73e AG-ONU : Alpha Barry présente les succès du régime Kaboré (Burkina Faso)

Prévue pour le mercredi 26 septembre puis reportée au lundi 1er octobre, l’allocution du Burkina Faso à la tribune de l’ONU, a finalement eu lieu samedi 29 septembre 2018.

C’est au nom du peuple du Faso que le ministre burkinabè des Affaires Etrangères et de la coopération internationale, qui représentait le chef de l’Etat, Rock Christian Kaboré s’est adressé samedi 29 septembre 2018 au monde entier depuis la tribune des Nations unies à New York. Alpha Barry, a salué et félicité, Maria Fernanda Espinosa Garcés, élue présidente de l’Assemblée générale. « Le Burkina Faso, vice président de cette 73eAG, ne ménagera aucun effort à vos côtés pour le succès de nos travaux » a dit le diplomate burkinabè.

Profitant de la tribune internationale, il a fait le bilan à mi mandat du régime burkinabè. Selon lui, le projet de nouvelle Constitution et la révision le 30 Juillet dernier de la loi portant code électoral, pour lesquels de nouvelles consultations référendaires sont prévues courant 2019, vont renforcer les droits humains et de libertés publiques des burkinabè. D’ailleurs a-t-il insisté, pour la première fois dans l’histoire du pays, les Burkinabè de l’extérieur vont prendre part aux scrutins présidentiels à commencer par les élections de 2020.

Alpha Barry a aussi présenté les succès du régime de Rock Christian Kaboré (au pouvoir depuis 2016) en matière économique, sur le plan de la bonne gouvernance, de la modernisation de l’administration, de l’assainissement des finances publiques, du renforcement de l’indépendance de la justice et des droits humains.

« Malgré un contexte sécuritaire et social difficile, le Burkina Faso a atteint un taux de croissance de 6,7%, grâce aux réformes et surtout au Plan National de Développement Economique et social, PNDES » a-t-il rappelé. Difficile de venir aux Nations unies sans évoquer les questions liées au terrorisme.

« Le Burkina Faso reste très préoccupé par l’insécurité et les attaques terroristes dont il est l’objet (…) En l’espace de trois ans, ce sont 229 personnes tuées par des groupes armés terroristes(…) Et leur nouveau mode opératoire est l’utilisation des Engins Explosifs Improvisés, EEI…Voilà pourquoi nos pays ont absolument besoin du soutien de la communauté internationale pour rendre opérationnelle la force conjointe du G5 Sahel » a fait savoir Alpha Barry avant de plaider afin que le mandat de la force militaire conjointe du G5 sahel soit placé sous le mandat du chapitre VII de la Charte des nations unies ( conseil de sécurité, NDLR) en vue de lui assurer un financement pérenne et multilatéral.

« Faire de l’ONU une organisation pour tous : une force mondiale fondée sur des responsabilités partagées, au service de sociétés pacifiques, équitables et durables » est le thème du débat général de la 73e session de l'Assemblée générale qui se tient du 25 septembre au 1er octobre au siège de l’Organisation à New York.

Philippe KOUHON, envoyé spécial à New York

Dernière modification le 01/10/2018

A propos de l'auteur

Philippe Kouhon

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!