Fraternité matin, menaces contre des journalistes : Sidi Touré appelle Marc Yevou

Deux journalistes de Fraternité Matin, disent avoir reçu des menaces de mort à cause de leurs actions de syndicalistes, notamment les clarifications qu’ils réclament dans la question du plan de l’entreprise.

« La police qui a été saisie, est très avancée dans ses investigations. Nous avons informé par écrit le Direction générale de Fraternité Matin et mis en ampliations le PCA (du groupe de presse : Ndlr), le ministre de la Communication et des média, la Commission nationale des droits de l’Homme, le Conseil national du Dialogue social. Nous avons également saisi Reporter Sans Frontière et plusieurs chancelleries dont celles de la France, des États-Unis. Dans cette démarche, j’ai été appelé au téléphone par le minisitre Sidi Touré qui nous a apporté son soutien. Il m’a assuré qu’il suivra personnellement le dossier pour que des syndicats de journalistes ne soient plus menacés dans le cadre de leurs activités. Nous attendons les conclusions de la Police pour envisager la suite à donner à cette affaire », a déclaré mardi 30 octobre 2018, à Afrikipresse , Marc Yévou, l’un des deux journalistes de Fraternité matin qui disait avoir reçu des menaces de mort.

 

Lire aussi >> Grogne à l’Artci après la nomination d’un DAF - Télécoms, Côte d’Ivoire

 

La veille, le confrère qui est le Coordonnateur des journalistes pour la défense de leurs droits de Fraternité matin (Cjdd-FM) avait écrit avoir reçu le message suivant émanant du numéro : +22551339056 dont il avait fait une capture d’écran publiée sur les réseaux sociaux : « Marc Yévou, je voudrais te dire à toi et à ton ami, Jules Claver Aka que si vous ne vous taisez pas dans le dossier plan social de Fraternité-Matin, vous serez réduits au silence. Fraternité-Matin, c’est l’État de Côte d’Ivoire. Et vous le savez ».

Marc Yevou et son secrétaire général Jules Claver Aka disaient ‘’lutter pour un plan social à visage humain’’ dans cette entreprise de presse pro-gouvernementale lorsqu’ils ont reçu ces menaces de mort, à travers un sms.

 

Lire aussi >> Il n’y avait jamais eu en Côte d’Ivoire de véritable enquête sur la situation de l’emploi (Mamadou Touré)

 

« C’est l’œuvre d’un plaisantin », estime M.T

Pour Moussa Traoré, dit ‘’MT’’, président de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (Unjci), c’est tout simplement ‘’l’œuvre d’un plaisantin’’ : «Moi, je n’ai jamais pris ce genre de chose au sérieux parce que je considère que lorsque quelqu’un veut vous faire du mal, il ne vous prévient pas. Je crois que c’est l’œuvre d’un plaisantin, assis quelque part,qui lui a envoyé ce message. Je ne prends donc pas ce message au sérieux ! »

Une plainte a été déposée par les journalistes à la police criminelle qui travaille en liaison avec la police scientifique, sur la question.

Claude Dassé

Dernière modification le 30/10/2018

A propos de l'auteur

Dasse Claude

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!