Le service des impôts sud-africain se plaint de son déficit en matière de recouvrement des impôts. Il a collecté 1,28 trillions de rands au lieu des 1,3 trillions prévus, soit une différence d’environ 20 milliards de rands. Ce chiffre, comparé aux déficits des années précédentes, est nettement supérieur. Ainsi, le fisc sud-africain (SARS) est en croisade pour la moralisation fiscale. Mais comment peut-il mener une croisade aussi incandescente et irresponsable pour permettre au gouvernement de tirer davantage de richesses de citoyens productifs et d'investisseurs étrangers, alors que la corruption sévit et que l'État continue à entraver la liberté économique ?

Le 23 mars 2019, alors qu’il remettait les titres de propriété aux descendants des membres de la tribu des Griquas, expropriés dans les années 1920, le Président Cyril Ramaphosa a annoncé l’accélération du processus de la reforme agraire promettant des expropriations sans compensations pour redistribuer les terres aux « Noirs ». Depuis un an, l’épineuse  question de redistribution des terres revient sur le devant de la scène en cette période marquée par la campagne pour les élections du 8 mai prochain. En se référant au cas du Zimbabwe, que risque la Nation Arc-en-ciel en instaurant une telle politique ?

Selon la Cour constitutionnelle, le service public de police étant souvent défaillant, le secteur de la sécurité privée est une alternative nécessaire dans la lutte contre la criminalité en Afrique du Sud. Ainsi, par la force des choses, le secteur privé doit se substituer aux services de l’État et remplir des fonctions qui relevaient jadis du domaine exclusif de la police.

L’idée selon laquelle une législature n'est efficace que si elle adopte de nombreuses lois en peu de temps doit être contestée. La qualité d'une assemblée législative ne peut pas dépendre du volume de lois produites. La grande quantité et la piètre qualité des lois émanant du Parlement sud-africain sont inquiétantes. Aucune personne ordinaire ne peut espérer en maitriser les contours du fait de cette hyperinflation de textes. Dans un tel contexte, comment parler d’État de droit ?

Qualifiés pour les demi-finales ce vendredi 8 février 2019 pour la 21ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) des juniors (U20) de football qui se joue au Niger, le Nigeria et l'Afrique du Sud (groupe A) ont également obtenu leur qualification pour la phase finale du Mondial des juniors (U 20) qui aura lieu cette année en Pologne en mai-juin.

Les meilleurs acteurs du football africain de l’année 2018 ont été récompensés le mardi 8 janvier 2019 à Dakar par la CAF. L’Egyptien Mohamed Salah, a remporté pour la deuxième année consécutive, le titre de Meilleur Joueur Africain de l’Année qui est la distinction la plus prestigieuse. Camerounais, Ivoiriens, Nigérians, Sénégalais…étaient encore absents sur le podium.

Le programme de coopération entre l’Afrique du Sud et Cuba, pour la formation des médecins a été un échec catastrophique. Pourtant le gouvernement sud-africain continue d'envoyer des étudiants en médecine à Cuba et de les placer ensuite dans des hôpitaux sud-africains. Il est peut-être temps de s’inspire du Brésil qui a dénoncé son programme de formation médicale avec Cuba.

Le dicton humoristique: « La folie, c’est de faire toujours la même chose et s'attendre à un résultat différent. », est souvent attribué à Albert Einstein, mais ce n’est pas lui qui l’a dit. Ce n’est pas non plus la définition de la folie, mais elle décrit un trait que nous pourrions appeler fou. Nous avons tendance à répéter les erreurs du passé en espérant que cette fois-ci nos «bonnes intentions» suffiront à changer les résultats.

Le ministère de l'Énergie a déclaré qu’il envisageait de fixer un prix maximal admissible pour le carburant sans plomb 93 comme mesure d'allégement au profit des Sud-Africains étouffés par les hausses incessantes du prix de l'essence au cours des derniers mois. Si l’intention semble louable en apparence, un avertissement s’impose : les contrôles des prix entraînent systématiquement des conséquences inattendues bien pires que les problèmes qu’ils sont censés résoudre au départ.

Un marché de l'électricité a un effet salutaire sur le comportement de tous les acteurs de la production et de la fourniture d'électricité. Les centrales électriques, les réseaux de transport, les réseaux de distribution, les grossistes et les détaillants ont un comportement plus favorable au consommateur lorsqu’ils sont en concurrence. Eskom, monopole d’État en Afrique du Sud est bien mal placée pour gérer un secteur aussi important pour le développement. Les exemples de l’UE, des États-Unis ou encore de la Nouvelle-Zélande prouvent que la concurrence est bénéfique.

Page 1 sur 6

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!