Côte d’Ivoire, CFA,Gbagbo,Soro, Ocampo: ce que Ouattara a dit après sa rencontre avec Macron

Le président ivoirien Alassane Ouattara,  et son homologue français Emmanuel Macron ont eu vendredi 15 février 2019, un entretien au Palais de l’Elysée à Paris.

Le chef de l’état ivoirien a profité des questions de la presse après son entretien avec Macron, pour insister sur des points  déjà évoquées, et qui continuent de faire la polémique. Sur ses rapports avec l’ex procureur de la cour pénale internationale, Louis Moreno Ocampo, il a persisté et signé : « Je confirme, je ne le connaissais pas avant que ce problème se pose. J’étais à l’hôtel du Golf, comment voulez-vous que je connaisse Ocampo, alors que j’étais prisonnier à l’hôtel du Golf pendant 4 mois et demi. Mais évidemment, quand il a décidé d’amener la Côte d’Ivoire à la CPI avec le transfèrement de Gbagbo, bien sûr qu’il me fallait prendre des contacts avec monsieur Ocampo et c’est en ce moment là que je l’ai connu ».

S’agissant du retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara a déclaré : « Laurent Gbagbo est un frère. Il est ancien président. Nous attendons tous la suite. Je n’ai pas de commentaire particulier à faire ».

Il a précisé que le sujet n’a pas été abordé avec le chef de l’état français.

Sur ses rapports avec l’ancien président de l’Assemblée nationale, Soro Guillaume, le Président Ouattara a dit : « Guillaume Soro est un fils. Je l’ai dit, quelque fois certains fils sont rebelles, il faut leur donner le temps de s’assagir ».

D’autres questions liées au Fcfa, au métro d’Abidjan et au programme social du gouvernement ivoirien ont également été évoquées. « Le franc Cfa est notre monnaie. Elle se porte bien. Il faut arrêter les faux débats sur le ça » a-t-il insisté.

« Sur le métro, nous avons un linéaire de 37,5km. Et quand il y a des avant projets sommaires, on se rend compte que les montants sont souvent très élevés. Au niveau de l’enveloppe qui avait été arrêtée avec le groupe star, un groupe d’entreprises françaises , nous travaillons à ce que le financement du métro soit à l’intérieur de ce qui avait été arrêté au départ », a-t-il fait savoir.

Revenant sur le programme social  du gouvernement ivoirien prévu sur deux ans, 2019 et 2020, le président ivoirien a affirmé  : « Nous avons concentré plus de 1,2 milliards d’euros sur ces deux années en complément des dépenses déjà dans le budget pour cibler un certain nombre de dépense précise. C’est le cas des petites réparations des pompes hydrauliques villageoises, des approvisionnements des localités qui ont déjà des poteaux électriques en électricité. Aussi, au lieu de payer 150.000 fcfa pour obtenir un compteur électrique, désormais avec 1000 fcfa, on peut avoir du courant dans les ménages et payer le reste sur 10 ans. C’est une série de mesures qui permettent aux ivoiriens à revenu faible d’accéder au quotidien. Nous avons aussi des bourses familiales. Elles prennent en compte 35000 ménages aujourd’hui et va s’étendre à 100.000 ménages l’année prochaine. Ces ménages recevront une somme forfaitaire par an pour faire vacciner leurs enfants, les envoyer à l’école, pour que les femmes enceintes puissent aller à l’hôpital. C’est un programme qui est fait pour améliorer le quotidien des ivoiriens ».

Philippe Kouhon, envoyé spécial à l’Elysée

 

Dernière modification le 19/02/2019

A propos de l'auteur

Philippe Kouhon

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!