vendredi, 13 avril 2018 22:04

RDC : Les secrets de la fortune de Kabila

Le  Congo traverse une crise politique depuis la fin du mandat du Président Kabila en décembre 2016. Une crise consécutive au refus de ce dernier d’organiser les élections devant désigner son successeur.

À l’issue d’une réunion du conseil de sécurité des nations unies tenue lundi 12 février 2018 à New York, 7 pays sur 15, dont la Côte d’Ivoire ont exigé la tenue des élections présidentielles en République démocratique du Congo le 23 décembre 2018 sans la participation du président Joseph Kabila.

Alors que les évènements du Togo du mois d’Août dernier semblaient être tombés dans l’oubliette, la situation en RDC les ravive.

En milieu de semaine dernière, la communauté laïque catholique en République démocratique du Congo (RDC) avait appelé à une marche de protestation pour exiger le départ du pouvoir du président Joseph Kabila. Cette marche devrait avoir lieu juste après la messe du réveillon du nouvel an. Mais la répression du pouvoir a fait passer la nuit de 31 décembre dans la douleur.

En raison de la contestation populaire et de la méfiance de la communauté internationale, les jours de Joseph Kabila au pouvoir sont plus que jamais comptés… Mais en attendant la situation se cristallise et l’instabilité grandit.

La crise politique relative à l’organisation très prochaine des élections dans le délai constitutionnel, que vit la RDC actuellement, est la résultante du non-respect des lois et accords signés entre les acteurs politiques. En effet, il y a de cela quelques mois, un accord dit de la Saint-Sylvestre conclu entre le pouvoir et l’opposition le 31 décembre 2016, sous l’égide de l’Église catholique, devait permettre l’organisation de ces élections et éviter de nouvelles violences. Le président Kabila qui n’a plus le droit de se représenter foule allègrement du pied cet accord et multiplie des manœuvres dilatoires afin de se maintenir au pouvoir. Mais,  comment Kabila a-t-il réussi à s’accrocher au pouvoir?

L’ancien gouverneur du Katanga, pressenti pour succéder à Joseph Kabila à la présidence de la République démocratique du Congo, entend « chasser » ce dernier, dont le mandat a officiellement pris fin l’an dernier, mais non le pourchasser.Les choses se précisent en République démocratique du Congo (RDC). Alors que le pays est dans l’incertitude la plus totale depuis que son « président », Joseph Kabila, refuse de quitter le pouvoir — malgré les appels de la communauté internationale —, l’opposition semble déterminée à faire entendre sa voix.

Le 26 juillet dernier, le Conseil de sécurité de l'ONU rappelait au chef de l'Etat congolais la nécessité d'organiser des élections, sans cesse repoussées depuis la fin de son mandat en décembre 2016. Rien n’indique que Joseph Kabila entend prendre ce rappel à l’ordre au sérieux.

François Mbuku Kasa est le président du Front des militants Kongolais (FMK). Il réside en Europe, loin de son Congo natal depuis plusieurs années. Dans cet entretien réalisé dans un pays européen, le leader du FMK parle de son mouvement et du combat que celui-ci mène contre Joseph Kabila, pour le respect de la constitution.

Au menu : la nomination de Samy Badibanga comme premier ministre en RDC, et la Tunisie qui débute son processus de réconciliation nationale avec les auditions des victimes du régime de Ben Ali. Le rappeur Dosseh est l'invité du journal et nous présente son premier album Yuri.

Page 1 sur 2

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!