Afrikipresse
Économie

Chronique Maritime :  les emplois marins (navigants)

Chronique Maritime :  les emplois marins (navigants)
Publié le
Par
Philippe Kouhon
Lecture 2 minutes

Cette semaine du 6 février 2023, notre expert en transports maritimes Sékou CAMARA nous entretien sur les emplois marins.  Selon lui le besoin en personnels navigants (officiers et personnel d’exécution) dans l’industrie maritime est réel. «  A l’échelle mondiale, les trois grands bassins de recrutement sont : les pays de l’OCDE ;  l’Europe de l’Est et  l’Asie » a-t-il souligné.

Lire aussi » Chronique Maritime : le Choix d’une solution de transport international

Situant le contexte du besoin en personnel navigants, Sékou CAMARA, expert en transports maritimes rappelle que les pays de l’OCDE totalisent toujours un très grand nombre d’officiers et représentent la seconde force en termes de marins. Cette position, poursuit-il n’est pas tenable car la pyramide des âges est défavorable à l’OCDE et nombre d’officiers vont atteindre l’âge de la retraite dans les dix prochaines années, sans que les effectifs des écoles ne puissent compenser leur départ, du fait d’un manque d’attractivité croissant du métier de navigant. De plus, les carrières d’officiers sont de plus en plus courtes, les marins préfèrent rapidement se reconvertir à terre où leurs qualités d’encadrement sont très appréciées.

Quant au personnel d’exécution, il est de plus en plus soumis à la concurrence par le biais des registres internationaux, dans le cadre desquels la confrontation de leurs exigences salariales et sociales avec celles des marins du sud-est asiatique leur est fatalement désavantageuse.

 En Europe de l’Est

 Les marins des pays de l’Europe de l’EST sont arrivés sur le marché international à la suite de la disparition de l’URSS et de la chute du communisme dans les pays satellites.

Lire aussi » Chronique Maritime : Le Contrat de transport Maritime

Le passage à l’économie de marché s’est traduit par des faillites d’entreprises maritimes et une réorganisation des compagnies sur le modèle de gestion internationale des couts. Un grand nombre de marins, autrefois salariés des compagnies d’Etat se sont retrouvés sur le marché de l’emploi tandis que le flot des nouveaux diplômés ne tarissait pas (ce fut le cas de notre pays à partir de 1994).

 En Asie

 L’Extrême orient et le sous-continent indien représente déjà la première force de marins dans le monde et cette puissance est appelée à se renforcer.

En Asie du Sud-Est, les Philippines sont incontestablement le premier pourvoyeur de marins de la zone mais aussi du monde, 18.7% des navigants sont de nationalité philippine, devançant ainsi la Chine, l’Indonésie et l’Inde. Au total, ces 4 pays assurent un tiers du contingent de marins à l’échelle mondiale alors qu’ils contrôlent moins de 9% de la flotte mondiale.

 En Afrique 

Il faut noter que les besoins en main-d’œuvre qualifié concernent les postes de commandement et de Maistrance sont énormes tandis qu’on constate des sureffectifs au niveau des postes d’exécution.

L’amer constat est que la participation de l’Afrique dans ce marché est quasi-nulle.

Philippe Kouhon 

Réagir à l'article

Publiés récemment

Nouveau statut de la fonction publique : Des  fonctionnaires formés sur les innovations 

Nouveau statut de la fonction publique : Des  fonctionnaires formés sur les innovations 


Bouaké-Changement climatique : Le Réseau des étudiants du Grand Nord s’engage dans la lutte

Bouaké-Changement climatique : Le Réseau des étudiants du Grand Nord s’engage dans la lutte


Le DG du Guichet unique du commerce extérieur de Côte d’Ivoire chez Amadou Koné 

Le DG du Guichet unique du commerce extérieur de Côte d’Ivoire chez Amadou Koné 


Élu président de l’UVICOCI : Amadou Koné reçoit les félicitations des chefs traditionnels et de communautés

Élu président de l’UVICOCI : Amadou Koné reçoit les félicitations des chefs traditionnels et de communautés


Yopougon : Adama Bictogo engagé pour une commune propre et saine

Yopougon : Adama Bictogo engagé pour une commune propre et saine


Chronique du lundi – après la COP 28 et avant la COP 29, les pays africains doivent-ils renoncer à la manne des énergies fossiles ?

Chronique du lundi – après la COP 28 et avant la COP 29, les pays africains doivent-ils renoncer à la manne des énergies fossiles ?



À lire aussi