Afrikipresse
PolitiquePolitique

Désordre de bataille au sein de l’opposition ivoirienne : 4 tendances contre Ouattara

Désordre de bataille au sein de l’opposition ivoirienne : 4 tendances contre Ouattara
Publié le
Par
Charles Kouassi
Lecture 2 minutes

Avec le début du dépôt des candidatures à l’élection présidentielle ivoirienne du 25 octobre 2015, un dépôt de candidature qui prend fin le 25 août ‎, les choses se précisent. En face du camp Rhdp-Ouattara qui est plus que prêt, nous avons environ quatre tendances totalement désunies au sein de l’opposition ; des tendances que seul un éventuel second tour pourrait rassembler. Encore faut-il avoir la bonne stratégie pour parvenir à cette étape.

La première tendance, c’est Affi N’Guessan et le Fpi qui malgré les quolibets des partisans , et même des adversaires d’accord pour les trouver trouvent insignifiants et très peu inquiétants, continuent leur chemin avec l’espoir de créer la surprise, comme Macky Sall le fit face à Abdoulaye Wade, au Sénégal .

Affi N’Guessan n’est pas totalement content, ni satisfait de ce qui se passe sous la gouvernance Ouattara, mais il souhaite s’engager le plus loin possible dans le jeu électoral, et disposer à ce titre de plus de moyen de pression, avant d’affronter plus violemment l’adversaire qui l’aura aidé à exister, et à remporter le combat interne.

À côté de ce Fpi et d’Affi, il y’a la tendance des autres amis et partisans de Laurent Gbagbo . Malgré l’existence de la Coalition nationale pour le changement , Sangaré Aboudrahame et Akoun Laurent n’ont pas oublié que le Fpi reste une mer, vers laquelle les fleuves doivent affluer.

Le soutien à Charles Konan Banny, se fera à leurs conditions. Ils ont déjà réussi à embrouiller le contexte socio politique ivoirien avec la résurgence du débat sur l’éligibilité d’Alassane Ouattara, qui rend inaudible le discours et l’appel au dialogue de Banny.

Essy Amara mène seul sa barque, et il n’est pas encore Cnc, alors qu’Anaky Kobenan en rejoignant la Coalition a cessé d’exister p‎ar et pour lui-même. Essy Amara incarne la troisième tendance.

Bien entendu, la Cnc est affaiblie justement par les dissensions sur la question de l’éligibilité et sur les autres préalables à poser.

Puisqu’il n’a pas encore claqué la porte, il semble difficile «d’autonomiser» Mamadou Koulibaly de Lider, et d’estimer qu’il représente à lui seul une tendance contre Ouattara.

Quatre tendances face à un bloc soudé . Dans les quatre tendances, les ambitions et les préoccupations ne sont pas les mêmes.

À côté de ceux qui pensent qu’il est encore possible de tenir la date du 25 octobre 2015, d’autres plaident , non pour un report , mais pour une transition sans Ouattara, et par la suite pour une présidentielle sans Ouattara. Il leur reste environ 80 jours pour convaincre et réussir le report.

D’ici le 25 Octobre prochain, beaucoup de choses peuvent se passer. ‎Entre-temps, l’opposition ivoirienne est en désordre de bataille, pour ne pas dire qu’elle n’est pas encore en ordre de bataille.

Charles Kouassi

Réagir à l'article

Publiés récemment

Faire voler le « Miracle ivoirien » : Comment l’industrie de l’aviation d’affaires peut stimuler l’économie ivoirienne

Faire voler le « Miracle ivoirien » : Comment l’industrie de l’aviation d’affaires peut stimuler l’économie ivoirienne


Terminal Roulier du port autonome d’Abidjan : le groupe Grimaldi fête ses 10 ans 

Terminal Roulier du port autonome d’Abidjan : le groupe Grimaldi fête ses 10 ans 


Fuite du cacao vers le Liberia : Ce que le préfet Tai a fait au poste de contrôle de Daobly

Fuite du cacao vers le Liberia : Ce que le préfet Tai a fait au poste de contrôle de Daobly


Lutte contre le terrorisme : Des responsables de jeunesse des partis politiques sensibilisés

Lutte contre le terrorisme : Des responsables de jeunesse des partis politiques sensibilisés


Nouvelle gare routière internationale de Bouaké : La mairie  et Colas signent  un accord de construction et d’exploitation

Nouvelle gare routière internationale de Bouaké : La mairie  et Colas signent  un accord de construction et d’exploitation


Mots clés :Côte d'IvoireoppositionPrésidentielle


À lire aussi