Kouassi Ndri Valentin, le président du pôle urbain de la Jeunesse du Parti Démocratique de Côte d'Ivoire (Jpdci) a entamé une tournée samedi dans les régions du nord de la Côte d’Ivoire. Il était à Katiola où il s’est prononcé sur la présidentielle de 2020.

Côte d’Ivoire - Après avoir admis au départ le principe de participer à la cérémonie d’ouverture du troisième Congrès ordinaire du Rdr prévu les 9 et 10 septembre à Abidja, Pascal Affi N'guessan, président du Fpi (Front populaire ivoirien) refuse finalement de s'y rendre. Joint par Afrikipresse, Amadou Soumahoro « n'a rien à dire ».

Malgré le report par Pascal Affi N'guessan du congrès du Fpi du 11 août 2017, à la demande selon lui, de médiateurs mandatés par l’ex président ivoirien depuis sa cellule de prison de Scheveningen en Hollande ( Haye), le camp Sangaré ne semble toujours pas prêt à saisir la main tendue du président du Front Populaire ivoirien statutairement élu et reconnu par les autorités du pays. Dans cette entrevue Nicolas Lavri, Secrétaire général adjoint chargé de l’administration et des ressources humaines, du bureau de Sangaré enfonce le clou.

Samedi 29 juillet 2017 , le comité central du Front populaire ivoirien (Fpi) réuni de façon extraordinaire, a décidé de reporter à une date ultérieure le congrès du parti initialement prévu pour les 12 et 13 août prochain. Le congrès du Fpi prévu mi-août 2017 est reporté, pour donner une chance à la réconciliation entre les deux blocs opposés qui compose ce parti depuis un peu plus de 3 ans maintenant, selon le comité central.

Un cadre du Front populaire ivoirien (FPI), l’ex-parti au pouvoir a déclaré, mercredi 5 juillet 2017, que le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) devait s’attendre à sa destruction par son allié le RDR, après que des journalistes du Nouveau Réveil eurent été interdits d’accès la veille, à la Rue Lepic lors d’une réunion du bureau politique.

À l’issue de la marche de la colère initié par l’AFD, ce samedi 17 juin 2017, Pascal Affi a animé un meeting à la place des martyrs à Adjamé auquel il a fustigé le comportement du gouvernement ivoirien.

À l’appel du Président du FPI, Pascal Affi Nguessan, des Ivoiriens ont  bravé les intempéries pour marcher au nom de la démocratie et traduire de façon « visible, concrète et  massive leur mécontentement ». Sous la pluie, ils sont partis, de la Gare de Bassam à Treichville, ce samedi 17 juin 2017, pour aboutir à  la Place des Martyrs à Adjamé, et « crier leur colère »

Deuxième et avant dernière partie des bonnes feuilles de Notre histoire avec Laurent Gbagbo ", paru en mars 2013, aux éditions l'Harmattan sous la plume du journaliste écrivain Wakili Alafé.  Témoignage disponible en librairie à Abidjan, en France et sur le site de l’Harmattan.

Dans son interview télévisée de ce vendredi 1 juin 2017 avec les journalistes d’Afrikipresse , Busness24 et  du quotidien  l’Inter, le Président du Fpi , Pascal Affi N’Guessan a parlé de la marche du 17 juin, baptisée « marche de la colère ».  Affi N’Guessan a fait savoir qu’elle n’est pas celle du FPI mais de tous les Ivoiriens qui se sentent frustrés et qui refusent la résignation, et qui veulent le changement.

Pascal Affi N’Guessan était face aux journalistes d’Afrikipresse , Busness24 et du quotidien  l’Inter, ce vendredi 1 juin 2017. « La marche du 17 juin. L’élection présidentielle 2020. L’élection de Macron. Les mutineries. L’évolution du procès Gbagbo/Blé Goudé », sont les thématiques qui ont été abordées au cours de l'entretien avec le président du Front populaire ivoirien (FPI).

Page 1 sur 7

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!