Cercueils à Abidjan : d’accord avec Ivosep, 2 syndicats dénoncent

«Nous réaffirmons notre indéfectible attachement à l’accord de partenariat qui nous lie à Ivosep », c’est l’une des 4 résolutions prises par deux des trois syndicats de fabriquant de cercueils et autres accessoires funèbres dans le District d’Abidjan.

Il s’agit du Syndicat national des entreprises des pompes funèbres de Côte d’Ivoire (Synepof-Ci) et du Syndicat national des professionnels de pompes funèbres de Côte d’Ivoire (Synpofu-Ci), qui étaient face à la presse, le vendredi 16 mars 2018 à Yopougon.

Dié Seydou Alexis, président du Synepof-Ci, a expliqué que cette conférence de presse vient en réponse à des rumeurs faisant état d’un mouvement de grève déclenché dans le secteur pour remettre en cause le monopole exercé par Ivosep dans le District d’Abidjan. Rumeurs distillées, selon lui, par le Syndicat national des entreprises professionnelles de pompes funèbres (Synepofu-Ci) et accompagnés d’actes de violences et des menaces de morts. Il s’agit en effet du seul syndicat non signataire de l’accord de partenariat avec Ivosep.

Dans leur déclaration, Dié Seydou et ses camarades ont ainsi condamné « avec la plus grande énergie, ces actes de violence posés par certains individus se réclamant du Sinepofu-Ci dirigé par Kra Boniface » . « Nous ne nous reconnaissons pas dans la prétendue grève invoquée pas des individus se disant défendant la cause de nos syndicats pour entraver la bonne marche de nos entreprises. Nous nous engageons à tout mettre en œuvre pour garantir à notre fidèle clientèle, de meilleurs services et ce, conforment aux valeurs morales et à la déontologie de notre corporation », a-t-il assuré.

Le Synepof-Ci et le Synpofu-Ci ont indiqué que seul le District autonome d’Abidjan est habilité à dire si le monopole de Ivosep doit se poursuivre ou pas. Ils ont dit ne pas approuver le comportement de défiance de l’État adopté par leur allié d’hier, le Synepofu-Ci. « En 1966, une décision de l’autorité publique a conféré à Ivosep, le monopole de la gestion des services funèbres dans le District d’Abidjan. Le Distruct nous a demandé de discuter directement avec Ivosep pour voir comment nous pouvons exercer en marge du monopole. Tous les trois syndicats étaient là au début des négociations en février 2017. Alors que les choses se déroulaient sur les meilleurs auspices, le, Synepofu-Ci a décidé de claquer la porte. Abandonnant ainsi le Synepof-Ci et le Synpofu-Ci. A deux, nous sommes parvenus à un accord avec Ivosep qui nous permet de lui vendre des cercueils à des coûts négociés. Nous sommes étonné de ce soi-disant mouvement grève dont nous ne savons absolument rien. Nous n’avons jamais été informés, encore moins, associés dans la prise de décision d’un quelconque mot d’ordre de grève», s’est défendu Dié Seydou.

Il a aussi et surtout condamné des actes des actes de vandalismes dirigés contre leurs installations et des menaces des morts contre leurs personnes. Le président du Synepof-Ci a par ailleurs dénoncé l’agression physique perpétrée contre Bahi Hortense, le 11 aout 2017 par des individus « armés de Kalachnikov. Une agression lors de laquelle 2,5 millions F FFA ont été emportés. Madame Kouamé Christine a aussi été agressée le 10 février 2018 à son domicile. À chaque fois, les agresseurs leur ont dit qu’ils sont venus chercher leur part de l’argent qu’Ivosep leur donne. Moi-même, je suis constamment menacé de mort au téléphone. Tout ceci est l’œuvre du Synepofu-Ci », a-t-il accusé.

Nos tentatives pour avoir la réaction du Synepofu-Ci sont restés vaines, et se poursuivent.

J-H Koffo

Dernière modification le 17/03/2018

A propos de l'auteur

Afrikipresse

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!