fbpx

Itinéraire- A 26 ans il produit de l'électricité pour sortir la Guinée de l'obscurité Spécial

Agé de 26 ans, Mamadou Kolon Diallo est un jeune artisan guinéen passionné par la production du courant électrique.

Originaire de la région de Labé sur les massifs du Fouta Djallon (500 km de Conakry), il a,  depuis 2007 fait des réalisations ‘’intéressantes’’ dans le domaine de l’électricité. Mamadou  Diallo a réussi à créer l’énergie éolienne, des chargeurs autonomes et il est en cours de achever un générateur sans carburant.

Pourquoi les Guinéens peinent-ils à résoudre le problème d’électricité alors que le vent, l’eau ou le soleil contient de l’énergie pouvant fournir du courant électrique,  s’interroge incessamment Mamadou Kolon Diallo, qui a abandonné les cours au collège? Pour répondre à cette question, M. Diallo passe à la ramasse d’objets divers pour concevoir projet. Pour lui, il n’est pas question d’aller en Chine ou au Japon pour mettre en place un prototype afin de faire l'expérimentation : ‘’Je collecte des objets se trouvant près de moi, dont l’acquisition est de moindre coût. C’est entre autre  des CD, des tiges de bois, des bidons d’eau, des jantes de vélo, des fils électriques, etc’’.

 

[ Du bois et du sable comme matière première] 

 

A l’aide d’un bidon de 20 litres  suspendu sur un bois, et d'une roue sur laquelle sont attachées des boites de gloria, il obtient de l’énergie électrique. Sur un autre bois, des boites contenant du sable ou toute charge donnent du courant électrique à chaque fois que le tube descend, fait-il savoir.

‘’Chaque fois les objets tombent sur nous, poursuit Kolon Diallo. Nous le savons tous. Cela est dû à quoi ? A une énergie de gravité. Tu soulèves l’objet, il redescendra. C’est une force et toute force donne du courant électrique. Mais comment convertir [cette force en courant électrique]? C’est ce que nous cherchons. A partir des objets qui tombent sur moi, j’ai cherché à avoir le courant électrique. Il suffit de suspendre un objet lourd. Quand il commence à descendre, je profite pour charger mon téléphone’’, explique Mamadou Kolon Diallo, rencontré à son atelier. Alors que des électriciens d’ailleurs parlent d’énergie renouvelable, le jeune lui, conçoit un prototype qui donne de l’énergie libre. ‘’Tant que la date de péremption des batteries d’accumulateur n’est pas arrivée, l’appareil fournira du courant électrique’’, souligne-t-il.

M. Diallo développe qu’‘’un appareil qui utilise des batteries d’accumulateur, est un appareil qui s’auto alimente. Une fois qu’il s’alimente, il va recharger les batteries. Le champ magnétique des aimants, lui, il est parmi des énergies libres. Si les autres sont de la famille des énergies renouvelables, lui il est de la famille des énergies libres’’

[Une affaire de 225 euros] 

 

 

A ce jour, le ‘’prodige’’ assure avoir réalisé des micros tribunes, des éoliennes en convertissant des ventilateurs des plafonds, des moteurs à aimant permanent, des chargeurs autonomes (qu’on ne branche pas au courant du quartier ou bien au vent et ou au soleil),  des chargeurs qui sont libres, entre autres. Le coût de la réalisation de ces outils est estimé à plus de 2 millions de francs guinéens (plus de 225 euros).

Pendant que les européens et les américains utilisent des infrarouges, Kolon lui, en manque les moyens. Mais il ne désespère pas. ‘’ Je ne suis pas arrivé à ce niveau d’abord. J’utilise un rasoir bic qui me permet de contrôler les aimants, savoir quel aimant est présent parce qu’ils ont des pôles nord et sud’’, éclaire-t-il. Et d’ajouter : ‘’J’ai cherché à placer un autre aimant qui est opposé aux aimants déjà installés pour qu’il m’identifie l’aimant qui est sous la bobine pour que la roue continue à tourner’’.

Si traditionnellement on sait que ce sont les fils conducteurs qui laissent passer le courant, chez M. Kolon, tel n’est pas le cas.

‘’A l’école on nous dit que ce sont les conducteurs qui laissent passer le courant. Chez moi, ce n’est pas le cas. Je n’utilise ici que des isolants’’.

Si le système qu’il a créé est développé, souligne-t-il, la Guinée aura résolu le problème de courant.

‘’ […] Mais il y a du vent chez nous. Il me faut convertir l’énergie cinétique du vent qui est près de moi. Je regarde chaque fois les mouvements des feuilles. C’est une force. Si on améliore le système, il y aura forcément du courant en Guinée. Là où il n’y a pas de vent, il y a de l’eau. S’il n’y a pas de l’eau il y a du soleil. Si nous les exploitons nous-mêmes nous allons sortir de cette pénurie’’.

 

[Son père est chauffeur.... ]

 

L’énergie produite à partir de ces prototypes est capable d’alimenter un poste téléviseur. C’est à l’aide de cette énergie que Mamadou Kolon éclaire sa maison et charge les téléphones de ses voisins.

Si le manque d'électricité  en Guinée a constitué la première source d’inspiration du jeune Kolon, la seconde est de Nikola Tesla, venu aux États-Unis en 1884 à l’âge de 28 ans.

‘’Moi aussi, j’ai cherché ce que Tesla faisait, ce qu’il est, et comment il faisait ses recherches à l’époque et comment il a évolué. Mes dernières inspirations sont de Tesla’’.

Tout petit, Mamadou Kolon était très curieux. Selon ses amis d’enfance, il aimait démonter les postes radios de la maison pour tenter de les régler [à sa manière]. Et le fait que son père était chauffeur a pesé fort positivement chez lui.

‘’Mon père est chauffeur. Il conduisait et reparait [la voiture]. Je l’assistais. J’ai cherché à comprendre les mouvements mécaniques, comment la voiture que nous avons, fonctionnait. Au village, on reparait nous-mêmes la voiture. En 1991, j’étais encore très petit, ils ont installé des panneaux solaires chez nous. Puisque les gens nous voyaient réparer la voiture, ils nous appelaient pour réparer leurs panneaux solaires’’, se souvient Mamadou Kolon Diallo.

Mamadou Aliou Diallo à Conakry

Dernière modification le 23/11/2014

A propos de l'auteur

Afrikipresse

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!