Handball-Après la CAN 2018 : Confirmation de l'hégémonie angolaise et retour en force du Sénégal et de la Guinée

L'Angola, le Sénégal et la RD Congo ont décroché leur ticket pour la 24ème édition du Championnat du monde de handball seniors dames qui aura lieu au Japon du 30 novembre au 15 décembre 2019 au terme de la 23ème Coupe d'Afrique des Nations seniors dames jouée du 2 au 12 décembre 2018 au Congo.

En remportant le trophée continental, le 13ème de son histoire dans cette épreuve, l'Angola continue de marquer son hégémonie sur le handball féminin en Afrique. Depuis 1989, date de son premier sacre à ce jour, elle n'a raté que trois éditions (1991, 1996 et 2014) en 29 ans de pratique. Cet autre sacre ne surprend guère.
Le Sénégal est l'une des deux grosses surprises du tournoi. Les Sénégalaises ont réussi à atteindre la deuxième marche du podium jadis réservée à certains ténors. En 1974 lors de la première édition, elles avaient déjà atteint la finale malheureusement perdue face à la Tunisie pays organisateur.


Depuis lors, les Lionnes ont disparu des radars de la confédération avant de réapparaître en 2014 où, elles s'étaient qualifiées pour la finale mais disqualifiées. Au Congo, les Sénégalaises n'ont fait que confirmer leur bonne santé et leur retour en force. Et pour preuve, en finale, elles ont mené jusqu'à la pause avant de se faire coincer par les Angolaises.
Désormais, ce pays compte parmi les grands comme la RD Congo, 3ème après sa victoire sur le Cameroun. Trois fois d'affilée vainqueur de l'épreuve (1981, 1983 et 1985), la RD Congo a raté de peu une place en finale. Très souvent sur le podium, les Congolaises n'ont pas usurpé leur place. Seulement que l'attente d'un quatrième titre semble longue chez leurs supporteurs.
Ce désespoir se vit également chez la sélection camerounaise à la cherche de son premier titre après les échecs de 1979, 1987 et 2004. Les Lionnes Indomptables ont du mal à décoller lors des grandes campagnes. Elles occupent une place honorable de 4ème là où l'on attendait mieux.


Le Congo se contente de la très modeste cinquième place. Lui aussi cherche un deuxième sacre après 1979. Le constat est que tous les pays de l'Afrique Centrale,  jadis de belles références, ont perdu de leur éclat des années 70 et 80.La Tunisie a encore perdu le Nord en se dressant au 6ème rang.
Les Tunisiennes ont pourtant ébloui en surprenant les Angolaises en 2014, une sorte d'avertissement après leur grand sommeil au lendemain des sacres de 1974 et 1976. Avec la Tunisie, il faut ajouter l'Algérie, 8ème dont le seul haut fait d'armes date de la finale de 1996 battue par la Côte d'Ivoire.


Les Algériennes ne sont pas un foudre de guerre et mérite leur place actuelle au contraire de la Guinée dont les participations se comptent au bout du doigt. La 7ème place obtenue est une très bonne performance pour le Sily National en quête de notoriété. La Guinée fait partie des deux belles surprises du rendez-vous de l'Afrique Centrale.
La Côte d'Ivoire (9ème) et le Maroc (10ème) sont les grandes déceptions de cette campagne. Si cela peut se comprendre pour le Maroc jamais vu sur l'une des marches du podium et toujours loin des leaders, le cas de la Côte d'Ivoire semble préoccupant.


Ce pays a pourtant contribué à écrire les belles pages du handball africain avec deux titres (1987 et 1996) mais s'est vite et totalement enlisé dans les profondeurs du tableau depuis quelques années malgré une finale ratée en 2008 devant les Angolaises.

Adou Mel 

Dernière modification le 03/01/2019

A propos de l'auteur

Adou Mel

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!