Afrikipresse
Société

Amélioration des performances économiques : Alain Kouadio veut apporter sa connaissance de l’écosystème entrepreneurial

Amélioration des performances économiques : Alain Kouadio veut apporter sa connaissance de l’écosystème entrepreneurial
Publié le
Par
La Rédaction
Lecture 3 minutes

À l’initiative de la Fondation Kaydan en partenariat avec les universités de Sherbrooke et Félix Houphouët Boigny (Fhb) d’Abidjan, la 6ème édition du colloque international sur « la gouvernance et l’innovation » se tient du 13 au 14 juin 2024, dans la capitale économique Ivoirienne. Une rencontre scientifique qui va mobiliser les enseignants-chercheurs, les décideurs politiques, les chefs d’entreprise, les étudiants et bien d’autres, venus des quatre coins du monde, en vue d’échanger sur les récents développements et les sujets émergents.

Selon Alain Kouadio, le président de la Fondation Kaydan, co-organisatrice de cet événement de grande envergure, l’absence des outils de gouvernance a une incidence négative sur la bonne marche d’une entreprise.

« Toutes les réflexions sur la gouvernance dans une entreprise tiennent compte de l’environnement, l’interaction entre les actionnaires, les dirigeants et les employés. J’apporte ma connaissance de cet écosystème entrepreneurial en aidant les chercheurs à mieux réfléchir sur la problématique de la gouvernance », a expliqué le président de la fondation pour la recherche de l’entrepreneuriat en Afrique.

À l’occasion de la cérémonie d’ouverture du colloque international, Vassoko Bamba, le représentant du parrain, Adama Coulibaly, Ministre des Finances et du Budget en Côte d’Ivoire, a argué qu’il est impératif que les institutions et les organisations se réinventent, en adoptant des stratégies d’innovation pour faire face aux nouveaux défis. « C’est donc à juste titre que ce colloque entend aborder les sujets émergents en matière de gouvernance et d’innovation ».

« En terme d’approche conceptuelle, la gouvernance désigne une technique de gestion sociale qui porte non seulement sur le non fonctionnement des organisations mais aussi, sur la qualité de l’action de celles-ci dans l’espace social. Toutefois, les profonds changements de l’environnement dû à la mondialisation et aux nouvelles technologies génèrent de nouvelles responsabilités pour les décideurs. Quant à l’innovation, elle peut être appréhendée comme le moteur de progrès car elle nous emmène à repousser les limites du savoir, instaurer de nouvelles stratégies et intégrer désormais les technologies émergentes dans un environnement en mutation », a expliqué Vassoko Bamba.

Changement climatique, intelligence artificielle, transformation numérique et développement durable. Ces sujets mentionnés plus haut envahissent l’environnement des affaires et doivent être pris en compte par les sociétés, dans la mesure où, elles veulent se réinventer et développer le continent africain. Ainsi, il a salué l’organisation du colloque qui offre l’opportunité à tous les participants de s’imprégner des enjeux actuels de la gouvernance et l’innovation, deux piliers essentiels pour la performance des États, des collectivités territoriales,…

« Pour que l’innovation puisse s’épanouir, elle a besoin d’un cadre de gouvernance propice et stimulant. Il est essentiel de créer un écosystème qui favorise la créativité et l’expérimentation en soutenant la recherche scientifique, à travers l’allocation des ressources nécessaires, dans le but d’accélérer la performance de nos nations. Alors, la tenue de ce colloque international est à saluer. Chers participants, pour un développement économique harmonieux de nos pays, c’est en partageant nos idées et en adoptant une approche proactive que nous parviendrons à bâtir des institutions fortes, avec un modèle de gouvernance participative qui intègre les nouvelles pratiques », a-t-il lancé.

Pour sa part, Pr Koné Salif, doyen de l’Unité de formation et de recherche en sciences économiques et de gestion (Ufrseg) de l’Ufhb, a noté que la gouvernance qui se définit comme l’ensemble des pratiques qui permettent le fonctionnement optimal d’une organisation, est un chantier majeur en Côte d’ivoire avec notamment, la création de la Haute autorité de la bonne gouvernance (Habg). Et, l’innovation, qui correspond à la création d’éléments nouveaux, est au cœur de l’action du gouvernement Ivoirien avec la création du Programme économique pour l’innovation et la transformation des entreprises (Pepite).

L’Ufrseg de l’Ufhb a été créée en 1966, pour assurer la formation et la recherche dans les domaines relatifs à l’économie et à la gestion.

Jessica MEDEBODJI 

Réagir à l'article

Publiés récemment

Bouaké-Changement climatique : Le Réseau des étudiants du Grand Nord s’engage dans la lutte

Bouaké-Changement climatique : Le Réseau des étudiants du Grand Nord s’engage dans la lutte


Le DG du Guichet unique du commerce extérieur de Côte d’Ivoire chez Amadou Koné 

Le DG du Guichet unique du commerce extérieur de Côte d’Ivoire chez Amadou Koné 


Élu président de l’UVICOCI : Amadou Koné reçoit les félicitations des chefs traditionnels et de communautés

Élu président de l’UVICOCI : Amadou Koné reçoit les félicitations des chefs traditionnels et de communautés


Yopougon : Adama Bictogo engagé pour une commune propre et saine

Yopougon : Adama Bictogo engagé pour une commune propre et saine


Chronique du lundi – après la COP 28 et avant la COP 29, les pays africains doivent-ils renoncer à la manne des énergies fossiles ?

Chronique du lundi – après la COP 28 et avant la COP 29, les pays africains doivent-ils renoncer à la manne des énergies fossiles ?


Phase 2 du programme jeunesse du gouvernement : 200 jeunes à former et 1000 autres à insérer dans le secteur des transports

Phase 2 du programme jeunesse du gouvernement : 200 jeunes à former et 1000 autres à insérer dans le secteur des transports


Mots clés :colloque internationalCôte d'IvoireécosystèmeentrepreneuriatFondation KaydangouvernanceInnovation


À lire aussi