fbpx

30eme Sommet UA : la malnutrition coûte 3 à 16% des PIB en Afrique

Selon une étude du groupe des leaders africains pour la malnutrition (ALN), pour 15 pays africains, atteindre l’objectif 2025 sur le retard de croissance, fixé par l’Assemblée mondiale de la santé, induira une augmentation de 83 milliards de dollars de leur revenu national.

« S’attaquer au coût de la faim en Afrique : un appel à un leadership audacieux », est le thème débattu lundi 29 janvier 2018, dans le cadre du lancement de l’initiative des dirigeants africains pour la nutrition (ALN), en marge du 30e sommet de l’UA à Addis Abeba.

La commission de l’UA et la Banque africaine de développement (BAD) ont mis en place cette plateforme composée de personnalités éminentes et de chefs d’États pour mobiliser des ressources financières, indispensables pour la réduction du taux de mortalité qui touche environ 45% des enfants de moins de 5 ans à cause de la malnutrition. Ce qui équivaut à près de 3 millions de vies par an. À l’issue d’une étude effectuée en 2015 dans 15 pays d’Afrique, le groupe des champions de la nutrition au sein de l’UA a constaté que le coût de la malnutrition pour les économies africaines s’établit entre 3 à 16% du PIB.

« Le budget consacré par chaque pays africain dans le cadre de la malnutrition est autour de 1%. Ce n’est pas suffisant. Voilà pourquoi nous lançons cette initiative afin d’inciter les gouvernements à voter des budgets sensibles à la malnutrition. Merci pour les 59 millions d’enfants en retard de croissance du fait de la malnutrition. Merci pour les 14 millions d’enfant qui n’auront plus faim d’ici 2025. Merci pour les 10 millions d’enfants obèses qui seront en bonne santé. Merci pour les 3 millions d’enfants qui meurent par an et qui auront désormais une vie », a dit Dr Akinwumi Adesina, président de la BAD. S’appuyant sur l’étude des coûts de la faim (COHA) effectuée par la même plateforme, le président de Madagascar, Hery Rajaonarimampianina a dressé un autre tableau sombre des effets de la malnutrition.

« Seul un enfant souffrant de la sous nutrition bénéficie d’une attention, 1à 18% des redoublements à l’école sont dus à la sous nutrition, 40% des personnes en âge de travailler souffrent de la malnutrition. L’amélioration donc de la vie des enfants est une obligation, voire une urgence. C’est pourquoi, j’en appelle à la conscience des uns et des autres pour réduire ce fléau et espérer des économies fortes en Afrique ». Enfin pour le Roi Lestsie III du Lesotho, représenté par son premier ministre, MotsoahaeThomas Thabane, désigné Champion de la nutrition de l’UA, si l’enfant souffre de malnutrition durant les 1000 premiers jours de sa vie, d’irréversibles effets négatifs se produisent sur son développement, tels, le retard de croissance, des fonctions intellectuelles diminuées par la mauvaise constitution de la matière grise, élément à l’origine de la perception sensorielle, de la mémoire et de la prise de décision, entre autres. « La vraie infrastructure n’est ni les ponts ni les routes. L’infrastructure la plus importante, c’est la matière grise. Or la malnutrition induit la malconstruction du cerveau de l’enfant » a dit Amira Elfadil, commissaire de l’UA chargée des affaires sociales au nom du président Moussa Faki Mahamat.

Interrogé par Afrikipresse sur le coût prévisionnel en termes de contribution des États africains pour l’éradication de la faim en Afrique, Akinwumi Adesina (BAD) a dit : «  les discussions  sont en cours ».

Etaient également présents à ce déjeuner de travail, l’ancien président du Nigéria, Obasandjo, Koffi Annan (ancien secrétaire de l’Onu) et le ministre Patrick Achi, secrétaire général de la présidence, représentant le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara.

 

Philippe Kouhon, envoyé spécial à Addis Abeba

Sur le même sujet

Lire aussi >> 30e Sommet UA-Moussa Faki Mahamat : « l’Afrique n’est rien du tout sans... »

Lire aussi >> 30e Sommet UA : mobiliser les femmes autour de la lutte contre la corruption

Lire aussi >> 30e Sommet UA : atouts et zones d’ombres d’Addis Abeba, capitale de l’Afrique

Lire aussi >> 30eme Sommet UA : échos de la longue quête d’une intégration encore inachevée

Lire aussi>> 30e sommet UA : des réalités sur l’éducation des filles et des femmes exposées

Lire aussi>>Addis-Abeba : les temps forts 30e sommet de Union africaine dévoilés

Lire aussi>>30 ème Sommet UA : l’Ivoirien Ouattara demain à Addis Abeba, le Nepad en attraction

Lire aussi>> 30eme Sommet à Addis-Abeba : pour 2018, voici les priorités proposées à l’Union africaine

Lire aussi>> 30 eme Sommet UA : entretien avec SEM Alaoui M’Hammdi, ambassadeur du Maroc

Lire aussi>> Vol direct Abidjan-New York : les révélations de Teferra Henok, vice-président d’Ethiopian Airlines

Lire aussi >>30eme Sommet UA : fin annoncée de l’aide publique au développement en Afrique

Lire aussi>> 30ème Sommet UA : un panel des personnalités du Nepad félicite le Libéria

Lire aussi >> Sommet CEDEAO à Addis-Abeba : Alpha Barry fait le point, Weah le benjamin

Lire aussi >> Kagamé aux commandes avec 4 vice-présidents : tout sur l’ouverture du 30 eme sommet UA

Lire aussi >>1ers mots de Kagamé, Président UA : offrir la prospérité à la jeunesse, aucun pays ne peut...seul

Lire aussi >>Achi Patrick depuis Addis-Abeba : « Investir dans la nutrition équilibrée de l’enfant avant 2 ans »

 

Dernière modification le 29/01/2018

A propos de l'auteur

Philippe Kouhon

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!