Afrikipresse
PolitiquePolitique

Exclusif -Plateau : Sawégnon même pas peur, Bendjo et la stratégie de la défaite

Exclusif -Plateau : Sawégnon même pas peur,  Bendjo et la stratégie de la défaite
Publié le
Par
Charles Kouassi
Lecture 6 minutes

On lui dit que le président Bédié pourrait appeler le Président Ouattara pour demander qu’il retire sa candidature, on lui dit aussi que le même président Bédié aurait dit à Akossi Bendjo de le neutraliser car il ne veut pas entendre parler d’une défaite du Pdci au Plateau lors des municipales de 2018 ; on lui dit encore qu’il aura en face de lui tout le Rhdp derrière Akossi Bendjo, on lui dit encore que Bendjo serait allé voir Amadou Gon Coulibaly pour exiger des pressions, on insiste pour l’assurer que ces pressions sont inévitables, et qu’elles pourraient avoir raison de sa candidature au dernier moment ; on lui parle de la colossale fortune de celui qui n’est pas un gamin politique, on lui dit tant d’autres choses encore, et pourtant Fabrice Sawégnon reste de marbre.

Même pas peur, parce qu’il estime n’avoir aucun différent avec SEM Henri Konan Bédié ni ses proches ; parce qu’il ne revendique pas le soutien ni l’investiture du Rdr, ni du Rhdp et qu’il est juste un citoyen, un candidat indépendant qui a une ambition pour le Plateau, parce qu’il estime que les présidents Ouattara et Bédié ne sont pas contre la compétence et le dynamisme qu’il veut mettre au service du Plateau.

Même pas peur, malgré les alertes, même pas peur malgré cette confidence prêtée à son adversaire : « les enfants s’amusent, mais ils ne savent pas se cacher. Qu’il distribue son argent. Ça va finir d’ici à la date des élections ! S’il met 1 milliard, j’en mettrai deux. S’il met dix milliards, j’en mettrai 11. J’aurai toujours le dernier mot”.

Le gamin qui dit avoir grandi et assure avoir pris des galons, répond qu’il ne s’agit pas d’une affaire d’argent, mais d’idées et de réalisations au service du Plateau.

On le dit aussi fortuné que celui qui n’est pas un gamin, qui est un vieux routier, on dit qu’il est prêt à casser la tirelire, cependant il refuse la chasse et la course aux milliards et n’accepte pas de donner du crédit aux propos prêtés à son adversaire.

Le communicant n’a, semble-t-il, jamais été autant déterminé ni autant prêt à tout pour une cause, une cause qui est davantage sociale que politique pour lui.

Certains de ses amis n’osent pas le dire devant lui, mais ils s’interrogent : ” il a tout eu dans les affaires, mais que vient-il chercher en politique, en plus c’est contre Bendjo qui est avec nous et est Rhdp ? C’est embrassant”.

Lui répond qu’il ne s’agit pas d’être heureux tout seul et de voir le Plateau dans la léthargie, dans des lendemains sans espoir.

Rien, absolument rien ne semble pouvoir l’arrêter dans sa bataille pour obtenir la confiance des électeurs de la commune des affaires, du quartier administratif de la capitale économique du pays.

Fabrice Sawégnon sait que c’est cette vitrine qui avait valu à Abidjan le petit surnom de Manatthan d’Afrique.

Il se souvient de ses rêves d’enfance autour de cette commune et de ses ruelles.

Il voit et rêve grand pour le Plateau.

Habitué à transformer en réalité les rêve, les idées et les ambitions de ses clients, qu’ils soient hommes d’affaires, entreprises ou hommes politiques, Fabrice Sawégnon veut à présent donner corps à son propre rêve : le Plateau et son amour pour la cité.

Il ne s’agit pas d’une ambition personnelle, mais d’un sacerdoce, d’un appel irrésistible au devoir.

S’il échoue, il sera fier d’avoir osé et sera fair-play, mais il ne se remettra jamais de n’avoir pas tenté l’aventure, maintenant. Au moment où il le fallait !

” Je ne viens pas prendre la place de quelqu’un, je viens demander au peuple du Plateau son onction. Le peuple du Plateau n’est la propriété de personne. Le poste de Maire n’est pas l’apanage d’un seul clan. Je suis qualifié pour le poste. Qu’on aille, programme contre programme et que les autres sortent leur bilan”, laisse-t-il entendre.

S’il continue de déplorer le ton ivoiritaire, ethnique et même tribal que le pas gamin tente de donner en privé et même en public à la campagne, Fabrice Sawégnon se refuse néanmoins à le suivre sur le terrain des coups bas.

Il laisse éventuellement à ses partisans le soin de faire -si nécessaire- le sale boulot en distillant des informations relatives aux doutes supposées sur l’intégrité du maire, sur ses malversations à la SIR qui lui auraient valu des déboires avec la junte de Robert Guéi, sur ses années anti-Bédié de rénovateur Pdci qui s’est rallié sur le tard et par dépit à Bédié, sur son flirt avec la Refondation et Désiré Tagro pour devenir Ministre ou Gouverneur du District d’Abidjan, durant les années Gbagbo.

Il les laisse dire qu’alors que Bendjo prétend avoir des amis au Rdr, tout le monde sait qu’en plus de son flirt avec les Refondateurs et de son passé de rénovateur anti-Bédié, il n’a pas toujours porté dans son cœur le Président Ouattara.

Ils rappellent qu’en 2010, après le premier tour, Bendjo n’avait pas le choix que de se fondre dans la campagne, mais sans vraiment trop y croire.

Les “Sawégnon ou Rien” du Plateau, restent très déterminés à faire mordre la poussière au camp “Bendjo ou Rien” qui refuse de mourir….

Les ” Sawégnon ou Rien” ne sont pas seuls : Fpi comme Rdr du Plateau et d’ailleurs (sans oublier d’irréductibles adversaires internes au Pdci), rêvent secrètement, à défaut d’apporter ouvertement leur appui à l’indépendant et presqu’irrésistible Fabrice Sawégnon, de voir le “gamin”devenu grand, “bouter” hors de Petit Manhattan, Noël Akossi Bendjo, qui a choisi une stratégie de la défaite : user de tous les moyens possibles pour empêcher une candidature du gamin.

Pour éviter, selon lui, les palabres au Rhdp alors que Fabrice Sawégnon n’est pas issu d’un parti du groupement politique.

Empêcher la candidature pour éviter, selon lui, de troubler l’ordre public. Excusez du peu !

Une stratégie de la défaite, car s’il échoue à empêcher son adversaire d’être candidat, il n’aura plus de coeur ni d’énergie pour le vrai combat des urnes.

À ses visiteurs de ces derniers jours à qui il était content de confier qu’il est le patron du Pdci pour cause d’interim lié à la mission du secrétaire exécutif du Pdci-Rda, Maurice Kacou Guikahué, Noël Akossi Bendjo ne cache pas son souhait : ” le Pdci ne se laissera pas faire. Il ne faut pas que le petit soit candidat ici au Plateau, fais tout pour qu’il ne soit pas candidat “.

Assurés de partir avec une enveloppe ces interlocuteurs promettent avec vigueur de se mettre au travail et l’assurent que Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara feront reculer le gamin.

La bataille qui ne fait que commencer, promet !

Charles Kouassi

Lire aussi >> Plateau : Ouattara neutre, Sawégnon sur les traces de Beyoncé, Bendjo n’a pas dit son dernier mot

Publiés récemment

Haut-Sassandra : Koné Mamadou encense Touré Mamadou : « nous avons des élus compétents »

Haut-Sassandra : Koné Mamadou encense Touré Mamadou : « nous avons des élus compétents »


Organisation maritime internationale : Une délégation ivoirienne à Londres 

Organisation maritime internationale : Une délégation ivoirienne à Londres 


FAI : L’industrie ivoirienne au cœur du développement africain

FAI : L’industrie ivoirienne au cœur du développement africain


Lutte contre la corruption en Côte d’Ivoire : un dispositif de protection des lanceurs d’alerte en élaboration

Lutte contre la corruption en Côte d’Ivoire : un dispositif de protection des lanceurs d’alerte en élaboration


Confédération des États du Sahel : Le GIMA recommande la coexistence pacifique avec la CEDEAO

Confédération des États du Sahel : Le GIMA recommande la coexistence pacifique avec la CEDEAO


Coaching professionnel en Afrique : Nabou Fall Academy et l’Academy Tunisie annoncent une  triple certification

Coaching professionnel en Afrique : Nabou Fall Academy et l’Academy Tunisie annoncent une  triple certification


Mots clés :Bendjo et la stratégie de la défaiteCôte d'IvoireExclusif -Plateau : Sawégnon même pas peurMunicipalesPlateau


À lire aussi