fbpx

Côte d’Ivoire,JIF 2019: renaissance de Bouaké qui retient son souffle ( Amadou Koné, Nora Donatienne)

En Côte d’Ivoire,  la célébration de la journée internationale de la femme (JIF), a lieu cette année 2019 à Bouaké (Gbêkê) au centre du pays, le vendredi du 8 mars 2019 en présence de la première dame, Dominique Ouattara.

Chaque journée 8 mars de l’année, est dédiée aux femmes du monde entier. Appelée aussi journée internationale des droits des femmes, elle est l’expression des inégalités entre Hommes et Femme mais aussi la célébration des efforts consentis par les femmes en vue de parvenir à l’égalité entre les sexes, à travers des innovations sociales et technologiques.

À Bouaké, près d’une centaine d’associations féminines issues de toutes les couches sociales qui défileront vendredi 8 mars 2019 au Palais du carnaval. Depuis quelques jours c’est la répétition générale.  Organisée par le ministère de la femme, de la famille et l’Enfant et placée sous le haut parrainage de la première dame de Côte d’Ivoire, Dominique Ouattara, par ailleurs présidente fondatrice de l’ONG, ChildrenOf Africa et du fonds d’appui aux femmes de Côte d’Ivoire (FAFCI), la célébration de la journée internationale des femmes cette année a pour thème : le numérique, une solution pour l’autonomisation de la femme.

 

Les temps forts de la JIF 2019 à Bouaké


Selon le programme prévisionnel dont Afrikipresse a eu copie, la cérémonie débutera à 11h par les civilités et libations. Suivra l’hymne nationale, l’abidjanaise. Quatre allocutions sont prévues. Celles du maire de la commune de Bouaké pour la bienvenue, du ministre de la femme, de la famille et l’enfant pour le contexte,  de la présidente des femmes de Bouaké en lien avec le Fafci, qui donnera lieu à la distribution des dons offerts par la première dame aux femmes et enfin l’adresse de Dominique Ouattara à ses sœurs de Côte d’Ivoire. C’est le défilé de plus de 65 associations féminines  venues de la région du Gbêkê, mais aussi du reste du pays qui mettra fin à la cérémonie autour de 13h.

 

Amadou Koné, ministre des transports et leader des cadres du Gbêke : « C’est une double célébration à Bouaké »

 

« La célébration officielle de la Journée internationale de la Femme à Bouaké, avec surtout la présence effective de la Première Dame Madame Dominique OUATTARA, représente tout un symbole pour nous, cadres et populations de la région du Gbêkê. En effet, elle marque la renaissance de la ville de Bouaké et de toute la région. Cette région qui ne cessera jamais de dire Merci au Président de la République, pour toutes les actions de développement dont elle bénéficie depuis son arrivée à la tête du pays (…) Bouaké est reconnaissante. C'est pourquoi les filles et fils du Gbêkê, réunis comme un seul homme, sont mobilisés pour faire de cette fête un évènement historique (…) Les femmes de Bouaké font confiance à la Première Dame pour accompagner tous les efforts du gouvernement dans la région (…) Nos sincères remerciements à la Ministre Ly-Ramata BAKAYOKO, pour avoir choisi notre ville pour cette célébration officielle », a confié, le ministre ivoirien des transports, Amadou Koné.

Le ministre a ajouté : « J’ai eu personnellement des réunions avec l’ensemble des leaders pour les mettre en mission. Aussi depuis 3 ans nous avons crée les conditions pour apaiser la ville et récréer l’espoir. C’est donc le résultat d’un long travail. Les populations sont plus que jamais confiantes et ne se sentent plus abandonnées. Cette journée internationale est donc la célébration de la renaissance de Bouaké en plus de la fête des femmes. Une double célébration donc. Et les femmes de Bouaké ont promis rendre à la première dame, ce qu’elle leur a toujours donné, la joie, le bonheur et l’espoir à travers son fonds Fafci. Pour terminer je voudrais remercier et féliciter mes collègues fils de la région, Jean-claude kouassi et Sidy Touré, pour leur implication dans la bonne actuelle au niveau de la région »

 

Nora Donatienne dit Madona de Bouaké : « La rébellion c’est du passé »

 

Nora est tenancière de plusieurs espaces gastronomiques à Bouaké. « Ici à Bouaké, la gente féminine est bien représentée. Les femmes se sont elles-mêmes crée du travail. Tu les retrouves au garage, dans la menuiserie, sur les marchés, dans les salons de coiffures ect. Moi j’étais à Abidjan, mais j’ai décidé de revenir participer à la renaissance de Bouaké, parce que je suis une fille de Bouaké. Bouaké doit compter sur ses filles et fils, mais aussi sur les enfants d’ailleurs,  car Bouaké n’est pas que pour les baoulés ni tagbana. C’est une ville de la Côte d’Ivoire. Enfin, la rébellion c’est du passé. N’ayons plus peur de venir à Bouaké. Je vous invite donc à Bouaké », a-t-elle lancé.

 

Philippe Kouhon, envoyé spécial à Bouaké 

Dernière modification le 08/03/2019

A propos de l'auteur

Philippe Kouhon

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!