fbpx

Démocratie et paix : le testament politique de Mathieu Kérékou et les ambitions de Zinsou

La grève des enseignants béninois qui démarre jeudi prochain, le testament politique de feu Président Mathieu Kérékou, les nouvelles réformes à l’Université d’Abomey-Calavi qui suscite la colère des responsables étudiants ainsi que la présidentielle de 2016, sont à la une des journaux.

Les enseignants des écoles primaires et secondaires ferment les portes des établissements jeudi prochain. Cette information constitue la manchette du journal ‘’le Progrès’’. ‘’Le Télégramme’’ d’Etienne Houéssou, écrit que l’école béninoise est dans la tourmente, quelques jours après la reprise des classes. Les enseignants réclament la satisfaction totale de leur revendication, alors que le moratoire qu’ils ont donné au gouvernement est arrivé à expiration. C’est pourquoi le Front d’action des syndicats lance une grève de 48 heures à compter du jeudi, explique ‘’le Télégramme’’.

À l’Université d’Abomey-Calavi (Uac), il y a des remous. À l’origine de ces grincements de dents, l’inscription à l’Uac sur étude de dossier. Une nouvelle disposition, qui selon les responsables étudiants exclus leurs camarades issus de familles pauvres. Ces responsables ont protesté et sont allés jusqu’à bloquer le processus d’inscription, informe ‘’Matin Libre’’.

« Ils ont fait irruption sur les lieux de dépôts de dossiers et ont contraint les parents d’étudiants et les nouveaux bacheliers venus s’inscrire à se retirer. Selon eux, il est inconcevable que l’entrée en faculté passe aussi par un tri comme entend le faire le rectorat. », rapporte le quotidien ‘’Matin Libre’’.

Marceline Gbèha, la présidente de la Haute cour de justice remet son titre en jeu demain. ‘’La Nation’’ détient l’exclusivité de cette information. « Après l’entrée en fonction officielle des six députés juges, les membres de la nouvelle mandature de la Haute cour de Justice tiennent demain leur première session ordinaire avec en toile de fond, l’élection du nouveau président de l’institution. Les 13 membres de la juridiction ont été convoqués à cet effet par le doyen d’âge de l’institution. », précise le journal du service public.

L’ancien ministre Ali Houdou et président de la Fondation Mathieu Kérékou, déclare dans les colonnes du quotidien ‘’Fraternité’’ que l’ex-président, décédé le 14 octobre dernier, a laissé un testament politique, que doit s’approprier le président qui sera élu en 2016.

« A en croire l’ancien ministre et proche collaborateur du caméléon, Ali Houdou, le Général a insisté sur ‘’la nécessité de faire du prochain quinquennat, un événement de transition politique pour une nouvelle gouvernance apaisée et un nouveau départ pour notre pays’’. En termes plus clair, l’héritage de Mathieu Kérékou repose sur deux piliers fondamentaux à savoir la démocratie et la paix. Pour honorer la mémoire du Général, il faut respecter ces deux chantiers », écrit ‘’Fraternité’’ qui a reçu le responsable de la Fondation Mathieu Kérékou.

Restons toujours avec ‘’Fraternité’’ qui, avec son journaliste Sulpice O. Gbaguidi, est allé à la rencontre du premier ministre Lionel Zinsou. Le confrère déclare avoir eu une discussion à bâtons rompus avec le locataire de la primature.

« Nous avons rencontré le successeur de Koupaki dans sa résidence, une villa non loin de l’Océan Atlantique, pour une discussion à bâtons rompus, hors micro et caméra, dans une ambiance détendue. Le premier ministre s’est révélé prolixe, sans langue de bois. Loin des exigences protocolaires, l’entretien a été fécond. Zinsou a répété qu’il n’avait pas été demandeur du poste de premier ministre, mais qu’il ne regrette pas avoir accepté l’offre. Un premier ministre heureux ? Oui. »

Par rapport à sa candidature à la présidentielle de 2016, Lionel Zinsou déclare au journaliste : « Je n’ai pas d’amour-propre de candidat. Je n’ai pas d’ego de président ». Pourra-t-il changer de position au fil du temps ?

« Quand nous lui avons posé la question, sa réponse est parue brusque et floue. Pressé d’apporter la clarté, le premier ministre déclare : « C’est tôt de savoir s’il faut faire ce job qui n’est pas mon métier », raconte Sulpice Gbaguidi. Mais le premier ministre poursuit selon le confrère : « Je crois en la vertu du travail, je crois en la vertu des résultats. Je ne me vois pas être candidat si je ne suis pas sûr de faire bouger les lignes… ».

Voilà qui prouve que Lionel Zinsou ne s’est pas encore décidé, concernant sa candidature ou non à la présidentielle de 2016. En plus, il pose des conditions au vu des faits rapportés par le journaliste de ‘’Fraternité’’.

Toujours sur le plan politique, ‘’Nouvelle Expression’’, ‘’Palmarès’’ et ‘’le Meilleur’’ ont annoncé que Patrice Talon était hier au domicile au député et homme d’affaires Séfou Fagbohoun. La présidentielle de 2016 entre autres, était au menu des échanges et au vu des discussions, il pourrait y avoir un grand rassemblement politique en ce qui concerne le choix du prochain président de la République, indique ‘’le Meilleur’’.


Ariel Gbaguidi

Dernière modification le 20/10/2015

A propos de l'auteur

Afrikipresse

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!