fbpx

Côte d’Ivoire : Voici ce que pensent des femmes de la «Journée internationale des droits de la femme»

Dans le cadre de la célébration de la journée Internationale de la femme, Afrikipresse a donné la parole à des femmes, pour savoir ce qu’elles pensent de cette célébration.

Pour Nicole Achoumou, commerciale au quotidien l’Intelligent d’Abidjan, c’est une initiative à saluer. « C’est une bonne initiative.  Car, dédier une journée à la femme prouve qu’elle est vraiment importante. C’est elle qui donne la vie et je crois personnellement qu’elle le mérite. En Côte d’Ivoire, les choses ont évolué en matière de droits de la femme. En ce sens qu’elle peut occuper des fonctions qui n’étaient réservées qu’aux hommes, par le passé. Par contre, je pense que les droits de la femme ne sont pas encore suffisamment respectés. Mais, nous faisons confiance au gouvernement en place, qui accorde une place importante à celle-là même qui donne la vie », a-t-elle fait savoir.

Coulibaly Fatoumata, étudiante, pense, pour sa part que les États africains doivent accorder plus de place à la femme. «C’est à saluer certes, mais qu’est-ce-que les femmes en pensent concrètement de nos  jours ? C’est la question que chacun doit se poser. On peut voter des lois, prendre des décrets sans les respecter. Jusqu’au 21eme siècle, il y a encore des hommes qui ne permettent pas à leurs femmes de travailler, sous prétexte que sa place se trouve dans le foyer. Et là, je parie qu’il n’y a pas de structure à qui ses femmes peuvent se confier et où porter plainte. Tout reste dans la maison. Les jeunes-filles et autres sont violées chaque jours et rien n’est fait. Je crois que les Etats Africains,  en général, et la Côte d’Ivoire en particulier doivent se pencher sur la question du respect des droits de la femme», a-t-elle dit.

Yah Tamia, informaticienne, estime que le gouvernement doit soutenir les ONG qui luttent pour le respect des droits de la femme. « En 2016, le gouvernement Ivoirien avait pris la décision de mettre en place le programme de compendium des compétences féminines de Côte d’Ivoire, afin de participer à l’autonomisation des femmes. Très bien ! Que devient une femme qui a un boulot ou une entreprise mais qui est battue chaque jour par son mari devant ses enfants ? Que devient cette femme qui est obligée de rester dans un foyer polygame et souffrir, malgré son argent ? L’émancipation oui, mais le respect de ses droits d’abord.  Les gens ont pour habitude de mettre la religion ou la tradition en avant comme prétexte pour malmener les femmes. Il faut que les droits des femmes soient respectés avant de parler d’autonomisation. On célèbre la journée du 8 mars pour faire le bilan en matière des droits de cette dernière. Le 8 mars n’est pas fait pour juste manger poulet et porter des pagnes. Non, il faut que les femmes comprennent cela également », a-t-elle laissé entendre.


Yaya Traoré

Dernière modification le 08/03/2019

A propos de l'auteur

Afrikipresse

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!