fbpx

Griefs contre le calendrier électoral : Marie-Elise Gbèdo saisit la cour constitutionnelle

Le retour au bercail de Patrice Talon, la visite des responsables syndicaux au siège du Conseil d’orientation et de supervision de la Liste électorale informatisée (Cos-Lépi) et la prestation de serment, lundi prochain, des nouveaux députés, membres de la Haute cour de justice. Ce sont entre autres les sujets abordés par les journaux de ce vendredi.

L’homme d’affaires Patrice Talon est de retour au pays. À quelques exceptions près, tous les journaux parus ce matin ont titré sur ce retour apaisé du magnat du coton. « Il a été accueilli dans la matinée d’hier à l’aéroport international Cardinal Bernardin Gantin de Cotonou par les députés Candide Azannaï et Joseph Djogbénou. », informe ‘’Fraternité’’.

« Annoncé depuis plusieurs mois, l’homme d’affaires, Patrice Talon a retrouvé Cotonou hier. Il a regagné le Bénin à bord d’un avion en provenance d’Abidjan. Hier à l’aéroport international Cardinal Bernardin Gantin de Cotonou, le "comité d’accueil" était très réduit. », précise ‘’Matin Libre’’. « L’attente a été très longue pour ses admirateurs », selon ce quotidien.

‘’L’événement Précis’’ écrit que ce retour apaisé au bercail de l’homme d’affaires prouve que le pardon à lui accordé par le président Boni Yayi, après la rocambolesque affaires de tentative d’empoisonnement et de tentative de coup d’Etat, a été concrétisé.

« Patrice Talon, le triomphe d’un exilé. Fin de job pour les kpakpato qui se servent du nom de Talon pour manger chez Yayi », placardeà sa une le quotidien ‘’le Potentiel’’. ‘’Le Radar’’ lui, souhaite simplement la bienvenue à l’homme. ‘’Kwabo’’ en langue nationale Fongbé écrit ce quotidien.
Maintenant qu’il est au pays, il sera face son destin. Un destin qui, selon ‘’Fraternité’’, est la présidentielle de février prochain. « Ce retour peut donc être un coup d’accélérateur à l’engouement et aux ralliements, surtout des grands partis politiques. Et puisque les plus importants pourvoyeurs de suffrages sont d’abord et avant tout, les grandes formations politiques, Patrice Talon sait ce qu’il lui reste à faire. », écrit le journal de Minontin.

Mais ‘’Matin Libre’’ prévient de quelque chose dans ses colonnes. « … Attention à ses envies nocives et vénéneuses. Il est citoyen béninois et la constitution lui offre tous les droits d'être candidat s'il remplit les conditions. Mais entre l'envie politique et l'émotion vengeresse, il y a un pas qu'il faut refuser de franchir. », avertit ce canard.

Pendant que Talon foulait le sol béninois, les secrétaires généraux des centrales syndicales étaient eux autres au siège du Cos-Lépi. « Mieux comprendre le processus d’actualisation du fichier  électoral national, en savoir un peu plus sur les populations cibles concernées et exprimer leur disponibilité à accompagner le Cos-Lépi dans sa mission. », voilà ce qui justifie leur visite au Cos-Lépi, selon ‘’la Tribune de la Capitale’’. Information confirmée par le quotidien du service public.

L’autre actualité relayée par les journaux ce vendredi, c’est la prestation de serment des nouveaux députés de la Haute cour de justice. ‘’La Tribune de la capitale’’, informe que c’est conformément  aux articles  185 du Règlement Intérieur de l’Assemblée nationale et 135 de la Constitution, que 6 députés de la 7ème législature ont été élus pour siéger à la Haute Cour de Justice et y prêteront serment le lundi 12 octobre prochain.

Ce journal publie dans ses pages les noms des 6 députés élus. Il s’agit des honorables Candide Armand Marie, Assouan Benoît Dègla, Adam Bagoudou, Valentin Djenontin-Agossou, Edmond A. Zinsou et Sacca Lafia, dit ‘’la Tribune de la Capitale’’.

« Contre le calendrier électoral de la Commission électorale nationale autonome (Céna), Marie-Elise Gbèdo saisit la cour constitutionnelle ». Information tirée des pages du quotidien du service public. « Par requête en date du 7 octobre dernier, Me Marie-Elise Gbèdo a attrait la Commission électorale nationale autonome (Céna) devant la Cour constitutionnelle. Selon elle, l’institution présidée par Emmanuel Taindo aurait violé l’article 44 de la loi n° 2013-06 du 25 novembre 2013 portant Code électoral en République du Bénin. Le recours porte sur la date qu'elle a retenue dans son calendrier, pour le démarrage de la campagne électorale dans le cadre de la prochaine présidentielle fixée au 28 février prochain par décret présidentiel. »

Se fondant sur cette disposition de l’article en cause, et tout calcul opéré conformément au 12 février 2016 retenu par la Céna pour le démarrage de la campagne électorale, elle estime que la date limite pour le dépôt des candidatures à cette élection devrait être située, entre le 28 et le 30 décembre 2015. Ainsi, déduit la requérante, du 30 décembre 2015 au 12 février 2016, les quarante-cinq jours de l’article 44 sont bien respectés.


Ariel Gbaguidi


Dernière modification le 09/10/2015

A propos de l'auteur

Afrikipresse

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!