fbpx

Jour de vote en Guinée : des retards et des manquements, pas encore d'incidents Spécial

Les électeurs guinéens se sont mobilisés ce dimanche devant leurs bureaux de vote pour élire un nouveau président pour un mandat de 5 ans. À Conakry la capitale, dans plusieurs communes et quartiers, un ‘’grand’’ retard a été accusé au démarrage du vote. Au lieu de 7 heures, c’est à 9h30 que les 33 bureaux de vote –BV-se trouvant au quartier Simambossia dans la commune de Ratoma ont entamé le vote.

Dans ces BV, on a enregistré le manque soi de l’urne, de l’isoloir, de la liste d’émargement, de l’encre, des bulletins de vote, des procès verbaux ou de la liste des électeurs.

À l’Université Manguya, aux BV 0013, 14 et 16, les membres ont été confrontés à un manque de fiche d’émargement, d’urne et d’encre indélébile. Il est 9 heures 47 à cet endroit. La mobilisation est forte. Dans le rang, une mère de famille s’énerve : « Nous sommes là depuis 5 heures du matin. On est fatigué et nous n’avons pas encore déjeuné. On a nos enfants à la maison qui n’ont pas aussi mangé. On ne comprend même pas ce qui se passe à l’intérieur de ce bureau de vote. Il y a trop des va et vient ».

Amadou Toumany Baldé, la cinquantaine, assis sur une chaise est plus direct: « La CENI n’est pas prête. On fatigue seulement les gens. Comment est-ce qu’ils peuvent dire que tout est prêt alors que rien n’est sur place ? ».

Dans ce quartier où on dénombre plus de 30 BV, sur 23 sillonnés par Afrikipresse entre 7h00 à 8h57, il n’y avait que 6 urnes présentes. Pendant ce temps, les présidents des BV étaient en contact permanent avec le chef de quartier, Amadou Diawara.

Ce dernier, trouvé au siège du quartier, était sur le qui-vive. Son téléphone crépite à tout moment, recevant des plaintes des membres de BV.

« On a m’a remonté tous les problèmes. Depuis hier soir j’ai informé le président de la CEPI –commission électorale préfectorale indépendante-. Je viens de l’appeler. Des camions sont en route pour envoyer les matériels manquant », a-t-il confié.

Quelques minutes plus tard, cette promesse se concrétise. Mais l’inquiétude des membres des bureaux de vote n’est pas levée. Avec ce retard de 2 heures, l’arrêt du vote, initialement annoncé à 18 heures sera-t-il effectif ou y aura-t-il prolongation ?

Observateurs !

Dans les différents BV, Afrikipresse a constaté la présence des observateurs électoraux représentants d’ONG, les délégués des partis en lice : RPG, UFDG, UFR, PEDN, BL, GRUP. Parmi ceux que le reporter a sillonnés, pas de représentant du parti PEG, de Marie Madelène Dioubaté. Les forces de l’ordre arborant des t-shirts blancs sur lesquels on peut lire –USEP- unité de sécurité de l’élection présidentielle, sont visibles.

Aucun incident n’est pour l’heure, signalé.

Aliou BM Diallo

Dernière modification le 11/10/2015

A propos de l'auteur

Afrikipresse

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!