Côte d’Ivoire : à la découverte du centre d’exploitation et de formation agricole Goshen (Azaguié-Adzopé)

Ouvert à tous (diplômés et analphabètes), le centre de formation de l’exploitation agricole Goshen situé sur l’axe Azaguié-Adzopé à 5km d’Azaguié offre des cycles pratiques en aviculture, pisciculture et en culture maraîchère.

Selon le fondateur-directeur du centre, Beugré Tanoh, les étudiants issus des formations professionnelles classiques font des stages courts pour des formations théoriques longue durée en déphasage avec les réalités professionnelles. Cette situation n’est pas propice à leur installation à leur compte.

« La formation par la vue et le toucher est meilleure que la formation théorique. Nous voulons former des gens capables de s’installer tout de suite, et de créer leur propre emploi. Nous sommes en milieu rural, cette méthode qui consiste à la pratique avant la théorie nous permet d’intégrer des analphabètes et leur enseigner les techniques modernes d’élevage ou culture maraîchères » a-t-il justifié pour cette formation à 80% pratique et à 20% théorique de 4 à 6 mois en fonction de la filière.

 

de (g) à (d) Beugré Tanoh, Rosemonde Fencey, Yaya Traoré (Journaliste AFRIKIPRESSE) et  Kaboré Cheik 

 

Kaboré Cheik 33 ans, informaticien, dit avoir laissé les claviers des ordinateurs pour apprendre l’agriculture maraîchère. Il explique son choix par son désir de se prendre en charge suite aux décès de sa mère et de sa grand-mère qui étaient ses principaux soutiens.

« Cela fait près de 4 mois que je suis cette formation. Quand j’ai entendu parler de cette méthode d’apprentissage, j’ai sauté sur l’occasion. Je paie environ 4000 FCFA par jour pour venir au centre. Je fais le trajet Bingerville - Azaguié 3 a 4 fois par semaine. Je veux me mettre à mon compte » a-t-il révélé pour monter sa détermination à sortir du chômage grâce à la culture maraîchère.

L’exploitation Goshen prévoit ouvrir un dortoir dans les prochaines semaines, pour permettre aux apprentis de rester sur site le temps de leur formation. Elle compte également lancer une filière de « saigneurs » d’hévéa afin de palier au manque de main d’œuvre qualifiée dans la spéculation.

Traoré Yaya & Yaya Kanté

 

Dernière modification le 24/01/2019

A propos de l'auteur

Afrikipresse

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!