fbpx

Côte d’Ivoire-Accident de la route : la responsabilité pénale de la Sicta engagée désormais (Amadou Koné, ministre des Transports)

Présent ce jeudi 13 juin 2019 à la cérémonie d’inauguration de la station Sicta, du Plateau, quartier d’Affaire d’Abidjan, le ministre ivoirien des transports, Amadou Koné a fait le point des accidents de la route liés à la mauvaise tenue des véhicules. Il a insisté sur la rigueur  des contrôleurs techniques de la Sicta dont la responsabilité pénale individuelle pourrait être engagée en cas d’accident dû à une panne mécanique d’un véhicule avec un contrôle technique à jour.

Selon les chiffres du ministère des transports, le parc automobile ivoirien a doublé de 2013 à 2018 du fait du regain de la croissance économique du pays, passant de 600.000  en 2013 à 1,2 million de véhicules en 2018.

« Le nombre d’accident est passé de 1200 en 2013 à 1509 en 2018, avec un millier de morts dont 70% constituent la population vulnérable, les piétons, les utilisateurs de 2 et 3 roues et surtout les enfants. Malgré cette augmentation de 20%, on dira que proportionnellement, il y a eu moins d’accident en 2018 qu’en 2013 » a fait savoir Amadou Koné.


Citant les causes, Amadou Koné qui situe les causes humaines à 94% et défaillance technique à 6%, a indiqué qu’il existe bien une corrélation entre ces deux causes.

C’est pourquoi,  dira-t-il, le gouvernement a décidé d’accroitre les actions en vue du rajeunissement du parc automobile avec une moyenne d’âge de 22 ans en 2017.

« Depuis le dernier décret d’application, nous sommes à 17 ans la moyenne d’âge du parc automobile ivoirien, soit 5 points de gagnés en seulement 6 mois » a-t-il ajouté.

Aux concessionnaires, il a plaidé en faveur d’un accès aux véhicules neufs à moindre coût.

« La Côte d’Ivoire est le premier pays d’Afrique avec des voitures neuves. Avec 16% de croissance au 1er trimestre de cette année contre 14% en 2018, c’est bien une progression qui attire les investisseurs » s’est-t-il réjoui.

Toutefois, le ministre des transports, déplore la lenteur dans la mise en application de la réglementation du décret n°2016-864 du 3 novembre 2016 portant législation automobile avec l’obligation pour tous de faire le contrôle technique de son véhicule.

« En Côte d’Ivoire, 40% du parc automobile ne va pas au contrôle technique et malheureusement nous avons un taux de gravité des accidents de l’ordre de 78%. C’est excessif » a-t-il déploré.

Aux agents de la Sicta, il dira : « Il faut qu’on connaisse le contrôleur qui a fait la visite technique pour non seulement éviter la corruption mais engager la responsabilité pénale individuelle de celui-ci en cas d’accident lié à une défaillance mécanique sensée être résolue par la visite technique ».

Philippe Kouhon

 

Dernière modification le 14/06/2019

A propos de l'auteur

Philippe Kouhon

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!