Inscriptions scolaires en Côte d'Ivoire : la suppression des frais annexes demandée (MIDH)

Le MIDH ( Mouvement ivoirien des droits humains) a, au cours d'un point de presse tenu dans ses locaux à Abidjan, mardi 26 septembre 2017 , demandé au gouvernement de supprimer les frais annexes qui gonflent les frais d'inscription dans les écoles en Côte d'Ivoire.


"Les frais d’inscription, les frais annexes et les frais complémentaires jettent à la rue tous les enfants dont les parents ne peuvent s'acquitter de ces frais", pense le MIDH dont les responsables ont tenu à produire une déclaration sur ce qu'on pourrait appeler "la crise des inscriptions". Pour cet organisme des droits de l'homme, le gouvernement doit "supprimer l’ensemble des cotisations annexes dans les établissements scolaires publics de Côte d’Ivoire, notamment les cotisations exceptionnelles levées par les des Coges, et autres cotisations : prix des photos, enveloppes timbrées, Macarons, visites médicales, papiers géniques. Interdire le payement des frais complémentaires par les élèves affectés ou orientés dans les établissements privés laïcs et confessionnels de Côte d’Ivoire".

En lieu et place, le MIDH conseille à l'État " d'augmenter les indemnités de fonction des chefs d’établissements et de leurs adjoints". Au-delà, des recommandations faites au gouvernement, les responsables du MIDH se sont aussi adressé aux autres acteurs que sont les collectivités et les responsables des syndicats d'élèves et étudiant, notamment la Fesci (Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire). Aux collectivités, le MIDH demande de "présider effectivement l'Assemblée Générale des COGES et mettre à la disposition des COGES les dotations qui leurs reviennent dans le cadre du transfert des compétences" conformément aux textes législatifs en vigueur. Il invite toutefois la Fesci à revendiquer sans violence les meilleures conditions sociales et d’études au profit des élèves et étudiants dans le stricte respect des textes et principes en vigueur.

Cet appel du MIDH, précise son secrétaire général, Coulibaly Ibrahim est un "prélude au rapport général sur l'éducation en Côte d'Ivoire" qu'a entrepris de faire ce mouvement des droits de l'homme.

Pour rappel, depuis le début de l'année scolaire 2017-2018, des voix s'élèvent pour dénoncer les frais complémentaires et annexes qui s'agglutinent autour des frais d'inscription proprement dits. La Fesci a organisé plusieurs marches qui ont débouché sur quelques affrontements avec les forces de l'ordre.


 Chris Monsékéla

Dernière modification le 27/09/2017

A propos de l'auteur

Afrikipresse

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!