fbpx

Côte d’Ivoire, Basket-ball: Agui Mathieu redoute un retard dans la préparation du Mondial 2019

Quelques jours après la qualification de la Côte d’Ivoire pour le Mondial de basket-ball hommes en Chine (31 août-15 septembre 2019), afrikipresse.fr a rencontré le président de la Fédération Ivoirienne de Basket-ball, Agui-Miezan Mathieu. Il parle de la phase qualificative, des joueurs, des difficultés qui ont jalonné le parcours de la sélection nationale, de la préparation et du Mondial.

La Côte d’Ivoire s’est qualifiée pour le Mondial 2019 de basket-ball des hommes en Chine. Avec du recul, avez-vous cru à cette qualification ?

J’avais toujours cru en cette qualification et c’est pourquoi, j’ai lutté pour faire organiser cette dernière fenêtre de ces éliminatoires en Côte d’Ivoire au vu de l’engouement de 2013 et de la farouche volonté des joueurs d’aller au Mondial. Ces joueurs étaient capables de déplacer des montagnes et ils l’ont bien démontré.


Le soutien du public a-t-il été une motivation supplémentaire pour les joueurs ?

Bien sûr. À plusieurs reprises et à diverses occasions, je suis intervenu pour demander le soutien de la population. Je crois que mon appel a été entendu puisque le soutien aux joueurs a été sans faille.


Contrairement au Nigeria et au Sénégal qualifiés avant leur déplacement à Abidjan, la Côte d’Ivoire a attendu la dernière fenêtre pour pouvoir le faire. Qu’est-ce qui avait manqué aux Éléphants?

Nous avons très mal débuté ce processus de qualification au Mozambique. À cette première étape nous sommes arrivés quasiment le jour de la compétition et nous avons joué et perdu notre premier match contre le pays hôte. Chose évidente puisque les joueurs et le sélectionneur ne se connaissaient pas, étant donné qu’il n’y avait pas eu de préparation et que certains joueurs avaient été appelés à la rescousse en sélection. Toutes ces personnes s’étaient retrouvées directement au Mozambique avec toutes les tracasseries à tous les niveaux. Malgré tout, lors de la deuxième journée, nous avons battu le Sénégal avant de tomber devant la République Centrafricain aux prolongations. Si nous avions gagné nos trois matches lors de la première fenêtre, nous ne serions pas plongés dans les calculs à Abidjan.

 -Les Ivoiriens s’expliquent difficilement tous ces problèmes.   

Il n’y a pas autre explication que le fonctionnement de la gestion du sport par le ministère. Nous communiquons à temps nos budgets à la demande du ministère. Celui-ci fait des arbitrages, et ne nous donne pas nécessairement les montants que nous demandons. Nous nous retrouvons dans un dilemme qui est soit de renoncer, soit de commencer dans l’espoir que les compléments ou des rallonges,  comme on le dit, arrivent. Malheureusement ces rallonges mettent du temps à venir ce qui nous place dans des situations inconfortables. Nous avons commencé cette compétition depuis un an et nous sommes en train de la boucler. Malheureusement l, nous n’avons pas les moyens de faire face à cette situation comme prévu. Vous comprenez donc les désagréments que cela nous cause,  malgré toutes les gymnastiques que nous faisons.

 -Dans cette situation quel est l’apport de la fédération ? 

Nous sommes tous en Côte d’Ivoire, et nous savons qu’il n’y a pas de politique de sponsoring des entreprises pour les sports de mains, je dirais pour les fédérations autres que le football. Les
sponsors vont au football. Le système est tel qu’il est difficile d’obtenir un sponsor. La Côte d'Ivoire doit mettre en place un environnement qui encourage les entreprises à sponsoriser le sport. Aujourd’hui, les sociétés qui sont exonérées d’impôts sont celles qui aident le sport à hauteur de 200 millions. Connaissez-vous des entreprise qui donneraient 200 millions au basket-ball, au volley-ball, au handball… ? Celles qui sont capables de faire vont généralement au football.

 Maintenant que la qualification est obtenue quel sera votre objectif au Mondial ?

J’ai eu la chance d'occuper par le passé le poste de vice-président chargé des équipes nationales à la fédération. En 2010, nous sommes allés en Turquie pour le Mondial. À cette campagne, nous avons raté le second tour de peu c'est à dire à un point près. Maintenant en tant que président de la fédération, j’ai l’expérience de ces grandes compétitions. L’objectif en Chine est la qualification pour le deuxième tour. L'appétit venant en mangeant, nous ne cracherons pas dans la soupe pour la suite.



 -Des dispositions sont-elles prises afin d'éviter une préparation calamiteuse ?

Nous venons de nous qualifier et tous avons entendu les propos du ministre de tutelle affirmant que toutes les dispositions seront prises pour une bonne préparation de l’équipe. Je l’espère bien. Au niveau de la fédération, nous avons déjà pris des contacts avec l'extérieur pour que nous ayons la meilleure préparation possible. Il est clair que nous choisirons un pays proche de la Chine qui fera l'affaire de nos joueurs qui sont pour la plupart des professionnels en Europe. Nous tiendrons compte du décalage horaire et de bien d’autres aspects. Mais je pense que cette préparation devra se faire en Europe le plutôt possible et ensuite dans un pays asiatique pour éviter le dépaysement.

 -Et le plus tôt possible c’est pour quand ?

  Une préparation d’un mois et plus n’est pas la meilleure des formules. La préparation pourrait se faire entre trois semaines et au plus un mois. Donc vous pouvez imaginer la période.

 -Pouvons-nous nous attendre à l’intégration de nouveaux joueurs au sein de l’équipe ?

 Bien sûr mais progressivement. Nous avons pris attache avec le jeune Bomou Bamba dont le nom est sur toutes les lèvres dans le milieu du basket . Nous faisons des démarches pour avoir des jeunes d’origine ivoirienne évoluant en Europe ou dans d’autres continents pour qu’ils puissent intégrer la présélection. Je dis bien la présélection pour un renforcement. Mais sachez qu’une sélection nationale est après tout un noyau de joueurs. En 1981 et 1985, nos champions d’Afrique ont évolué ensemble depuis 4 ou 5 ans avant et se connaissaient du bout des doigts. Donc il ne serait pas intéressant de modifier totalement l’ossature de notre sélection. Je pense que l’encadrement technique pense la même chose que moi et que s’il y a des changements, ce sera 2 ou 3 joueurs à sortir sans plus.

 -Généralement quand une sélection se qualifie, les sponsors lui font la cour. Qu’en est-il de la sélection ivoirienne ?

À ce niveau, je peux affirmer que des équipémentiers nous approchent et il nous appartiendra d’opérer le bon choix en tenant compte des conditions matérielles, financières et technique qui est l’organisation de grands tournois.Nous avons déjà un sponsor chinois et qui organise denombreux tournois en Chine et dans certains pays asiatiques. Si nous trouvons un accord avec ce sponsor, il va de soi que nous participerons à ses tournois qui nous faciliteront la tâche au niveau de la préparation et dans de nombreux domaines.

  -Juste après la qualification, le ministre des Sports a souhaité avoir la communication relative à cette campagne dans les plus brefs délais. Est-ce déjà un bon signe ?

Oui mais l’année dernière, toutes les fédérations ont été auditionnées et ont par la suite transmis chacune leur programme triennal. Au basket, nous avons déposé notre programme sur quatre ans y compris le éliminatoires, la préparation et la phase finale de ce Mondial 2019 pour lequel nous avons proposé un budget. J’ose espérer que des dispositions seront prises très rapidement pour éviter les retards qui nous feraient subir des désagréments au risque de perturber fortement notre préparation.

 Entretien réalisé par Adou Mel

A propos de l'auteur

Adou Mel

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!