ONU-Financement des OMP africaines : les Etats-Unis disent niet

Le débat fait déjà rage au conseil de sécurité. La question du financement des opérations de maintien de la paix (OMP)  en Afrique. Hier encore alors que certains pays africains appelaient à un sursaut international, les Etats-Unis s’y sont opposé, appelant à une réflexion supplémentaire avant d’engager des fonds de l’ONU dans le cadre d’opérations de maintien de la paix de l’UA.

« Merci monsieur le président. Et nous remercions le secrétaire général M. Guterres et le commissaire Chergui pour leurs exposés.(…) La question qui nous est posée aujourd’hui est la suivante : comment pouvons-nous améliorer la relation unique entre les Nations unies et l’Union africaine – non pas pour les organisations elles-mêmes, mais pour aider les peuples d’Afrique à se bâtir un avenir prospère et pacifique. C’est une question qui mérite une conversation ciblée, honnête et à long terme. Les membres du Conseil de sécurité ne doivent pas être pressés de prendre des décisions qui créent des précédents sans en examiner soigneusement les conséquences » a introduit l’Ambassadeur Jonathan Cohen chef en second de la Mission des États-Unis auprès des Nations unies. C’était hier mardi 20 novembre 2018 devant le conseil de sécurité des nations unies.

Répondant à nombreux intervenants, à l’instar du représentant ivoirien, SEM Houadja Kacou Léon Adom, qui avant lui a plaidé pour un financement considérable des OMP africaines, le Représentant permanent adjoint des États-Unis après des Nations unies dira : « Nombre de personnes présentes aujourd’hui ont appelé le Conseil de sécurité à mettre à disposition des contributions obligatoires des Nations unies aux fins du financement prévisible et durable des opérations de maintien de la paix en Afrique. Cette proposition, en particulier, exige que nous nous y attardions pour examiner en quoi cela contribuerait à la paix, à la sécurité et aux droits de l’homme en Afrique. Monsieur le président, le Conseil de sécurité a officiellement annoncé deux résolutions qui témoignent de son souhait de collaborer avec l’UA afin de mettre en place des structures de financement fiables pour le maintien de la paix. Nous avons également affirmé que la responsabilité première en matière de prévention des conflits incombait aux États et que le Conseil de sécurité était prêt à travailler avec eux pour maintenir la paix.

Ces résolutions – 2320 et 2378 – définissent clairement les conditions auxquelles l’Union africaine doit répondre avant que le Conseil de sécurité ne puisse même envisager d’utiliser les contributions obligatoires de l’ONU pour financer des opérations de maintien de la paix de l’Union africaine. Entre autres, l’UA doit couvrir au moins 25 % du coût des opérations. Le Conseil de sécurité a demandé une transparence et une responsabilité financières complètes. Et nous exigeons que les troupes de l’UA adhèrent à des normes de performance élevées et fassent preuve d’une conduite et d’une discipline témoignant du respect des droits de l’homme.

Des progrès ont été accomplis et nous en félicitons l’UA. Mais il reste encore beaucoup à faire avant de pouvoir considérer que les conditions énoncées par le Conseil de sécurité sont respectées. Il est trop tôt pour prendre des décisions en ce qui concerne une modification des relations de l’ONU avec l’UA en matière de maintien de la paix alors que celle-ci travaille encore sur ses réformes internes.

Il y a d’autres questions qui amènent les États-Unis à penser que cette mesure reste prématurée. D’importantes questions restent sans réponse en ce qui concerne les modalités de protection de l’autorité du Conseil de sécurité s’agissant de la paix et de la sécurité internationales, dans tout mécanisme futur d’appui aux opérations de maintien de la paix de l’UA à l’aide des contributions statutaires de l’ONU.

Et les membres du Conseil de sécurité doivent avoir le temps de s’assurer qu’ils disposent du soutien politique et législatif total de leurs capitales avant de prendre cet engagement. L’accord de notre Congrès est un impératif pour les États-Unis. Je sais que c’est le cas pour les autres pays et leurs assemblées législatives. Et nous ne pourrons pas soumettre cette question importante et complexe à notre nouveau Congrès avant le Nouvel An, de sorte que nous ne pouvons pas envisager d’aboutir à un consensus sur une nouvelle résolution avant au moins cette date.Monsieur le président, les États-Unis appellent à une réflexion supplémentaire avant d’engager des fonds de l’ONU dans le cadre d’opérations de maintien de la paix de l’UA »

Mais  pour le diplomate américain, «  il serait erroné d’interpréter notre prudence comme un manque de soutien à la paix, à la sécurité et aux droits de l’homme sur le continent africain. Les États-Unis sont depuis longtemps et resteront le principal contributeur des Nations unies aux missions de maintien de la paix de cette organisation. Mais en plus de nos contributions, nous sommes résolus à aider les pays fournisseurs de contingents à préparer leurs troupes en vue de leur déploiement dans le cadre des opérations de maintien de la paix des Nations unies en Afrique. Depuis 2005, nous avons dépensé 1,5 milliard de dollars pour l’aide à la formation de 23 partenaires actifs en Afrique. En 2018, les États-Unis ont participé à la formation de personnel militaire dans des missions de maintien de la paix en Afrique, en République centrafricaine, au Mali, au Congo, au Darfour, en Abiyé et au Soudan du Sud. Monsieur le président, les États-Unis contribuent également à la sécurité en Afrique au moyen de centaines de millions de dollars d’aide à la lutte contre le terrorisme et au maintien de l’ordre. Des millions de femmes et d’enfants bénéficient également de notre aide humanitaire, sanitaire, à l’éducation et au développement.

En quelques mots, les États-Unis sont attachés à la stabilité et à la prospérité, futures de l’Afrique. Nous sommes fiers de notre partenariat avec l’UA et les nombreux pays africains fournisseurs de contingents. En conclusion, nous voyons le débat d’aujourd’hui comme un pas en avant dans notre effort commun pour renforcer le partenariat de l’ONU avec l’UA. Un processus précipité en vue d’une prise de décision en quelques jours qui aurait un effet permanent sur le maintien de la paix compromettrait nos progrès. Continuons au contraire le bon travail accompli par toutes les parties pour rapprocher ces deux organisations, dans le respect de leurs rôles uniques, afin d’aider les peuples de l’Afrique à créer l’avenir pacifique, sûr et prospère qu’ils méritent. Je vous remercie » a-t-il conclu.

Philippe Kouhon
Source : Bureau des affaires publiques du département américain.

 

Dernière modification le 21/11/2018
Tags:

A propos de l'auteur

Philippe Kouhon

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!