Koumassi : 500 millions de Fcfa réclamés à Ndohi ou révélations sur les attaques (Bacongo)

Face aux accusations de ‘’violence’’ dont il fait l’objet de la part son principal adversaire, Cissé Bakongo fait des révélations.

Que pensez-vous du fait que vos partisans sont accusés d’agression de la part du camp de votre principal adversaire, Raymond N’dohi ?

Ça ne peut être que des accusations sans aucun fondement. Parce que sans aucune enquête de leur part, ils ne peuvent pas s’autoriser à dire que ce sont mes partisans qui en sont les responsables. Est-ce que les personnes qui les ont agressés portaient des signes particuliers attestant de leur appartenance à un groupe particulier. Ou même à un groupe que je dirigerais. C’est la même campagne d’intoxication à laquelle ils nous ont habitué depuis…

Vous parlez de campagne d’intoxication alors qu’on soutient qu’il y a des femmes qui ont été tabassées et mises nues dans un marché, des hommes frappés parce que ces personnes portaient des t-shirt à l’effigie de votre adversaire, le maire sortant et du matériel de sonorisation emporté etc.

Ecoutez monsieur, moi, je n’en sais rien du tout. Moi, je suis un candidat, je ne suis pas un élément de la Police, ni de la Gendarmerie. Je suis candidat aux élections municipales de ce pays. Je fais ma campagne un point, un trait. Et ma campagne jusqu’aujourd’hui a été placée sous le signe du rassemblement et de la paix. À aucun moment, à aucun meeting, je n’ai incité nos militants à aller dans le sens de la violence ou dans un sens qui peut se rapprocher à la violence. J’ai toujours dit que nous ne prononcerons jamais le nom d’un candidat, nous ne dirons jamais voilà ce qu’un candidat a fait, ou ce qu’il n’a pas fait parce que ce n’est pas de cela que les populations de Koumassi ont besoin. Les populations de Koumassi ont besoin de savoir ce que nous pouvons leur apporter en étant élu…

Lorsque de grosses affiches de notre adversaire sont déchirées un peu partout dans la commune, comment qualifiez-vous cela ?

Vous me posez là une question d’ordre métaphysique. Moi même, mes affiches sont déchirées. Il suffit de sortir dans la rue, et vous allez voir que les affiches sont déchirées et celles de mon adversaires placardées à la place. Mais moi, je n’en fais jamais cas parce que je considère que tout cela fait partie des péripéties d’une campagne électorales. Si ce n’est que cela, il n’y a pas de problème. Mais il ne faut pas qu’on aille au-delà de ça, il ne faut pas qu’on aille à s’attaquer à des personnes. Si ce ne sont que de simples affiches, moi, je n’ai absolument aucun problème avec ça. Je considère que cela fait partie des flonflons d’une campagne. Ce qui se passe, je n’en sais rien du tout. Ce que j’en sais, c’est à la Préfecture d’Abidjan que je l’ai su.

Et qu’avez-vous su ?

Le Préfet d’Abidjan a convoqué une réunion avant-hier (9 octobre 2018 : Ndlr) à laquelle ont participé le maire sortant et moi-même, chacun avec son directeur de campagne. Le vice-président de la CEI (Commission électorale indépendante), Coulibaly Gervais, plus les quatre commissaires de Koumassi (…) Ce qu’on a retenu, c’est ce que la Commissaire Akaffou a fait comme compte rendu. C’est ce qui s’est passé. Et selon elle, cela est du ressort des syndicats (de transport : Ndlr). Ce sont eux que vous êtes allés visiter tout à l’heure (il m’a d’abord suggéré avant l’entretien de mener une incursion au sein des syndicats de transport du carrefour de Koumassi, ce que j’ai fait: NDLR).

Ce sont eux qui sont allés au QG du maire puis à la mairie pour réclamer un dû. La Commissaire n’a pas donné de nom, mais elle a dit qu’il y a quelqu’un qui se trouverait sur la liste du maire sortant et qui leur devrait 500 millions de Francs Cfa. 500 millions de Francs, c’est-à-dire, l’argent qu’ils collectent au bord de la route, en principe, ils ont une ristourne. Et que cette ristourne ne leur serait pas versée depuis plusieurs mois. Et c’est ce qu’ils évaluent à 500 millions. Ils disent que c’est avec leur argent que le maire fait campagne donc, ils sont juste venus demander qu’on leur paye leur argent. C’est ce que la Commissaire Akaffou a dit. C’est la patronne du District, elle est au 36è Arrondissement de Police. Si vous voulez, vous pouvez aller lui demander. C’est ce qu’elle a fait comme compte rendu. Le Préfet a posé la question trois fois. Il a dit : « est-ce qu’il y a eu des dégâts » ? La Commissaire a dit qu’il n’y a eu aucun dégât. Le QG de mon adversaire qui est du ressort du 20è Arrondissement n’a subi aucun dégât également. À part que les gens sont allés dans un bar à côté, ils ont bu et ramassé ce qu’ils pouvaient ramasser : c’est-à-dire la boisson.

Justement, j’ai rencontré ces ‘’syndicats’’ qui sont hostiles au maire sortant mais qui sont plutôt favorables à vous ?

Je ne les ai jamais rencontrés, moi.

Donc, ils vous prennent en estime par rapport à votre programme de campagne, c’est cela ?

Je vous dis que je m’interdis de les rencontrer. Vous savez pourquoi ? Parce qu’on les appelle ‘’Black’’. Je suis juriste. Vous savez ce que ça veut dire ‘’Black’’, le ‘’Noir’’. Alors que moi, je n’aime pas ce qui est noir. J’aime ce qui est clair. Je considère pour ma part que si je suis maire, on mettra de l’ordre dans tout cela et il faudra qu’on fasse en sorte que chacun puisse exercer ses activités dans de bonnes conditions, dans des conditions légales, dans des conditions de transparence, dans des conditions régulières. Voilà ce à quoi je vais m’atteler. Je ne vais pas venir faire la promotion du ‘’noir’’. C’est pour cela que je ne veux rencontrer personne.

Claude Dassé

 

Dernière modification le 12/10/2018

A propos de l'auteur

Dasse Claude

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!