades. Il faut recruter en urgence des personnels de santé et mettre en place des mesures de quarantaine dans certaines zones. Un fonds de solidarité avait été créé en juillet, mais seuls deux pays sur les quinze membres de la Cédéao y ont pour l’instant participé. La Banque africaine de développement a promis plus de 200 millions de dollars soit près de 100 milliards FCFA, que les agents sur le terrain attendent avec impatience.

À Accra, des représentants de plusieurs pays ont admis avoir pris conscience trop tard du danger. Un geste symbolique décidé à Accra pourrait être enfin une preuve de leur volonté d’agir : l’envoi d’équipes médicales de la sous-région en renfort dans les zones infectées.

Source : RFI

Réagir à l'article

Publiés récemment

Le DG du Guichet unique du commerce extérieur de Côte d’Ivoire chez Amadou Koné 

Le DG du Guichet unique du commerce extérieur de Côte d’Ivoire chez Amadou Koné 


Élu président de l’UVICOCI : Amadou Koné reçoit les félicitations des chefs traditionnels et de communautés

Élu président de l’UVICOCI : Amadou Koné reçoit les félicitations des chefs traditionnels et de communautés


Yopougon : Adama Bictogo engagé pour une commune propre et saine

Yopougon : Adama Bictogo engagé pour une commune propre et saine


Chronique du lundi – après la COP 28 et avant la COP 29, les pays africains doivent-ils renoncer à la manne des énergies fossiles ?

Chronique du lundi – après la COP 28 et avant la COP 29, les pays africains doivent-ils renoncer à la manne des énergies fossiles ?


Phase 2 du programme jeunesse du gouvernement : 200 jeunes à former et 1000 autres à insérer dans le secteur des transports

Phase 2 du programme jeunesse du gouvernement : 200 jeunes à former et 1000 autres à insérer dans le secteur des transports


JO Paris, quelles chances de médaille pour la Côte d’Ivoire : interview avec le Président Comité national olympique N’Goan Georges

JO Paris, quelles chances de médaille pour la Côte d’Ivoire : interview avec le Président Comité national olympique N’Goan Georges



À lire aussi