fbpx

Côte d’Ivoire : le budget de 4,3 milliards et un don de 200 millions divisent les rois et chefs

À l’issue de la rencontre entre le Président Alassane Ouattara et la Chambre Nationale des Rois et Chefs Traditionnels de Côte d’Ivoire (CNRCT) mercredi 24 avril 2019 à Yamoussoukro, la somme de 200 millions de Fcfa a été remise pour assurer le transport retour des délégations. Le partage divise.

« Vous voyez encore, non seulement, on ne nous paie que 200.000 fcfa par mois là où les membres du directoire touchent entre 2 à 3 millions de Fcfa mensuel, là où le mois de mars n’a pas été soldé, aujourd’hui encore, on vient nous donner 500.000 Fcfa chacun , soit 108 millions pour les 216 membres de l’Assemblée pour que le directoire qui est composé de 35 membres touche les 92 millions restant, soit 2,630 millions de fcfa par personne. Ce n’est pas normal ! »,a déploré un chef traditionnel

Goho Jonns Dohaï, chef de Soakpé, dans le département de Facobly et membre de l’Assemblée, explique le mépris et la discrimination dont souffre l’Assemblée de la part de la direction :  « La loi N°2014-428 du 14 Juillet 2014 portant statut des Rois et Chefs Traditionnels, organise la Chambre en deux organes. Le Directoire composé de 35 membres et l’Assemblée, forte de 216 membres.

Malheureusement, alors qu’il est l’organe de décision de la Chambre, l’Assemblée n’est toujours pas régie par une loi organique organisant son mode de fonctionnement.

Mieux, alors que l’État octroie à la CNRCT un budget annuel de 4,3 milliards de Fcfa, les membres du Directoire se taillent la part du lion avec des salaires allant de 2 à 10 millions Fcfa là où le membre de l’Assemblée ne touche que 200.000 Fcfa mensuel. On parle même des emplois fictifs avec des chauffeurs et secrétaires payés à 300.000fcfa par le directoire. Le Président de la République doit veiller à ce que cet instrument précieux qu’il a mis en place ne lui desserve.

Enfin, la Chambre est aujourd’hui au même titre que le Sénat, le dire n’est pas faire la politique. Nous sommes le maillon final de la chaîne de commandement de l’État, nous sommes plus proches des populations que tous. Il nous faut des moyens pour non seulement nous retirer de la mendicité, mais nous permettre de faire face aux urgences de nos populations ».

Philippe Kouhon

 

Dernière modification le 25/04/2019

A propos de l'auteur

Philippe Kouhon

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!