Afrikipresse
SportSports

Maroc, Ethiopie et Guinée Équatoriale candidats pour le Chan 2018 : forces et faiblesses

Maroc, Ethiopie et Guinée Équatoriale candidats pour le Chan 2018 : forces et faiblesses
Publié le
Par
Charles Kouassi
Lecture 4 minutes

Trois pays ont fait acte de candidature auprès de la Confédération Africaine de Football  (CAF) pour l’organisation de la 5ème édition du Championnat d’Afrique des Nations ( CHAN) de football, a fait savoir l’instance confédérale sur son site internet. Il s’agit du Maroc, de l’Ethiopie et de la Guinée Equatoriale. Chaque pays présente des forces mais aussi des faiblesses.

-Le Maroc : légitime favori

Candidat malheureux pour l’organisation des coupes du Monde de 1994, 1998, 2006 et 2010, le Maroc est également prétendant à celle de 2026 qui regroupera 46 pays. En dehors des finales des coupes africaines qu’il accueille régulièrement, le royaume chérifien a organisé la CAN des seniors  A en 1988 gagnée par le Cameroun. Il a aussi organisé la CAN des cadets en 2013 remporté par la Côte d’Ivoire et celle des juniors en 1997. Le Maroc a également accueilli la Coupe du Monde des Clubs à deux reprises. En 2013 et 2014. En juillet 2017, le Maroc a encore prouvé sa capacité à organiser les grandes rencontres en accueillant le symposium de la CAF sur le football.  

Il possède des infrastructures sportives, hôtelières, sécuritaires, routières qui n’envient pas celles des pays d’Europe, d’Amérique et d’Asie. De plus, il a une flotte aérienne qui facile les déplacements sur le continent. Des trois prétendants, le Maroc est le seul pays qui a accueilli un grand nombre d’événements footballistiques et qui présente une carte de visite impressionnante au football. A l’inverse, les autres pays africains lui pardonnent difficilement son refus d’organiser la CAN 2015 par crainte du virus Ebola qui sévissait à l’époque dans trois pays, la Sierra Leone, la Guinée et le Libéria. De plus, on lui reproche son manque de solidarité envers les autres pays du continent parce que trop distant d’eux dans leurs difficultés. Sans oublier qu’il lui est souvent reproché d’être mauvais perdant, et pas toujours fair-play.

-L’Ethiopie : tenter une autre expérience

Elle a organisé à trois reprises la CAN seniors en 1962, 1968 et 1978. Ce n’est pas tout. L’Ethiopie a également dans son escarcelle l’organisation de la CAN des juniors de 2001. Elle entend tenter une nouvelle expérience sinon une autre expérience avec le CHAN. Tout comme le Maroc, l’Ethiopie a une flotte aérienne classée en première position sur le continent et qui dessert de nombreux pays. Sans oublier que l’aéroport d’Addis-Abeba est une véritable porte d’entrée et de sortie pour un très grand nombre de pays du monde. Si elle présente des garanties suffisantes au niveau du cahier des charges, il reste que les guerres civiles des pays voisins de la Corne de l’Afrique pourraient lui être défavorable dans le choix final du fait de l’insecurité grandissante.

-La Guinée Équatoriale : l’étoile montante

Ce pays commence à être une plaque tournante dans l’organisation des événements footballistiques. Le plus récent et celui qui a le plus connu du succès reste incontestablement la CAN 2015. La Guinée Équatoriale a réussi un grand pari en organisant ce rendez-vous qui lui a été confié en moins de trois mois du début des hostilités devant le désistement du Maroc qui avait eu une peur bleue du virus Ebola à l’epoque. L’Afrique en était fière. Trois ans auparavant soit en 2012, elle a co-organisé la CAN avec le Gabon. De plus, la Guinée Équatoriale a accueilli la CAN des seniors dames en 2008 et en 2012 qu’elle a d’ailleurs gagnées. Mais si ce pays possède des stades et des infrastructures hôtelières et remplit les autres conditions et présente également une carte sécuritaire qui rassure, sa situation géographique pose problème car l’accès y est difficile. Les événements malheureux enregistrés à Malabo le lendemain du match de la demi-finale perdue de la Guinée Équatoriale devant le Ghana ne plaident pas en sa faveur non plus. Il lui faudra une forte dose de chance pour arracher la faveur des décideurs du football africain.

Adou Mel

Publiés récemment

Organisation maritime internationale : Une délégation ivoirienne à Londres 

Organisation maritime internationale : Une délégation ivoirienne à Londres 


FAI : L’industrie ivoirienne au cœur du développement africain

FAI : L’industrie ivoirienne au cœur du développement africain


Lutte contre la corruption en Côte d’Ivoire : un dispositif de protection des lanceurs d’alerte en élaboration

Lutte contre la corruption en Côte d’Ivoire : un dispositif de protection des lanceurs d’alerte en élaboration


Confédération des États du Sahel : Le GIMA recommande la coexistence pacifique avec la CEDEAO

Confédération des États du Sahel : Le GIMA recommande la coexistence pacifique avec la CEDEAO


Coaching professionnel en Afrique : Nabou Fall Academy et l’Academy Tunisie annoncent une  triple certification

Coaching professionnel en Afrique : Nabou Fall Academy et l’Academy Tunisie annoncent une  triple certification


1er sommet de l’AES : création de la Confédération de l’AES, d’une banque d’investissement et la promotion des langues nationales (recommandations)

1er sommet de l’AES : création de la Confédération de l’AES, d’une banque d’investissement et la promotion des langues nationales (recommandations)


Mots clés :cafchanEthiopiefootballGuinée équatorialeMaroc


À lire aussi