fbpx

Génocide Wê : nous avons souffert et ne méritons pas ce sort (Ouloto, Côte d’Ivoire)

La ministre ivoirienne de l’Assainissement et la salubrité, Anne Désirée Ouloto, Présidente du conseil régional du Cavally, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, a échangé le jeudi 9 mai 2019 à l’hôtel du District d’Abidjan avec les élus et cadres des régions du Cavally et Guemon, suite à la polémique sur le génocide du peuple Wê.

Répondant à l’invitation des cadres et élus du Cavally et du Guemon, qui ont souhaité comprendre les raisons des attaques dont elle est l’objet sur les réseaux sociaux après sa sortie à N’Douci le samedi 4 mai dernier, Anne Désirée Ouloto a fait l’état des lieux de sa présence  auprès de ses parents Wê de l’Ouest durant ses huit années dans le gouvernement.

« À Klaon, Bloléquin, Sakré, Duekoué carrefour, Guitrozon, Nahibly, Sémien carré des martyrs, j’ai été témoin des impacts et des conséquences de la crise socio politique, ainsi que des grandes souffrances de nos populations et de nos parents (…) Ensemble nous avons pleuré, nous avons enterré nos morts. Et une seule question me venait toujours en tête : pourquoi ? Pourquoi chez nous en pays Wê ? Comme nos parents, d’autres êtres humains ont souffert aussi. Des Ivoiriens comme des non ivoiriens. Toutefois, le peuple Wê a payé très cher cette guerre. Pourquoi et pour qui ? Non nous ne méritons pas ce sort », a fait savoir Anne Désirée Ouloto.



Poursuivant, elle a dit : « Chers parents, je vous en supplie, plus jamais nous ne devons être victimes des crises. C’est ce qui explique mon engagement depuis 2011 auprès de mes parents dans le Cavally etGuemon ».
 

Sur son discours à N’Douci, elle a dit : « J’ai effectivement condamné les propos de cette dame politique qui a parlé de génocide Wê à Duekoué. Si elle avait été Wê, elle aurait senti la souffrance que j’ai ressentie quand je l’ai entendue. Dire au monde entier que mes parents sont détestés en Côte d’Ivoire(…) Qui a pris cette décision ? Qui gouvernait quand le peuple Wê a été tué en masse ? »

Anne Ouloto qui ne nie pas les tueries dans l’Ouest a ajouté : « Un seul Wê qui aurait été tué est inacceptable ; A plus forte raison cent, deux cents et plus ».


[ On ne doit pas faire la politique avec la souffrance des autres ]



 « Nous avons beaucoup pleuré, mais avec vous, les chefs traditionnels, les élus et cadres, nous nous sommes accordés pour dire que nous devons pardonner. Car le pardon c’est l’arme des forts et les Wêsavent pardonner » a-t-elle dit.

Sur le Génocide Wê, elle a dit : « Ce sujet est très sensible pour être politisé. On ne doit pas faire la politique avec la souffrance des autres ».

Pour Anne Ouloto, le temps de sortir de la pauvreté , et le temps de la réconciliation, ont sonné pour les populations du Guemon et Cavally : « Le bonheur qui frappe à la porte de Moossou, Gagnoa, Abidjan, Korhogo, ce même bonheur doit aussi frapper dans le Cavally et le Guemon. Bientôt, plusieurs missions des cadres et élus iront dans  nos différentes régions pour encourager nos parents à rester concentrés sur notre dynamique de réconciliation et de paix ».



Philippe Kouhon

 

Dernière modification le 10/05/2019

A propos de l'auteur

Philippe Kouhon

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!