Contribution-Franc CFA: être ou ne pas être ? Les peuples demanderont des comptes si....

1. Le franc CFA: un atout décrié mais réel

Le franc CFA est décrié mais on oublie de comparer ses atouts réels à ceux des pays africains, ayant des monnaies nationales. Pour l'africain lambda, le franc CFA en Afrique de l'Ouest est la monnaie commune en circulation dans les huit pays membres (Bénin, Burkina Faso, Guinée Bissau, Côte d'Ivoire, Mali, Niger, Sénégal, Togo) de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA).

Comparaison n'est pas raison mais comparaison est indicative, instructive, pédagogique et mobilisatrice. Force est de noter utilement que l'importance et le rôle du franc CFA ne sont pas expliqués dans la simplification des mots aux populations , loin des chiffres, des théories monétaires, des discours, des démonstrations et concours d'éloquence, destinés aux étudiants, cadres financiers, technocrates, politiques, entrepreneurs, investisseurs, promoteurs de projets, femmes d'affaires, jeunes entrepreneurs, opérateurs économiques, agricoles, industriels, éleveurs, pisciculteurs, agents économiques du secteur informel etc qui ne constituent pas l'échantillon représentatif des millions d'usagers quotidiens aux mains desquels circule la monnaie fiduciaire.

La simplicité thérapeutique des mots et explications aux populations , loin de la complication des chiffres et théories peut contribuer à informer, sensibiliser, vulgariser, convaincre et rassurer les populations concernant les atouts, les avantages comparatifs du franc CFA qui sont les suivants:

1. l'existence d'une monnaie unique, d'une banque centrale unique et d'un marché financier intégré,illustrant la solidarité et le vivre ensemble des peuples, au plan monétaire, économique, financier, social et de l'intégration;

2. la convertibilité monétaire
3. l'intégration financière;
4. la stabilité macroéconomique;
5. la stabilité monétaire;
6. la convergence des politiques monétaires;
7. l'atténuation des crises financières, bancaires et de contagion;
8. l'augmentation du volume des transactions bancaires transfrontalières;
9. la facilitation des échanges d'informations monétaires, macroéconomiques, structurelles et sectorielles
10.l'augmentation des prêts interbancaires transfrontalières;
11. le renforcement de la coopération monétaire, budgétaire, fiscale et des systèmes monétiques;
12. l'atténuation des difficultés de liquidité;
12. la limitation des effets de faillite des banques sur la stabilité financière;
13. l'amélioration de la surveillance des banques;
14. l'amélioration de l’efficacité du contrôle bancaire à travers la surveillance monétaire et bancaire consolidée;
15. le renforcement des dispositifs d'intervention en cas de crise;
16. le renforcement de la libéralisation des règles d'établissement des banques dans la zone UEMOA

2. Faut il brûler le franc CFA ?

Dans les huit pays (Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger,,Sénégal, Togo) de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), le franc CFA est la monnaie commune ayant une banque centrale unique, un marché financier intégré, un mécanisme de convergence monétaire et de discipline budgétaire, une zone économique solidaire et de coopération sous régionale résiliente aux crises monétaires et financières.

Ne pas reconnaître les impacts positifs du franc CFA sur les inégalités, la lutte contre la pauvreté, les classes moyennes vulnérables, en majorité sans éducation et dans le secteur informel, pour brûler le franc CFA sur l'autel du déficit de communication sur ses bienfaits, de réflexions et d'analyses comparatives saines sur les pays qui n'ont pas encore les qualités économiques, monétaire, budgétaire nécessaires et exigeantes pour être membres de la zone UEMOA, équivaut à ne pas dire ce qui est la réalité et à peser les œufs de mouche dans un panier en toile d’araignée ou courir droit dans le mur de brique.

Brûler ou abandonner le franc CFA sans les fondamentaux de la création d'une monnaie nationale ou sous régionale convertible, rentable et durable est un inconvénient stratégique à la prospérité, dans une réalité macroéconomique fragile, cachant mal les failles de l'endettement, des faiblesses de la lutte contre la corruption, de la propension de la fraude, de l'évasion fiscale, du blanchiment d'argent, dans un environnement des affaires difficilement assaini, caractérisé par la pression fiscale et la multiplication des marchés gré à gré.

Brûler le franc CFA est il synonyme de mieux être pour les populations, les classes moyennes informelles et disparates dépendantes des transferts d'argent et de croissance économique forte, variée, soutenable, inclusive et partagée ?

Est il sage de vivre dans l'erreur, la tentation, le slogan politique, la lutte des classes, la tentative et l'essai, en remettant en cause le franc CFA, en le brûlant au lieu de le remettre en gratitude ? La mort elle même n'est point à craindre par celui qui vit dans la sagesse (Boudha).


3. L'incertitude sur le secteur financier et l'économie impose les limites de l'abandon du franc CFA

Dans l'espace UEMOA, les fondamentaux macroéconomiques des huit pays membres sont solides. Le taux d'inflation est maîtrisé et le dérapage budgétaire au delà de 3 % du PIB n'est pas acceptable. La Banque Centrale joue son rôle efficace de pompier, en posant judicieusement les par-feux contre les crises monétaires et financières. Les quatre libertés de circulation des personnes, des capitaux, des services et des biens, sont à la fois les atouts et avantages que l'UEMOA procure à ses membres, en plus du marché financier intégré qui renforce l'attractivité de la place financière commune au plan sous régional.

Le BREXIT a démontré qu'en politique dans le monde anglo-saxon le mensonge n'est pas gênant, ne pas dire la vérité au peuple pendant la campagne référendaire, fouler au pied l'exactitude, l'étique, la tolérance et l'évidence pour favoriser le vote xénophobe, de désunion, de déchirure de la cohésion sociale participent de la démocratie qui n'est pas juste mettre un bulletin de vote dans l'urne. Sous l'effet du populisme et de la virulence des mots, les britanniques ont été tentés par le repli en 2016, en pensant que rendre la souveraineté nationale au Royaume-Uni et contrôler les frontières était de l'ordre du possible. En mars 2019, le peuple britannique se rend compte que sortir de l'Union Européenne, dans l'impréparation, est plus difficile que démonter une centrale nucléaire.

La complexité du CFAXIT dans la zone UEMOA ou du BREXIT au Royaume Uni est de croire que le risque zéro existe. Abandonner le franc CFA serait un drame car la récession ne serait pas peu probable dans les huit pays de la zone de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA). L'incapacité de mettre un scénario crédible après l'abandon du franc CFA, rend la situation économique et sociale incertaine et grave.

L'incertitude est énorme sur le secteur financier et l'économie en cas de CFAXIT sans vision globale, sans savoir d'abord ce qui est nécessaire pour la sortie de l'UEMOA, ensuite sans déterminer un chemin clair de la sortie. Les risques d'instabilité financière sont réels. Les populations seront prises de court par les conséquences du CFAXIT, notamment l'énorme coût économique à supporter dans un pays dont la classe moyenne est dépendante des transferts d'argent, importe ses vêtements de friperie, ses véhicules neufs et de seconde main, ses intrants et matériels agricoles, ses produits alimentaires, ses matériels informatiques, ses produits pharmaceutiques etc. La fuite des investissements aura un impact négatif sur l'emploi et les salaires. Si les peuples ont le dos au mur et si leur survie est menacée par le CFAXIT, ils demanderont des comptes à ceux qui ont été à l'origine de la sortie / de l'abandon du franc CFA.

Laurent Maurice Kouakou
Chroniqueur expert consultant

 

Dernière modification le 09/03/2019

A propos de l'auteur

Afrikipresse

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!