La Fifa répond à la Fif : il ne s’agit pas d’un audit judiciaire - Ce va se passer maintenant

Dans un courrier adressé à la FIF mercredi 16 avril 2018 dont afrikipresse.fr , la FIFA a fait une véritable volte-face  sur la tentative  décision d'audit judiciaire.

« À des fins de clarification également en ce qui concerne la nature de l'audit tel que mandaté par la Commission d'Audit et de Conformité, il convient de le considérer un contrôle en référence à l'article 17 alinéa 2b du Règlement Forward. Afin de dissiper tout doute,  il convient donc de ne plus parler '' d'audit judiciaire '' pour ce dossier », a-t-elle recommandé.
Par cet extrait du courrier à lamFif dont le l'objet est « Votre lettre du 11 mai 2018-audit de la FIF », la FIFA reconnaît qu'il ne s'agit pas d'un audit judiciaire comme elle l'avait pourtant elle mentionné dans son courrier du 27 avril 2018.
Toutefois, pour contourner le désaveu subi à travers la réponse de la FIF le 11 mai 2018, et pour se donner bonne conscience, ainsi que de la contenance,  la FIFA ne parle plus de fonds Forward mais de les tous fonds de développement dans le pont 1 de son courrier (voir fac-similé).


Ce qui suppose que la cabinet d’audit conduit par le Suisse Beat Weber, conformément à l’article 22 alinéa 1 et 2 doit auditer 7 différents projets alloués antérieurement à la FIF depuis le président Jacques Anouma à savoir : le règlement des programmes de développement de la FIFA, le règlement Goal, le règlement du programme d’Assistance Financière de la FIFA (FAP), le règlement Performance, le règlement du programme Challenger, le règlement du programme Win-Win et le règlement du projet ballon Adidas Goal. Or, tous ces programmes, selon les responsables de la FIF, ont déjà fait l’objet d’audit en juillet 2016; et quitus a même été accordé à la Maison de Verre le 16 janvier 2017, sur ces questions. Les dirigeants fédéraux restent surpris au sujet d’un audit de la FIFA sur les fonds de 2016 à 2018 que cette institution n’a jamais décaissés au cours de cette période.
Enfin, la FIF a précisé qu’elle n’a jamais décidé de l’exclusion des auditeurs de la FIF qui selon elle, se sont retirés d’eux-mêmes de ses locaux après l’exposé des faits parce que vraisemblablement, ils ont été surpris et gênés du vide contenu dans le courrier portant audit judiciaire.


La FIFA dans son courrier évoque « la suspension de tout nouveau paiement ou virement en faveur de la FIF afin de protéger les fonds alloués comme le prévoit l’article 17, alinéa 2 du Règlement requis ». Selon un membre du Comité Exécutif de la FIF au fait des questions judiciaires et imprégné des dossiers de la FIFA, cela est tout à fait normal, puisque dans toute entreprise ou association, lorsqu’un audit est diligenté, tous les mouvements de fonds sont suspendus.
La FIF précise qu’elle n’est jamais opposée à l’audit de la FIFA. Bien au contraire, elle est disposée à le faire mais conformément aux textes. En cela elle peut accueillir les auditeurs, non plus sur les 14 points élaborés dans les « officines du G mouvant », ou des dissidents, mais bien sur tous les fonds de développement alloués par la Fifa, comme le précise le courrier.



Adou Mel

Dernière modification le 16/05/2018

A propos de l'auteur

Adou Mel

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!