Afrikipresse
Opinion

À mon avis … 1993- 2023 : que reste-t-il de Félix Houphouët-Boigny ?

À mon avis … 1993- 2023 : que reste-t-il de Félix Houphouët-Boigny ?
Publié le
Par
Ben Ismael
Lecture 2 minutes

1993-2023, trente ans après sa mort, Félix Houphouët-Boigny demeure dans l’esprit des Ivoiriens et, reste une figure emblématique sur le continent africain. Quand on parle de Félix Houphouët-Boigny, l’Afrique de l’Ouest pense immédiatement à la création du Rassemblement Démocratique Africain, symbole de l’émancipation politique de la sous-région Ouest africaine, de l’organisation de l’unité africaine, aujourd’hui Union Africaine.

Chose curieuse, l’homme d’État ivoirien n’a jamais « accédé », à la présidence de l’organisation panafricaine. Le 7 décembre 1993, Félix Houphouët-Boigny tire sa révérence. Une tempête de crise d’émotion a ensuite éprouvé toute la Côte d’Ivoire. Félix Houphouët-Boigny était un homme d’État et politique d’exception. Les Ivoiriens l’avaient baptisé le « vieux » Mais, aujourd’hui que, reste-t-il de Félix Houphouët-Boigny, père de l’indépendance de la Côte d’Ivoire ?

Il suffit de parcourir aujourd’hui l’Afrique, du Soudan, Niger, Mali, Tchad, en passant par le Burkina, la Somalie, la Libye pour se rendre compte à quel point Félix Houphouët-Boigny a eu raison « très tôt » d’enseigner le dialogue, et non, l’usage des armes pour régler les conflits. Ce symbole de pacification que Félix Houphouët-Boigny appelait ‘’ L’arme’’ des forts’’ a disparu du langage politique des Africains et de certains Ivoiriens.

L’Homme d’État ivoirien avait créé le concept de la « démocratie à l’ivoirienne ». Ce symbole, sans violence politique expliquait l’aisance de Félix Houphouët-Boigny pour asseoir son pouvoir. Politiquement correcte, « la démocratie à l’ivoirienne » avait un style de Conseil national, élargi à toutes les couches sociales, politiques, administratives, économiques, de la Côte d’Ivoire. Ce champ de culture d’enrichissement d’échanges a disparu aujourd’hui.

Du président Félix Houphouët-Boigny, les Ivoiriens ont, aussi aimé sa générosité et ses actions sociales, particulièrement son style de gratuité des grandes rencontres de football au stade Houphouët-Boigny, et des galas de boxe au palais des sports. Aujourd’hui, ce symbole d’amour pour les Ivoiriens inspiré par l’homme de Yamoussoukro, a disparu. Les médias ivoiriens ne proposent pas suffisamment Félix Houphouët- Boigny et ses compagnons, symboles et figures emblématiques de la lutte pour l’indépendance de la Côte d’Ivoire.

Que ceux qui connaissent Gabriel Dadié, Mamadou Coulibaly, Lamine Fadiga, Biaka Boda , Mathieu Ekra , Coffi Gadeau , Péléforo Coulibaly Gon, Mamadou Konaté lèvent le doigt. Ils sont oubliés. Aujourd’hui, qui visite la basilique ou la fondation pour la recherche de la paix ?  Deux grandes visions de Félix Houphouët-Boigny. Une simple question aux héritiers d’Houphouët Boigny :   pourquoi toutes ses habitudes politiques et morales  ont disparu ?  

Par Ben Ismaël

Réagir à l'article

Publiés récemment

Bouaké-Changement climatique : Le Réseau des étudiants du Grand Nord s’engage dans la lutte

Bouaké-Changement climatique : Le Réseau des étudiants du Grand Nord s’engage dans la lutte


Le DG du Guichet unique du commerce extérieur de Côte d’Ivoire chez Amadou Koné 

Le DG du Guichet unique du commerce extérieur de Côte d’Ivoire chez Amadou Koné 


Élu président de l’UVICOCI : Amadou Koné reçoit les félicitations des chefs traditionnels et de communautés

Élu président de l’UVICOCI : Amadou Koné reçoit les félicitations des chefs traditionnels et de communautés


Yopougon : Adama Bictogo engagé pour une commune propre et saine

Yopougon : Adama Bictogo engagé pour une commune propre et saine


Chronique du lundi – après la COP 28 et avant la COP 29, les pays africains doivent-ils renoncer à la manne des énergies fossiles ?

Chronique du lundi – après la COP 28 et avant la COP 29, les pays africains doivent-ils renoncer à la manne des énergies fossiles ?


Phase 2 du programme jeunesse du gouvernement : 200 jeunes à former et 1000 autres à insérer dans le secteur des transports

Phase 2 du programme jeunesse du gouvernement : 200 jeunes à former et 1000 autres à insérer dans le secteur des transports



À lire aussi