Enrôler 15 millions d’ivoiriens pour voter en 2020 : le défi de Clement Séhi

Sous l’impulsion de l’ONG, Planète paix, plusieurs associations de jeunesses africaines sont réunies du 16 au 18 novembre 2017 à Abidjan, hôtel Belle Côte, dans le cadre d’un colloque sur le thème : « Problématique des élections en Afrique, quelles contributions des jeunes leaders africains ».

Partenaire officiel de l’évènement, l’association DPA-CI (Désir de paix et d’Avenir) était représentée par une délégation conduite par son président fondateur, Clément Séhi.  « Comme beaucoup d’ivoiriens de la diaspora, je suis avec intérêt l’actualité de mon pays la Côte d’Ivoire : depuis le miracle ivoirien des années 70 aux chaos ivoiriens des années 2000, en passant par le mirage ivoirien des années 90….Comme j’aime à le dire souvent à mes amis avec qui j’échange sur la vie politique ivoirienne, la situation des conflits post électoraux en Afrique est certes grave, parce qu’elle est émaillée de tuerie donc de perte de vie humaine, mais elle ne saurait être désespérée parce qu’elle nous permet d’ouvrir les yeux sur comment trouver les outils nécessaires pour amorcer une vraie démocratie » a introduit dit le président fondateur de la DPA-CI, à cette occasion.

 


Il a ajouté : « Voilà pourquoi, depuis 2011, des amis et moi, avons émis l’idée de créer un cercle de réflexion dénommé : Désir de paix et d’avenir, et qui s’est donné pour mission d'inculquer aux ivoiriens la culture électorale. Il s’agit de trouver un ivoirien capable de leur faire oublier les crises successives en Côte d’Ivoire par la proposition d'un nouveau contrat social. Dans l’un des chapitres, que nous avons intitulé « LES IVOIRIENS ET LE DÉFI DES ÉLECTIONS », nous avons dressé le bilan des 30 dernières années des élections en Côte d’Ivoire. Ainsi note-t-on qu’en 1990, près de 9 millions sur 12 n’ont pas pris part à l’élection de leur président. En 1995, ils étaient 12 millions sur 14 à bouder les présidentielles. En  2000, ils étaient 14 millions sur 16 millions d’habitants qui ont boycotté les élections présidentielles. En 2010, ils étaient 16 millions sur 20 à rester chez eux. Et enfin en 2015, près de 22 millions sur 25 n’ont pas pris part aux votes. Le constat est criard : les Ivoiriens n’ont pas la culture électorale ».

Pour Clément Séhi, ce désintéressement des ivoiriens aux élections trouve sa source dans ce qu’il a appelé  l’institutionnalisation du boycott des élections et les idées préconçues, telles que « les dés sont pipés d’avance ou encore la France nous impose un président ». « Il est plus qu’urgent de sensibiliser les Ivoiriens à la chose électorale, et notre mission sinon objectif c’est d’arriver à avoir au moins 15 millions d’ivoiriens enrôlés, prêts à voter en 2020. Notre slogan à la DPA-CI est, Ivoirien fait entendre ta voix, à chacun sa carte d’électeur, car 2020 c’est maintenant » a-t-il lancé.

Le représentant de Sidi Tiémoko Touré, ministre ivoirien de la Promotion de la jeunesse, de l’Emploi des jeunes et du service civique, le professeur Francis Wodié, ancien président du conseil constitutionnel, étaient présents.

P.K, avec service de communication DPA-CI.

 

Dernière modification le 16/11/2017

A propos de l'auteur

Afrikipresse

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!