Qui sont les vrais amis de Bédié ? Décryptage du bal des fossoyeurs qui préparent la « mort » politique de Bédié

Aujourd’hui, le PDCI-RDA voit s’affronter deux courants : d’un côté, les anti-Ouattara, qui refusent le parti unifié au motif que ce parti unifié signifierait deux choses : 1) la mort du PDCI 2) le refus de l’alternance qui aurait été promise par Ouattara au moment de l’Appel de Daoukro. Ce courant anti-Ouattara s’affiche comme pro-Bédié.

De l’autre, les PDCI favorables à la création du parti unifié sous le nom de RHDP, de façon à consolider une alliance qui n’a connu que des victoires électorales. Ces PDCI pro- parti unifié sont ministres et ils ont été reconduits dans leurs fonctions ministérielles lors du dernier remaniement. Ces ministres PDCI restés au gouvernement sont accusés d’être des traitres, d’avoir été « ouattarisés ». D’ailleurs, ceux qui en étaient membres viennent d’être débarqués du Secrétariat exécutif du PDCI et remplacés par de « Bédié ou rien ».

Qui sont les « vrais » amis de Bédié ?

Et si les vrais enfants de Bédié étaientt les pro-parti unifié RHDP ? À voir les gens qui défilent à Daoukro, je me demande si ce ne sont pas en réalité les Adjoumani qui aiment Bédié. Je ne suis pas sûr qu’Affi, Moriferé,, Guikahué, Billon ou même Guillaume Soro, qui a choisi d’attendre dans la posture du rassembleur, soutiennent Bédié pour qu’il soit candidat à l’élection présidentielle de 2020. Ils sont même certains que Bédié ne peut en réalité pas être candidat pour les raisons suivantes : l’âge, le passé et le rejet par les Ivoiriens de sa candidature.

Toutefois ils ont besoin d’un opposant à Ouattara pour ne pas laisser le champ libre au RDR. En réalité, ils mènent une stratégie en deux temps : 1) une première étape pour fragiliser la coalition RHDP actuellement au pouvoir en jouant le jeu d’une opposition à Ouattara qui veut créer le parti unifié, ce qui doit conduire à la mort de cette alliance 2) une deuxième étape, celle de la conquête du pouvoir pour une alternance sans Bédié, ce dernier n’étant pas en situation de se présenter.

Résoudre l’équation Bédié n’est pas chose facile, ni pour Ouattara, ni pour les PDCI pro-parti unifié. Or, pour ces derniers, il ne peut y avoir d’alternance au profit du PDCI que si le parti unifié est créé. Mais, cette alternance se ferait au profit de qui ? Il est difficile de mettre un nom, mais dans les arrière-salles de la maison PDCI, chacun évalue ses chances. Bédié comprendra--t-il qu’il est le dindon de cette farce politique ?

Une chose est certaine, Guikahué, Billon et consorts, tous ceux qui ont des ambitions en réalité, ne se précipiteront pas pour défendre Bédié, lorsqu’il y aura un déferlement contre sa candidature. Ils pousseront même Bédié à la porte dans l’intérêt du PDCI, vont-ils prétendre. Ils trouveront des alliés au RDR, au FPI, chez Soro, des alliés déjà prêts à alimenter, dans les médias et sur les réseaux sociaux, un « TSB », « Tout Sauf Bédié’, afin de sauver le PDCI d’une défaite assurée avec la candidature du Sphinx de Daoukro.

Cette stratégie ouvre la voie à de nouvelles alliances, Affi et Soro estimant que, s’il parvenait à être candidat, Bédié ne passerait pas le cap du premier tour à cause des handicaps qui seront amplifiés le moment venu. Bédié, dans tous les cas de figure, apparaît comme le véritable dindon de la farce, invité par Ouattara à s’effacer et à prononcer la dissolution du PDCI dans le parti unifié ; invité à aller au combat et à l’affrontement avec le RDR par de faux « Bédié ou rien » qui, en réalité, jouent leur propre carte. Bédié rêve d’une revanche impossible sur Ouattara. Des ministres actuels PDCI rêvent de cette même revanche, mais ils estiment que cette revanche passe par le parti unifié. Au sein du PDCI, les soutiens actuels de Bédié seront ses adversaires de demain, dès lors qu’il osera prétendre être à nouveau candidat. Aujourd’hui, Bédié n’a pas intérêt à se précipiter, il a tout à gagner à attendre.

La vraie question qui se pose est alors la suivante : qui sont les vrais « amis » de Bédié ? Ceux qui veulent qu’il s’engage dans une guerre sans merci contre Ouattara ? Ceux qui jouent la stratégie du parti unifié ? Dans mon esprit, Bédié, parce qu’il est un fin tacticien, joue sur les deux tableaux : il fait semblant d’adhérer à la stratégie anti parti unifié, mais il garde le contact avec les ministres PDCI qui sont au gouvernement.

Dans son Art de la Guerre, Sun Tzu déclare : « Il faut conduire, en amont du combat, des manœuvres indirectes, dont le but est soit de préparer une situation favorable au combat ». En ce moment, en amont (nous sommes en 2018), chacun essaie de préparer une situation qui lui sera favorable en 2020. Mais a-t-il toutes les cartes en main ? Pourquoi ne comprend-y-Il pas que son meilleur allié ( mais aussi meilleur ennemi ), est Alassane Ouattara ?

Une contribution de André Koudou

 

Dernière modification le 29/07/2018

A propos de l'auteur

Afrikipresse

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!