"4% au lieu de 10 : c'est du vol, nous ne l'accepterons pas", Orange Côte d'Ivoire accusé

 Le jeudi 13 juillet 2017, des gérants de cabines de téléphonie mobiles de Côte d’Ivoire, réunis au sein de l’Associations des Gérants de Cabines téléphoniques de Côte d’Ivoire (Agect-ci) ont entamé un grève contre Orange-Côte d’Ivoire, pour réclamer 10% de gains sur les transactions, au lieu de 4% actuellement. Trois jours après son lancement, le mouvement bat de l’aile. Le président de l’Agect-ci, Kama Jean-Luc, a été joint au téléphone par Afrikipresse, au sortir d’une réunion de recadrage avec les membres de l’association, le dimanche
 16 juillet, pour en savoir plus.

 Comment se porte le mouvement de grève que vous avez lancé jeudi la compagnie Orange-Côte d’Ivoire ?

 Nous sortons actuellement d'une réunion à Adjamé où la question a été abordée. Nous reconnaissons qu'il y'a effectivement des infiltrés parmi nous, qui se cachent pour faire des transferts d’argents et des crédits d'appel. Nous avons pris des mesures afin que ceux-là cessent de torpiller notre combat. Dès ce soir (la nuit du dimanche 16 juillet 2017. Ndlr), le terrain sera investi pour informer les camarades de la conduite à tenir. À compter du lundi 17 juillet, nous allons accentuer le boycotter de tous les produits Orange. Les gérants de cabines téléphoniques ne sont plus seuls dans ce combat. Nous avons été rejoints par nos amis tenanciers d’agences de mobile money. Car, eux également vivent la même situation que nous. Orange ne nous donne que 4% du montant du transfert de crédit. Mais, pour Orange-money, eux ils ne perçoivent que 2%, avec tous les risques liés aux arnaques.

 En effet, lorsqu’un agent d'Orange-money fait une opération pour un client et que celui-ci (Le client) est victime d’une arnaque, tout retombe sur le pauvre agent. Et Orange l’abandonne à son propre sort. Pourtant, ils ont des moyens de tracer l’argent et retrouver l’arnaqueur. Mais,
 c'est la petite agence qui se retrouve à rembourser tout cet argent. Imaginez-vous, très souvent, ce sont des centaines de milles que ceux-ci se retrouvent à rembourser. Ce n'est pas normal.

 Quelles sont les zones qui vous semblent encore hors de contrôle ?

 Le mouvement a été globalement suivi aussi-bien à Abidjan qu'à l’intérieur du pays. La seule zone où le mouvement n'a pas été suivi comme il se doit, c’est à Yopougon. Cette commune est tellement vaste que nos hommes n'ont pas pu toucher tous les camarades. Mais, le dispositif a été revu et je vous assure que le boycott des produits Orange sera effectif  partir de lundi , sur toute l'étendue du territoire national. San-Pedro Daloa, Bouaké, Yamoussoukro, Man, Korhogo, tous nos camarades sont prêts à mettre toutes leurs puces Orange dans une enveloppe, et à les ranger dans leurs placards.

 Mais, Yopougon n'est pas la seule commune du Districtsd’Abidjan où le mouvement n’a pas été suivi. Dans des communes comme Treichville, Marcory ou même Bonoua, il  nous a été rapporté que des transferts Orange ont été effectués …

 C’est Orange qui distillé toutes ces rumeurs. Cette entreprise tente ces dernières heures de démonter certains de nos camarades contre
 nous. Elle leur demande de continuer à faire des transferts.  Et qu'en échange, ils auront 10% de gains. Vous voyez comment c'est injuste ? Pourtant, ce sont ces 10% que nous réclamons depuis. C'est parce qu'ils refusent de nous les donner que nous avons entamé ce mouvement de grève. Et eux, pour casser le mouvement, proposent cela à un groupuscule. C’est malhonnête ! Mais, je vous assure que le mouvement a été globalement suivi. Nous avons recensé les quelques zones d'ombres où les agents d’Orange sont allés corrompre nos camarades. S’ils acceptent les 10% que nous réclamons, qu’ils nous le disent.

   Quelle est la situation de vos collègues des pays voisins ?

 Prenons le cas du Burkina Faso voisin, Orange donne 10% aux géants de cabines téléphoniques. Au Mali, c'est 10,2%. Au Sénégal, Orange donne 20%. Même au Niger, c'est 10% qu’Orange verse aux gérants de cabines.
 Alors, comment peut-on comprendre que la Côte d‘Ivoire d’où ils sont partis pour s’implanter dans le reste de la sous- région, reste à la traîne ? Nous disons que c’est du vol et nous ne l'accepterons pas. Dieu merci, nous sommes aujourd’hui avec nos camarades des agences
 Orange-money.  Jusqu’à la fin de la semaine, vous verrez que toutes les agences seront fermées et donc les produits Orange boycottés dans tous leurs ensemble. Orange a voulu négliger notre mouvement. Mais, nous allons les surprendre. Nous même allons être sur le terrain pour nous assurer de la conduite de l’opération. Il s’agit d'une grève illimitée. Et nous passons au niveau supérieur à partir de lundi.


 Entretien réalisé par Jean-Hubert Koffo

Dernière modification le 17/07/2017

A propos de l'auteur

Afrikipresse

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!