Le Forum de la société civile Africaine, par la voie de son président Éric Gnamaka, a recommandé la nomination d’une femme à la tête de la CEI. C’était lors de son Assemblée Générale dimanche 27 janvier 2019, au foyer des jeunes de Marcory.

Nous savons, tous, en Côte d’Ivoire et àl’international, que les raisons essentielles qui militent en faveur de la réforme de la Commission électorale de notre pays sont légitimes et sont connues : Il est fondamentalement reproché à l’actuelle CEI, d’une part, d’être une institution forclose, dont la mouture est issue d’une crise politique qui n’est plus d’actualité, et dont elle conserve fortement les reliques, et, d’autre part, de ne pas être une institution électorale à composition équilibrée et à fonctionnement indépendant, ni autonome, ni neutre, et encore moins impartial.

112.221 électeurs sont appelés aux urnes le 16 décembre 2018, pour la reprise de l’élection municipale dans la commune de Port-Bouet, après l’annulation du scrutin du 13 octobre 2018. Déjà une affaire de 8400 cartes d’électeurs suscite suspicion sur le  bon déroulement de cette reprise. Explications avec la Commission électorale indépendante (CEI).

« Si la légalité et la légitimité (sa capacité et son droit à organiser les élections locales du 13 octobre 2018) de la Cei sont mises en cause par les vaincus du Pdci, comment ce parti peut-il continuer à revendiquer les autres victoires dont il se prévaut, et même faire des recours pour exiger des résultats favorables, sur la base des élections organisées par la même Cei, qui serait forclose, suite aux recommandations de la Cour africaine des droits de l’homme, selon N’Dohi Raymond ?

L’ex-ministre ivoirien du commerce, secrétaire exécutif  en charge de la Communication et de la propagande du Pdci Rda, Jean-Louis Billon,  était face à la presse, mardi 30 octobre 2018, au siège du parti, à Cocody.

Reçu à la Commission électorale indépendante (CEI) par Gervais Coulibaly, le candidat aux élections municipales de la commune de Port-Bouët, Emmou Sylvestre était face à la presse dans la soirée du mardi 16 octobre 2018, à Abidjan-Cocody-II Plateaux.

Face à la presse mardi 9 septembre 2018, le président par intérim de la dissidence Fpi (Front populaire ivoirien) a "exigé le report sans condition" des élections locales du 13 octobre 2018.

La Commission Electorale Indépendante (CEI) ivoirienne a joué un rôle diversement apprécié dans la crise électorale de 2010.  Sa réforme en 2014, n’a pas rencontré l’assentiment de tous. L’ONG Action pour la Protection des droits de l’Homme (APDH) a d’ailleurs saisi, le 07 juillet 2014, la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP). Le 18 novembre 2016, la CADHP a rendu un arrêt  par lequel elle enjoint à l’État ivoirien de reformer la CEI. Après s’y être opposé longtemps, finalement le président ivoirien, lors de son adresse à la nation le 7 août dernier, a décidé de se conformer à l’arrêt. Comment rendre la CEI réellement  indépendante ?

En prélude aux élections municipales et régionales du 13 octobre 2018, le PDCI-RDA a demandé le mercredi 29 août 2018 un réaménagement de la date butoir du dépôt des dossiers de candidatures prévue ce jour. Voici la réponse de la CEI.

Dans une interview accordée à Afrikipresse, Dah Sansan, président national du Rassemblement des Jeunes républicains du RDR par ailleurs député à l’Assemblée Nationale se prononce sur la création d’une alliance PDCI-FPI, la réforme de la Commission Électorale Indépendante (CEI) et répond à Lida Kouassi.

Page 1 sur 6

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!