Conseil de Sécurité Onu : Comment la Côte d’Ivoire entend marquer sa présidence : manœuvres et stratégies.

De sa participation parfois discrète et qui se limitait à des simples votes (pour ou contre) au conseil de sécurité, qu’elle a intégré depuis bientôt un an, la Côte d’Ivoire est depuis ce lundi 3 décembre 2018 sous tous les projecteurs du monde. Quels sont les débats qui l’attendent et comment le pays du président Alassane Ouattara compte marquer l’histoire des nations unies. Décryptage.

Le président Alassane Ouattara arrive à New York ce lundi 3 décembre 2018 autour de 16h (heures des USA) selon nos sources dans le cadre de la présidence de la Côte d’Ivoire au conseil de sécurité des nations unies. Outre, ses rencontres bilatérales et multilatérales, Alassane Ouattara présidera lui-même la réunion du mercredi 5 décembre du conseil. Et c’est à dessein que la Côte d’Ivoire a choisi de faire ce jour là une communication sur le thème : « La reconstruction économique post-conflit, pilier de la consolidation et de la pérennisation de la paix et facteur de stabilité et de sécurité ». En effet, la Côte d’Ivoire qui a connu des crises successives depuis le 24 décembre 1999 (coup d’état, rébellion armée, guerre postélectorale) a pu atteindre seulement cinq ans après la dernière crise (postélectorale de 2011) une croissance économique de 7,6% en 2017.

 

Lire aussi >> Conseil de Sécurité Onu : échos et agenda de la Présidence de la Côte d’Ivoire

 

Dans son rapport de février 2018, intitulé « aux portes du paradis : comment la Côte d’Ivoire peut rattraper son retard technologique », la banque mondiale s’est félicité de la performance économique ivoirienne. Pour l’institution de Breton Wood, cette dernière a considérablement contribué à l’apaisement du climat social, surtout à calmer les mutins de Bouaké et autres fonctionnaires grévistes. Ce taux devrait se stabiliser autour de 7 % en 2018 et 2019 selon les autorités ivoiriennes. Enfin, une stabilité sociale qui a fini par convaincre les nations unies à retirer les troupes onusiennes (ONUCI) du pays mais aussi à accepter l’entrée de la Côte d’Ivoire au sein du conseil de sécurité. C’est bien toute cette expérience puisée dans la politique d’émergence du président Alassane Ouattara que la Côte d’Ivoire partagera avec les autres nations du monde au cours de sa présidence.

 

Lire aussi >> Côte d'Ivoire: Présidence du conseil de sécurité de l'Onu, ce que gagne le pays.

 

« Pour être membre du conseil il faut montrer patte blanche. Il faut être à jour de ses cotisations et montrer que le pays est un exemple de démocratie. Que la justice et les droits de l’Homme y sont respectés. Enfin, en présidant le conseil cela va encore attirer plus de regards sur le pays et davantage d’investisseurs car les gens diront, si ce pays défend les droits de l’Homme en Syrie, en RDC, aux USA à travers les différentes résolutions au conseil, c’est que lui-même est un état de droit. Voilà comment la Côte d’Ivoire va rehausser son image, mais aussi marquer l’histoire. Aussi en proposant trois projets de résolutions notamment sur le financement des opérations de maintien de la paix en Afrique (Omp) ; Les droits de l’Homme et les actions de maintien de la paix, la Côte d’Ivoire porte ici la voix de l’union africaine représentée par les trois pays membres africains non permanents (A3), mais également joue le jeu de ses alliés que sont les Etats-Unis, le Royaume Uni et la France au sein du groupe des cinq membres permanents face au groupe Russe et chinois qui sont souvent retissant sur les sujets de Droits de l’Homme » nous explique une source proche des autorités ivoiriennes.

Les discussions au sein du conseil

Selon des informations en notre possession, les américains ne sont pas contre le financement des OMP africaines. L’administration Trump qui est nouvelle n’a pas encore l’aval du Congrès qui ne se réunira qu’en janvier 2019. Si la résolution ne passe pas en décembre, elle pourra l’être sous la présidence de la Guinée Equatoriale en février 2019. Malheureusement la Côte d’ivoire sera toujours membre mais n’aura pas la présidence, donc ne tirera pas dividende sur cette question. Elle aura tout de même eu le mérite d’être à la base de la résolution. Aussi pas sûr que les Etats-Unis aient envie de se mettre à dos, les petits états. Pareil pour la résolution sur les actions de maintien de la paix. Non seulement elle est portée par la Côte d’Ivoire et les Pays Bas (en fin de mandat) après deux ans d’expérience au sein du conseil, mais elle reprend la réforme de l’ex SG de l’ONU, Koffi Anan et est par ailleurs le socle de la politique de l’actuel SG, Antonio Guterres. Enfin si la Côte d’Ivoire a la chance de voir passer ces deux résolutions sous son impulsion, la question des Droits de l’Homme reste un caillou dans les souliers du Conseil. Le couple Russe-Chine, champion de la violation des droits de l’Homme s’y opposera. Et ils ont un argument sérieux : les questions de droit de l’Homme sont du ressort de la représentation Onusienne basée à Genève et non à New York. Une exception qui marquera la présidence ivoirienne.

Conseil de sécurité-Présidence ivoirienne : Comment le pays y travaille

Depuis son admission au conseil de sécurité en janvier 2018, la Côte d’Ivoire a pris des dispositions particulières. La mission permanente sise au 5eme étage du N°800 de la 2Nd Avenue non loin du siège des nations unies à New York a vu son effectif augmenté et la mise en place d’une cellule spéciale dédiée aux questions du conseil de sécurité composée d’une vingtaine de personnes. Pareil pour Abidjan, où une deuxième cellule a été créée au sein du ministère des Affaires Etrangères composée d’une dizaine de personnes.

 

Lire aussi >> Conseil de sécurité: la France expose ses contradictions avec les Etats-Unis

 

« Nos collègues de New York avec chacun une question spécifique, par exemple on a un qui ne s’occupe que des questions liées à la Syrie et l’autre à la RDC, collectent les projets de déclarations. Mais avant, ils ont l’avantage de consulter les autres collègues européens et américains ou africains présents ici à New York. Ils rédigent un premier jet de la communication de la Côte d’Ivoire sur le sujet à débattre qu’ils nous transfèrent à Abidjan. Nous faisons un premier filtre en corrigeant les coquilles, la forme et non le fond. Par la suite nous le renvoyons au Ministre des Affaires Etrangères dont les conseillers font un deuxième filtre. Si le projet de déclaration ne nécessite pas l’approbation du Chef de l’Etat, la copie officielle repart à New York pour être livrée au conseil. Mais si c’est compliqué, le ministre demande l’avis du Chef de l’Etat qui lui tient compte des intérêts de la Côte d’Ivoire, de l’UA mais également des alliés de la Côte d’Ivoire au sein du conseil. La Côte d’Ivoire peut décider de s’abstenir si elle y trouve un intérêt par exemple pour l’Afrique qui n’est pas suivi par ses Alliés à commencer par la France. Dans ce cas, elle fait des propositions soit de sanction ciblée (gel des Avoirs, interdiction de voyager…) s’il était question de chasser par la force un dirigeant africain soit vote neutre. Au conseil, il faut éviter de frustrer. C’est pourquoi ne siègent que les diplomates. Ce qu’il faut retenir c’est qu’en étant président du conseil, on est d’abord porteur de la voix de l’UA sans toutefois frustrer nos alliés occidentaux. Enfin vous remarquerez que la Côte d’Ivoire restera dans le crédo de la paix, le dialogue et la discussion durant sa présidence. C’est son idéal, sa marque » nous révèle une source proche de la cellule ivoirienne de l’Onu basée en Côte d’Ivoire.

Philippe Kouhon, envoyé spécial aux nations unies.

 

Dernière modification le 03/12/2018

A propos de l'auteur

Philippe Kouhon

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!