Assemblée nationale : J’ai rendu mon tabouret (Guillaume Soro)

Le président de l’assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Kigbafori Soro a rendu sa démission ce vendredi 8 février 2019 au cours d’une session extraordinaire de l’assemblée nationale.

« Chers collègues, à cet instant précis, je rends ma démission de mes fonctions de président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire. Oui, j'ai décidé de sacrifier mon poste pour la paix, pour la Côte d'Ivoire, comme j'ai eu à le faire par le passé. Me voilà  ainsi donc ancien président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire, député de la Nation élu de la circonscription électorale de Ferkessédougou commune et vice-président élu de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie » a annoncé Soro Guillaume ce vendredi à Abidjan. Justifiant cette décision déjà annoncée par le président de la république lui-même le 28 janvier dernier face à la presse, Guillaume soro dit : « J’ai eu le privilège de plusieurs audiences avec le Président de la République, notamment les 5 et 24 janvier. Il a été question de mon engagement politique et de mon positionnement idéologique vis-à-vis du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Cette question, aussi importante soit-elle, a nécessité de ma part réflexion et décision.  Oui, j'ai choisi de me pas m'engager au sein du RHDP unifié. Ainsi, je n'ai point pris part au congrès ordinaire du 26 janvier dernier au stade Houphouët-Boigny ». Est-ce la seule raison de la démission du PAN ? Il n’en dira pas plus. Sinon pourquoi n’a -t-il pas par la même occasion démissionné de son poste de député de Ferkessedougou ? Car c’est bien parce qu’il est député qu’il a été élu président de l’assemblée nationale et vice-président élu de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie. Dans ce cas peut-on parler de décision politique ? « Oui » répond un observateur. Dans ces conditions, que reste-t-il de la séparation des pouvoirs  législatif, judiciaire et exécutif ?
« Rassurez-vous, chers collègues je demeure serein tout en quittant ce poste aisé de président de l'Assemblée nationale pour l'aventure de mes convictions. En effet, je préfère descendre de mon piédestal, vivre et partager le quotidien de mes semblables, citoyens ordinaires, que de me complaire de l'aisance de la posture institutionnelle » a-t-il conclu.

Enfin pour comprendre l’autre sentiment qui anime Guillaume Soro en quittant son poste de président de l’assemblée nationale, il faut l’écouter à sa sortie de l’hémicycle : « J’ai rendu mon tabouret » a-t-il lancé au ministre Mamadou Sanogo, qu’il avait reçu quelques heures avant l’ouverture de la session à son bureau.  « Celle-là c’est ma voiture, ce n’est pas celle de l’assemblée nationale » a-t-il lancé à la presse avant de s’engouffrer dans une petite voiture Fiat de couleur rouge et blanc.

Philippe Kouhon


Dernière modification le 08/02/2019

A propos de l'auteur

Philippe Kouhon

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!