fbpx

Coup d'Etat au Burkina : ceux qui avaient lâché Compaoré face à la colère du peuple se vengent ...

Le peuple Burkinabè se trouve encore une fois à une étape importante de son destin. Alors que les états-majors politiques fourbissaient leurs armes pour entrer de plain-pied dans la campagne électorale pour la présidentielle du 11 octobre, l’homme fort du régiment de la sécurité présidentielle (Rsp) s’est emparé du pouvoir. Mais le president du parlement de la Transition, dissout se dresse. Il se proclame président en l'absence de Kafando , pour dire non aux militaires . 

En vérité tout porte a croire que ce sont ceux qui ont échoué à sauver Blaise Compaoré, tentent de reprendre la main. Pour remettre en cause les acquis de la révolution. Le nouvel homme fort du Burkina Faso, le général de brigade Gilbert Dienderé (ex chef d’Etat major particulier de Blaise Compaoré et N°1 du Rsp), aujourd’hui a la tête du Conseil national pour la démocratie qui s’est arrogé le pouvoir explique : « nous avons des amis au Cdp comme dans tous les autres partis politiques. Mais cette proximité avec le Cdp, n’est pas la raison de notre passage à l’acte » (site en ligne, « Jeune Afrique »).

Cette sortie a du mal à passer dans l’entendement populaire au Burkina Faso. Nombreux sont ceux qui dénoncent une collusion entre le Congrès pour le progrès et la démocratie de l’ex-chef d’Etat, Blaise Compaoré et le Rsp, présenté comme sa garde prétorienne du temps où il dirigeait d’une main de fer le pays des hommes intègres.

C’est avec stupeur qu'avait été accueillie dans la capitale burkinabè, le mercredi, la nouvelle de l’intrusion d’hommes armés dans la salle du conseil des ministres à Kosyam, le palais présidentiel, et l’arrestation du chef de l’Etat Michel Kafando, du premier ministre Yacouba Isaac Zida et de deux ministres. L’occupation de la télé nationale, la Rtb, la neutralisation de la chaîne de télé privée populaire Bf1 et des chaînes de radio de premier plan, dont Omega Fm, laissaient naturellement augurer de la suite du scenario. Et cela n’a pas tardé.

Le lendemain le Rsp est resté dans la ligne évidente de son action. Dans la matinée, un porte parole annonce sur la chaîne nationale, ce que tous les observateurs soupçonnaient depuis les premiers moments : un coup d’Etat. Dissolution du gouvernement, démission du président de la transition et du Conseil national de transition Cnt (une assemblée nationale de circonstance). Les Ouagalais se perdent en conjectures sur les réelles motivations des insurgés. Des attitudes diverses sont observées. Si certains ont spontanément répondu l’appel de l’organisation civile, à l’origine de la révolution qui a chassé Compaoré du pouvoir, d’autres se font beaucoup plus discrets. Quelques rassemblements sporadiques ont été initiés, vite dispersés par les soldats à coups de feu en l’air. Souvent, à l’arme lourde.
La ville de Ouagadougou est littéralement quadrillée par le Rsp. Particulièrement le quartier huppé « Ouaga 2000 » qui abrite le palais présidentiel de Kosyam. Mais aussi, le quartier « la patte d’oie », la « zone du bois » qui abrite la maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO), jusqu’à l’échangeur de l’Est. Au centre ville, l’avenue Kwame Nkrumah n’est pas en reste. De même, la place de la révolution ou place de la nation n’a pas échappé à la vigilance des hommes en tenue. Si l’on en croit les déclarations du Conseil national pour la démocratie qui a pris le pouvoir, il serait question d’organiser des élections inclusives, comme le recommandait la CEDEAO. Une sorte de redistribution des cartes et une manière de faire voler en éclats le code électoral censé régir les prochaines consultations. C’est le Cdp qui s’en frotte les mains, à en croire Leonce Koné, vice-président de cette formation qui affirme soutenir de façon totale le putsch. Le Burkina Faso s’isole en fermant toutes ses frontières terrestres et aériennes. Quant à la population, elle subit un couvre feu à partir de 19 H : il lui est recommandé de rester chez elle.

Yvon-Jonathan K.
Envoyé spécial à Ouagadougou.

Dernière modification le 17/09/2015

A propos de l'auteur

Afrikipresse

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!