Qui connaît Montesquieu à Akouré : les journalistes invités à marcher contre la loi sur la presse (Côte d'Ivoire)

Au cours de ses échanges avec la presse, le jeudi 11 mai 2017 à Abidjan, le Président du Fpi s'est prononcé sur ce qu'il a qu'il a qualifié de prétendue "fête de la liberté" organisée dans le village d'Akouré par les dissidents de son parti.

« En définitive , le gouvernement a jeté le masque à travers l’attitude qu’il a eue dans cette affaire de “fête de la liberté’’ à Akouré. Ce que les uns et les autres soupçonnaient vaguement, a été révélé aux yeux et au su de tout le monde, à savoir la connivence entre la dissidence à l’intérieur du Fpi et le régime en place. On le soupçonnait.

Mais Akouré nous a permis d’être situé, de savoir qu’en définitive, ces camarades ont décidé de se mettre au service de nos adversaires pour nous combattre. Donc, comme on le dit habituellement, à quelque chose malheur est bon. Il fallait bien qu’il y ait cette volte-face pour qu’on comprenne la réalité des rapports entre la dissidence et le pouvoir en place. Et ce n’est donc pas de façon fortuite que les organisateurs, le lendemain, ont dit merci, de façon solennelle, au gouvernement.

Certains ont dit que même les bâches utilisées sont les bâches qu’Alassane Ouattara utilise dans ses manifestations. Ce ne sont pas 2000 à 3000 personnes réunies à Akouré qui peuvent affaiblir Affi. (…) 98% de ces personnes ont été convoyées depuis Abidjan.

Sur près de 4 à 5 millions d’habitants d’Abidjan, s’ils n’ont pas pu avoir 10 000 personnes, je considère que c’est un échec. Akouré est un échec pour les organisateurs en termes de mobilisation. C’est aussi un échec en termes de discours. Qu’est-ce qu’on a entendu là-bas ? Qu’on aille parler de John Lobbes , de Montesquieu à Akouré, c’est qu’on n’a rien à dire. Qui connaît John Lobbes à Akouré ? (…) Akouré n’a pas fait avancer la dissidence. Au contraire, Akouré a donné un coup dur à la dissidence au sein du Fpi. (…) Ensuite, au-delà du discours, des jérémiades, on fait quoi pour la libération de Gbagbo ? On tourne en rond », a  dit Affi.

Le président du Fpi a souligné qu’en décidant aujourd’hui de participer aux futures échéances électorales, de négocier avec la communauté internationale, la fronde rejoint la position qu’il défend depuis 3 ans, mais n’a pas le « courage » de reconnaître qu’elle s’était « fourvoyée ».

Disant à nouveau son opposition à l'article 90 du projet de nouvelle loi sur la presse, parce que le code pénal sur lequel il se base est dépassé, et doit être lui-même refondé, Affi N'Guessan a dit que cette loi est une raison supplémentaire de participer à la marche du 17 juin 2017.  

Un véritable clin d'œil, pour ne pas dire une vraie opération de charme à l'égard des journalistes.

Alex A

Dernière modification le 12/05/2017

A propos de l'auteur

Alex Aguié

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!