mercredi, 19 septembre 2018 15:41

L’Afrique du Sud sur les traces du Zimbabwe ?

Le gouvernement d’Afrique du Sud a annoncé, le 4 septembre dernier, que le produit intérieur brut du pays avait chuté de 0,7%, alors qu’il devait augmenter de 0,6%. Selon le magazine « Business Insider », la baisse enregistrée au deuxième trimestre fait suite à une contraction de 2,6% de l’économie. C’est officiel: l’Afrique du Sud est en récession, la première depuis une décennie.

Les tragédies, telles que le racisme légalisé et le manque de respect des droits individuels et de propriété, sont généralement fabriquées par des individus ayant des intentions politiques malveillantes. L'adoption de la Loi de 1913 sur les terres autochtones (Natives Land Act) est un exemple historique de ce genre de manipulation politique et ces conséquences tragiques se poursuivent aujourd’hui. Malheureusement, les Sud-Africains semblent être sur le point de redevenir victimes du même genre de manipulation politique.

Le Congrès national africain et son président, Cyril Ramaphosa, semblent déterminés à baisser le prix du carburant – alors que ce dernier est en période de hausse - selon Business Tech qui rapporte que le gouvernement cherche activement une solution au problème. Le bureau de la Free Market Foundation propose une assistance libre au gouvernement de manière à réparer le gâchis qu'il a créé. Nous accueillerons ses représentants à bras ouverts afin de résoudre le problème.

En 2013, Israël avait signé un accord «Ciel ouvert» (Open sky) avec l'Union Européenne. Les objectifs étaient d'augmenter le nombre de compagnies aériennes étrangères opérant dans le pays, accroître le nombre de routes desservies, réduire les tarifs et stimuler le tourisme. Depuis, le nombre total de billets internationaux d'Israël a augmenté de 46% entre 2012 et 2016, passant de 6 441 569 à 9 399 299. La capacité a encore augmenté pour atteindre un record de 11 041 535 en 2017 [1]. Imaginez ce que Open Sky pourrait apporter à l'industrie du tourisme en Afrique du Sud !

Les politiciens ayant approuvé le projet de loi sur le salaire minimum national (NMW) croient vivre dans le monde d'Alice au pays des merveilles avec des «baguettes magiques» leur permettant d'adopter des lois et réglementations qui font du bien sans léser personne. Pourtant, d’évidence le NMW a toutes les chances de nuire à un grand nombre de malheureux qui gagnent actuellement des revenus bien inférieurs au NMW. On peut d’avance prévoir la perte de nombreux emplois et l'accès à l'emploi va se compliquer pour les 9,48 millions de chômeurs.

Ce mercredi 6 juin 2018 se jouent les matches aller du dernier tour éliminatoire de la 11ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football des Dames. 14 pays sont sur le départ pour seulement 7 places qualificatives. La Côte d’Ivoire rêve d’un troisième rendez-vous dans cette épreuve.

En 1991, le gouvernement de l'apartheid reconnaissait sa violation la plus grave des droits de l'homme : le refus de la propriété des terres aux Sud-Africains noirs. Comment ? Le gouvernement adopta la loi sur la mise à niveau des droits fonciers, appelé « ULTRA ».

Les Sud-Africains politiquement conscients oublient souvent que la route vers l'enfer est pavée de bonnes intentions. Qu'il s'agisse de faciliter l'accès au logement, de réglementer le tabagisme ou de nous protéger lors des transactions financières, on avance avec des œillères. Comme la lutte contre le tabagisme vise à protéger la santé publique et les droits des non-fumeurs, les gens y adhèrent facilement sans en mesurer l’impact. Avec la politique de «logement inclusif» de Johannesburg, une étude d’impact plus approfondie est certainement nécessaire parce qu'il y a un serpent dans l'herbe, un cobra en fait.

Les technologies de l'information et de la communication (TIC) ont provoqué des changements sans précédent au cours des deux dernières décennies. Désormais, grâce au numérique, les données peuvent être générées dans un réseau privé, transmises par une antenne parabolique, réordonnées sur un réseau Ethernet, puis partagées sur une ligne publique pour être diffusées par satellite vers un récepteur à l'autre bout du monde, le tout sans aucune déperdition. D’évidence, les TIC peuvent soutenir de développement de l’Afrique. Comment les promouvoir ?

En 1986, un économiste afro-américain bien connu s'est rendu en Afrique du Sud pour une conférence sur le rôle des entreprises dans la lutte contre les divisions raciales dans ce pays. Trois ans plus tard, le professeur Walter E. Williams, de l'Université George Mason, a publié un livre intitulé « La guerre de l’Afrique du Sud contre le capitalisme». Il a écrit que la discrimination raciale dans le pays n'était pas le résultat de la libre entreprise. Au contraire, c'était une conséquence de la tentative du gouvernement de protéger les travailleurs blancs contre leurs concurrents noirs. Et de conclure « Si le capitalisme peut être décrit comme le fonctionnement sans entraves du marché dans l'allocation des ressources rares de la société …., alors l'apartheid est l'antithèse du capitalisme ».

Page 1 sur 5

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!