Afrikipresse
Économie

Une réunion au ministère de Légré finit dans la confusion (Côte d’Ivoire,Affaires maritimes et portuaires)

Une réunion au ministère de Légré finit dans la confusion (Côte d’Ivoire,Affaires maritimes et portuaires)
Publié le
Par
Charles Kouassi
Lecture 6 minutes
Le lundi 8 juin 2020, Soro Dauffanguy Bakary Benjamin, directeur de cabinet du ministre chargé des Affaires maritimes, agissant au nom du Philippe Légré, a présidé une réunion au cabinet relativement à la situation en cours à la direction générale des affaires maritimes, marquée par une passation de service avortée entre un directeur intérimaire, et le directeur général légal nommé par décret , Tano Koffi Bertin.
La réunion s’est terminée en queue de poisson , alors qu’elle était supposée mettre fin à la pagaille et à la confusion déjà créées par le ministre dans sa volonté de limoger Tano Koffi Bertin, sans précaution, ni respect des règles les plus élémentaires, soucieux qu’il était d’appliquer les mesures d’urgences ayant souvent prévalu dans la gestion des ministères, durant la période de la crise allant de 2003 à 2010, sous la présidence Laurent Gbagbo.
Interrogé par des responsables des syndicats sur la conduite à tenir , le Directeur de cabinet Soro Bendjamin a dit : « La Présidence nous a dit de suspendre la passation des charges. Nous avons donc décidé de ne plus le faire, mais nous ne sommes pas d’accord avec cette décision. Pour le ministre, il n’est pas question de continuer à travailler avec le colonel Tano Koffi Bertin ».
Face à  ces propos, des agents ont décidé de prendre leurs responsabilités, en prenant toutes les dispositions pour garantir le retour à ses bureaux , du Dg légal , le colonel Tano Koffi non associé à la réunion. Sollicité dans ce sens , le toujours directeur général des affaires maritimes n’a pas voulu bouger, parce qu’il a été informé qu’un groupuscule d’agents ont été actionnés pour manifester et créer du désordre contre sa venue, et ainsi soutenir la thèse d’une révolte contre des malversations présumées de sa part. Tanoh Bertin a donc choisi de déjouer le piège des hommes de Soro Bendjamin et de Légré Philippe, en refusant d’accéder à ses bureaux dans le contexte actuel. Une situation qui permet aux hommes de Légré de prétendre que la page Tano Koffi Bertin est tournée, alors qu’il n’en est rien.
La question que des observateurs et les agents non manipulés se posent est : comment le directeur de cabinet, après avoir avoué lui-même que le ministre a reçu des instructions de la présidence, peut-il affirmer n’être pas d’accord avec sa hiérarchie , et refuser de permettre que le DG Tano Koffi Bertin poursuive sa mission ?
Pourtant quelques jours plus tôt, interpellé par des proches qui lui avaient fait part des réserves de certaines personnalités et de ses collègues sur sa démarche dans la gestion de la situation de crise par lui aux affaires maritimes et portuaires, le ministre Légré Philippe avait pourtant prétendu avoir le soutien du Président de la République, et du Premier ministre ! Ce qui n’est pas le cas, selon les propos tenus par son directeur de Cabinet.
Des collaborateurs du Premier ministre, des proches du vice-président et même du président de la République , et certains de ses collègues lui avaient également conseillé de calmer le jeu, d’attendre le retour du chef du gouvernement et de mieux se pourvoir, dans sa volonté de limoger le colonel Tano Koffi Bertin, par ailleurs cadre éminent du Rhdp au niveau de Bongouanou et du Moronou , proche de l’inspecteur d’ État Ahoua Ndoli, lui-même fidèle du vice-président Duncan.
Légré Philippe avait alors fait semblant de reculer, en acceptant de surseoir depuis lors à la passation des charges; mais à travers ses hommes de main, il essaie toujours d’entretenir une atmosphère de tension, à travers des tracts, des vidéos,  et des intoxications dans des médias et sur les réseaux sociaux pour faire croire que le colonel Tano aurait détourné tantôt 15 milliards Fcfa, tantôt 5 milliards Fcfa en invoquant un audit demandé par le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly.
Légré Philippe a même  entrepris d’adresser au Président de la République, un mémo de la situation. Dans ce projet de memo à charge, comme dans un document transmis à la presse par son chargé de communication, le ministre dénigre de façon systématique son collaborateur.
S’agissant des manquements présumés de gestion relevés, il faut noter que les observations rélevées par l’audit auquel le ministre et ses hommes font allusion, sont en cours de correction et que 85% des diligences ont été déjà effectuées. Le reste était en cours , et devait faire l’objet de textes réglementaires, lorsque
le secrétariat d’État a été créé, et confié à Légré Philippe en septembre 2019.
Préoccupé par d’autre chose que la bonne gestion, soucieux de faire la guerre au Ministre Amadou Koné, Légré Philippe n’avait rien fait depuis lors, pour que les dossiers avancent !
Lorsqu’un ministre rame à contre courant de toute une gouvernance exemplaire avec des arguments à même de faire croire que le Premier ministre, chef du gouvernement ( demandeur d’un audit auquel le ministre s’accroche ), et les ministres précédents dans le domaine, ont été complaisants à l’égard de Tano Koffi Bertin, lorsque malgré les instructions de la présidence ( selon le directeur de cabinet ) sont foulées au pied, n’y a-t-il pas lieu de le dénoncer ?
NB : ci-joint les documents produits par le ministre et ses équipes
Alice Ouédraogo

Publiés récemment

Mots clés :Affaires maritimesCôte d'IvoireLégréTano


À lire aussi