fbpx

À l’appel du Président du FPI, Pascal Affi Nguessan, des Ivoiriens ont  bravé les intempéries pour marcher au nom de la démocratie et traduire de façon « visible, concrète et  massive leur mécontentement ». Sous la pluie, ils sont partis, de la Gare de Bassam à Treichville, ce samedi 17 juin 2017, pour aboutir à  la Place des Martyrs à Adjamé, et « crier leur colère »

Ce jeudi 15 juin 2017, le premier ministre Amadou Gon Coulibaly sera face à la presse nationale et internationale à l’auditorium de la Primature au Plateau. Dans une atmosphère politique, sociale et économique assez dense, le 1er premier ministre de la 3ème République abordera-t-il tous les sujets, ou bien se contentera-t-il de parler seulement économie et social ; ou encore s'agira-t-il de faire le seul bilan du dernier Eurobond ?

Dans son interview télévisée de ce vendredi 1 juin 2017 avec les journalistes d’Afrikipresse , Busness24 et  du quotidien  l’Inter, le Président du Fpi , Pascal Affi N’Guessan a parlé de la marche du 17 juin, baptisée « marche de la colère ».  Affi N’Guessan a fait savoir qu’elle n’est pas celle du FPI mais de tous les Ivoiriens qui se sentent frustrés et qui refusent la résignation, et qui veulent le changement.

Pascal Affi N’Guessan était face aux journalistes d’Afrikipresse , Busness24 et du quotidien  l’Inter, ce vendredi 1 juin 2017. « La marche du 17 juin. L’élection présidentielle 2020. L’élection de Macron. Les mutineries. L’évolution du procès Gbagbo/Blé Goudé », sont les thématiques qui ont été abordées au cours de l'entretien avec le président du Front populaire ivoirien (FPI).

Dans le cadre du débat ouvert sur le Macron ivoirien, Afrikipresse propose une autre réaction. Pour Edouard Yro, journaliste ivoirien résident au Danemark, " le souhait d'avoir un «Macron» Ivoirien est noble et souhaitable car cela sous-entend la volonté de renouvellement voire de rajeunissement de notre classe politique".

Les souscripteurs dans l'affaire Agro business constituent une bonne clientèle pour les partis politiques ivoiriens , en plus du fait que beaucoup parmi eux sont déjà des militants de ces partis ou même des dirigeants , en qualité de citoyens ivoiriens.

Imaginons que l'État ivoirien dise : " bon je paie tout ce qui est prévu selon les contrats, y compris même les RSI ( Retour sur investissements) ! ".

 
Pour la énième fois, le président du Front populaire ivoirien (FPI) s’est retrouvé devant la presse nationale et internationale. Ce mardi, Pascal Affi N’Guessan a dépeint un sombre tableau de la situation sociopolitique en Côte d’Ivoire. Et a, à nouveau, proposé un gouvernement d’union pour une transition politique qui aura pour mission d’organiser les États généraux de la République. Afrikipresse vous livre de larges extraits de ses propos. 

Officiellement le Fpi a obtenu 3 députés à l'issue des élections législatives ivoiriennes du 18 décembre 2016. Selon des sources proches du parti, 3 autres élus indépendants pourraient rejoindre Affi N'Guessan à l'Assemblée nationale, sans que cela soit suffisant pour atteindre le quota exigé pour former un groupe parlementaire : 8 députés.

Difficile d'échapper à la question de savoir qui sera le leader de l'opposition ivoirienne depuis la proclamation des résultats de l'élection législative du 18 décembre 2016.

Page 3 sur 6

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!