Afrikipresse
Économie

Bilan économique de la Côte d’Ivoire en 2021 : Une croissance économique positive

Bilan économique de la Côte d’Ivoire en 2021 : Une croissance économique positive
Publié le
Par
Olivier Dion
Lecture 4 minutes

La Côte d’Ivoire a terminé l’année 2021 avec un taux de croissance économique de 6,5 % contre 2 % en 2020, dans un contexte marqué par la gestion de la crise sanitaire mondiale liée à la COVID-19. Le plan de riposte économique et sanitaire mis en place dès la confirmation du premier cas de la COVID-19 en Côte d’Ivoire, a permis de contenir les effets de cette pandémie. 

Lire aussi : Chronique du Lundi – Décryptage du traditionnel message à la nation d’Alassane Ouattara du 31 décembre 2021 

Pour l’année 2022, le Président de la République a annoncé, lors de son message à la Nation, dans la nuit du 31 décembre 2021, que cette dynamique se poursuivra en 2022, avec un taux de croissance économique attendu à 7 %.

Le Budget-programmes, le nouveau mode de gestion des finances publiques  

Entré en vigueur en janvier 2020, le Budget-programmes est le nouveau mode de gestion des finances publiques en Côte d’Ivoire. En 2021,35 dotations et 149 programmes budgétaires ont été validés au titre du Budget de l’État pour l’année 2021 qui s’élevait à 8. 398,9 milliards de FCFA.

Le Port autonome d’Abidjan, une infrastructure économique en pleine expansion  

En février 2021, le Port autonome d’Abidjan a accueilli le plus long navire de son histoire, après la mise en service du canal de Vridi élargi et approfondi. Long de 334,07 mètres, avec une largeur de 42, 8 mètres, un tirant d’eau de 16 mètres et une capacité de 8.714 conteneurs. En juillet 2021, le ministre des Transports, Amadou Koné et le secrétaire d’État chargé des Affaires maritimes, Serey Doh Célestin étaient au Port d’Abidjan pour s’enquérir de l’état d’avancement des travaux de construction du deuxième terminal à conteneurs (TC2), dont la livraison est prévue en 2022. 

Lire aussi : Hydrocarbures en Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara s’entretient avec le PDG de ENI

Le Port autonome d’Abidjan se positionne de plus en plus comme un grand hub port sur la côte Atlantique de l’Afrique. Cette infrastructure économique en pleine expansion entend répondre durablement aux exigences du transport maritime. 

La lutte contre la corruption, une réalité tangible  

L’année 2021 a été marquée par la création du ministère de la Promotion de la bonne gouvernance, du Renforcement des capacités et de la Lutte contre la corruption dans le gouvernement du Premier ministre Patrick Achi, le 6 avril 2021. Ce département ministériel confié au magistrat Epiphane Zoro Ballo a entamé des actions en matière de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption, qui ont abouti au remplacement de certains directeurs de sociétés à participation financière majoritaire de l’État. Ainsi, le directeur général de l’Agence de gestion foncière (AGEF), Lamine Coulibaly, le directeur de l’ARTCI, Bilé Diéméléou, le directeur général du Fonds d’entretien routier, Diaby Lanciné et le directeur général de l’Agence de gestion et de développement des infrastructures industrielles, Youssouf Ouattara, pour ne citer que ceux-là, ont été débarqués de leurs postes respectifs. 

Lire aussi : Organisation de l’IATF 2023 à Abidjan – Souleymane Diarrassouba : “La Côte d’Ivoire est fière d’accueillir l’IATF 2023, grâce au leadership du Président Alassane Ouattara”

Toujours dans le cadre de la lutte contre la corruption, le Président Alassane Ouattara entend instituer, en 2022, un prix portant sur la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption en vue de favoriser, selon lui  « l’éclosion de cette conscience nationale qui prône le respect des deniers publics, la recherche de l’excellence et qui place l’intérêt de la Nation au-dessus de tout ».

Une découverte majeure de pétrole et de gaz dans les eaux ivoiriennes 

Courant septembre 2021, le gouvernement ivoirien, à travers le ministre des Mines, du Pétrole et de l’Energie annonçait la découverte d’un gisement de pétrole et de gaz naturel dans le bassin sédimentaire ivoirien. « Le potentiel peut être estimé, de manière préliminaire, à 1, 5 à 2 milliards de barils de pétrole brut, d’une part, et, d’autre part, à 1. 800 à 2.400 milliards de pieds cube de gaz associé », expliquait le ministre Thomas Camara, le 1er septembre 2021. 

Lire aussi : Prix national d’Excellence : Le Président Alassane Ouattara instaure un prix pour la Bonne gouvernance et la lutte contre la corruption dès la prochaine édition

« Le gisement Baleine qui entrera en production dès 2023 permettra d’augmenter notre production de pétrole et de gaz et de fournir une quantité adéquate de gaz au secteur de l’électricité », a rappelé le Président Alassane Ouattara dans son message à la Nation, le 31 décembre dernier.

Olivier Dion

Publiés récemment


À lire aussi